Willy Rovelli

Humoriste, Comédien, Auteur, sa voix ne vous est pas inconnue, j’en suis certaine ! Sur Europe 1 à 11h50, dans « Faites entrer l’invité » avec Michel Drucker, la chronique « Mon œil », c’est lui ! Chaque samedi à partir de 11h00 dans « Samedi Roumanoff » aux côtés d’Anne, c’est encore lui ! Radio, télé, rien ne lui résiste, pas même les planches ! Après 6 mois de succès au théâtre Le Temple à Paris et une tournée à travers la France, la Belgique et la Suisse, Willy débarque « EN GRAND » les 3 et 4 février 2012 au Bataclan, avec son one man show, mis en scène par Anne Roumanoff. Pose Mag s’est rendu au Palais des Congrès de Lyon, le soir de la St Sylvestre, pour acclamer cet artiste à la voix atypique, certes, mais doté d’une prestance scénique bluffante.

Parlez-nous de votre première rencontre avec Anne Roumanoff !

En avril 2009, alors que je participe au Festival d’humour à Toulouse, le mari de Anne Roumanoff, qui n’est autre que son producteur, vient me proposer un plan à 3 ! (rire) Il a aimé ma prestation et désirerait me présenter sa femme, qui prépare une émission sur Europe 1 et finalise son équipe. Le feeling est très vite passé avec Anne, aussi bien sur le plan radiophonique, que physique… C’est une cougar, il faut le savoir !!! Voilà comment j’ai intégré «Samedi Roumanoff ».

Passer de la radio à la scène, c’était une évidence pour vous ?

J’en rêvais depuis, très très longtemps. De nature très complexée, en raison de ma taille et de ma voix quelque peu féminine, je n’aspirais qu’à monter sur scène pour remiser toutes ces imperfections de la nature. Et croyez-moi, lorsque vous êtes seul face au public, il faut y aller !

Qui est à l’origine de tous ces sketchs ?

Ils sont de moi. Intégralement ! Anne souffre d’hypermnésie, ce qui signifie qu’elle mémorise tout à la virgule près. Elle m’a donc cité toutes les chroniques rédigées pour son émission sur Europe 1 et exploitables sur scène. J’en ai retravaillé certaines, développé d’autres, et voilà ! Ces sketchs correspondent à 80% de mon one man show. L’introduction personnalisée en raison de la tournée (différente dans chaque ville) et l’actualité du moment, rédigée par Florian Gazan de Fun Radio, constituent les 20% restants.

Pourquoi avoir intitulé votre one man show « Willy en grand » ? Est-ce un pied-de-nez à votre propre taille ?

Lorsque le moment fut venu de trouver un titre au spectacle, il m’est venu spontanément « Willy en grand ». En grand, en raison de ma taille (rire) et parce que c’était à mes yeux Un Grand Rêve qui allait enfin se réaliser.

Alors là, bravo, votre prise à témoin du public vaut tous les chauffeurs de salle ! L’ado, l’artisan, la bourgeoise (que vous embrassez sur la bouche à la fin du spectacle)… pas de quartier avec le peuple ! Willy sur scène c’est un véritable partage, une invitation à l’humour.

J’aime les embrasser à pleine bouche. Et puis, comment pourraient-elles me résister ? J’avoue néanmoins avoir provoqué quelques divorces et favorisé leur plein épanouissement.

Vos thèmes de prédilection : le quotidien, l’actualité politique, économique et religieuse. Vous les abordez avec néanmoins une sorte de censure que vous rejetez sur le public. La chute est soft, elle suggère sans jamais vous engager vraiment.

Vous aviez remarqué ? Tout est de votre faute, rien n’est de la mienne. Non, plus sérieusement, j’ai, comme vous tous, mes propres convictions politiques et religieuses, mais vous les communiquer n’y changera rien. Je ne suis pas « contre », je suis avec vous. Nous sommes ensemble pour partager un moment de détente et d’humour.

Sur scène, vous ne marchez pas, vous courrez ! Après avoir dépensé autant d’énergie durant plus d’une heure, quelle est la première chose que vous faites, dès que vous regagnez votre loge ?

Je reste dans l’énergie pendant encore une heure, avant la chute. Ne m’invitez jamais à dîner après un spectacle, je serai muet. Avant ? Pourquoi pas ? Je préférerais tout de même un soir où nous serons libres tous les deux.

Dans quel autre registre aimeriez-vous vous réaliser ? Le cinéma ?

C’est drôle ce que vous me dites là ! Depuis peu, des scénarios me parviennent. Je suis surpris qu’on pense à moi dans ce milieu subitement. Michel Drucker ne cesse de me dire que je vais le lâcher pour rejoindre le cinéma, comme si c’était une évidence. Pour être franc avec vous, ma passion à moi depuis que je suis enfant, c’est la radio ! Tout petit déjà, je ne cessais de me projeter dans l’avenir. Mais cette projection dans le cinéma, je n’y parviens pas, c’est comme ça.

Quels sont vos projets pour 2012 ?

« Willy en grand » reste ma priorité. Je veux poursuivre la tournée, corriger toutes mes imperfections scéniques et retravailler mes textes.

Parlons un peu de vous, à présent !

Quelle est votre qualité première ?

Sincère

Et votre défaut majeur ?

Soupe au lait (mon côté Calabrais !), pessimiste aussi.

De vous à moi M. Jardiland, votre vie amoureuse n’est pas que râteaux ?…

Détrompez-vous ! Elle est pas mal râteaux… Je les accumule. Ou est-ce moi qui deviens trop exigeant, je ne sais pas.

Avez-vous une addiction particulière ?

Le coca light

Côté mode, vous êtes plutôt chic ou choc ?

Je donne dans le Chic, version Petit Bateau en mode XS

Vous partez en voyage, quels sont vos indispensables ?

Une crème solaire indice 3 (pas +) car je bronze très vite, la mer en Italie du Sud (de préférence !) et vous avez là le plus heureux des hommes !

Quelle situation peut vous déstabiliser ?

Les compliments

Votre dernière colère ?

Pas plus tard qu’hier matin, je n’étais pas satisfait de ma chronique sur Europe 1 à l’Alpes d’Huez.

Votre dernier achat coup de cœur ?

Des fringues The Kooples. Et pendant les soldes, je me régale !

Quelle est votre relation aux réseaux sociaux Facebook et Twitter ?

J’apprécie les liens qui s’établissent sur Facebook. Les gens partagent mes chroniques, commentent, c’est cool ! Sur Twitter j’ai effectivement un compte mais je n’ai pas pris le temps encore…

Vous êtes plutôt cinéma, théâtre, concert ?

Les 3 ! J’en profite, j’ai une carte d’abonnement. Par contre, je ne suis pas fan des concerts intimistes, j’aime le spectacle, le grand show à l’américaine.

Citez-moi un de vos films cultes ?

Un film que peu de gens connaissent : « Jo » avec Louis de Funès et Bernard Blier. C’est drôle, j’adore ! Je suis également un fan inconditionnel de Jean Dujardin, et ce, depuis ses débuts. Et comme beaucoup d’entre vous, j’ai eu un gros coup de cœur pour « Intouchables ».

Un grand merci à Willy Rovelli pour sa sincérité et sa transparence !

I Cœur You Willy Rovelli !

Informations

Articles similaires

Armelle H.

Elle alimente régulièrement la rubrique « Homme, Femme, Mode d’Emploi » sur Pose Mag, et elle aime aussi mener l’enquête auprès des personnalités, en leur posant plein de questions, pour vous lecteurs. Ces deux domaines, c’est le cœur du nouveau livre publié récemment par Armelle, « Armelle H., rédactrice pour Pose Mag ». Un caractère bien trempé, mais une capacité d’adaptation remarquable, un brin féministe (ce n’est pas moi qui le dis, ses chroniques parlent d’elles-mêmes), très impliquée et très professionnelle dans son travail, Armelle participe à l’aventure Pose Mag depuis le tout début. Afin d’en savoir plus sur ce projet, nous avons décidé d’inverser les rôles, et de la placer non pas dans le rôle de la journaliste qui pose les questions, mais cette fois dans celui de la personnalité qui y répond. Voici ce qu’elle nous a confié.

Lire

The Pretty Reckless

Taylor Momsen s’est faite connaître du grand public grâce à Gossip Girl. Les inconditionnels de cette série ont pu remarquer qu’au fil des épisodes et des saisons, la petite Jenny Humphrey, le personnage qu’elle incarne, a amorcé son virage gothico-rock-dark-grunge, appelez cela comme vous voulez, mais ce qui est sûr, c’est qu’elle est bien loin la petite Jenny en tenue d’écolière. Taylor Momsen a en effet décidé de montrer a tous qui elle était vraiment et de transposer son style vestimentaire fétiche sur son personnage dans la série. Mais elle a surtout décidé de s’adonner à sa vraie passion: la musique. C’est donc tout naturellement qu’est arrivé fin 2010, Light me up, l’album de sa naissance rock’n’roll, avec son groupe The Pretty Reckless. Light Me Up est une chronique honnête des expériences de Taylor Momsen, transmises au travers de son propre regard. Chaque chanson raconte une histoire en lien avec les tribulations et les épreuves sentimentales que la jeune fille a vécues ou observées.

Lire

Julie Gali

Julie Gali a écrit et réalisé un premier documentaire intitulé « ILLEGAL LOVE » portant sur la Proposition 8 en Californie, diffusée très récemment sur Canal +. Dans un concept plus artistique, elle est également la réalisatrice prise de vues et la directrice artistique d’un documentaire exclusif sur Lady Gaga interviewée par Jean-Paul Gaultier : « GAGA by GAULTIER ». Elle aborde avec une aisance et un style incroyable, des sujets d’actualités brûlants, avec une écriture moderne. Elle est de plus dotée d’une ligne artistique forte, originale et novatrice. Ses deux créations très remarquées ont été diffusées chacune en Europe, aux Etats-Unis et à travers le Monde.

Lire