Brigitte

Elles sont deux mais ne forment définitivement plus qu'un pour ce nouvel album. Brigitte, femme plurielle, signe son grand retour avec un second opus intitulé « À bouche que veux-tu ». Affranchie de toute contrainte, puisque ce disque a été produit par leur propre label et a été entièrement écrit et composé par elles, le duo glamour et pailleté nous revient avec des morceaux aux influences et aux sonorités multiples. Perruques, maquillage et tenues similaires, les deux jumelles artistiques, Aurélie et Sylvie ont accepté de prendre la pose pour nous dans un joli restaurant parisien et de répondre à nos questions.

Si cela ne vous dérange pas, on va mêler des paroles de votre nouvel album dans les questions de cet interview, alors pour commencer, «  Ne me demandez pas mon nom, cela reste entre nous  »  . Parfait, j'hésitais justement entre Brigitte, Aurélie ou Sylvie pour m'adresser à vous durant cette interview. Mais comment je peux faire pour vous distinguer alors  ?

Est-ce bien nécessaire de nous distinguer  ? On s'amuse avec les doubles en ce moment, on travaille sur la gémellité. On trouve ça graphique, intéressant dans sa rythmique et puis on a choisi un seul prénom pour notre groupe. C'est plutôt une façon d'affirmer l'identité d'un groupe plutôt que des identités personnelles. Ce qu'on aime, c'est ce petit animal bicéphale qui nous va bien.

Ces paroles sont extraites du premier titre de votre album, «  L'échappée belle  ». Et d'ailleurs, si je vous dis, allez, on arrête tout et on saute dans le premier avion. Vous auriez quand même une préférence pour la destination  ?

Aurélie  : Là tout de suite maintenant  ? Sylvie, tu aurais envie d'aller où  ?
Sylvie  : Je ne sais pas, j'ai l'impression que nous avons déjà été là où on voulait aller, aux États-Unis, en Chine, au Japon, je suis assez comblée.
Aurélie  : Oui, on a de la chance de faire des tournées très riches, que ce soit en Asie du sud-est, au Laos, au Vietnam, en Indonésie. On va partir en tournée en Chine dans quelques mois puis aux États-Unis. Mais si on devait sauter dans un avion, comme ça, pour le fun, on irait peut-être à Tokyo car Sylvie a très envie d'y aller.
Sylvie  : Je retournerais avec plaisir à Tel Aviv.

En lui-même, ce nouvel album est également une très jolie «  échappée belle  ». Est-ce que vous êtes fière de ce nouvel opus  ? Et en quoi est-il différent du précédent  ?

Aurélie  : Je dois dire qu'on en est extrêmement fières  ! Quand on l'a terminé, je disais souvent «  Ce disque, si quelqu'un d'autre l'avait fait à notre place, j'aurais été terriblement jalouse  ». (rires) On a vraiment réalisé tous nos rêves dedans, on y a mis tout ce qu'on voulait. On est productrices, arrangeuses et réalisatrices de ce disque, c'est la grande différence avec le précédent. On y a été généreusement, on voulait des orchestres de cordes, de cuivres, on voulait des morceaux qui durent, qui ne soient pas formatés, des choses un peu particulières. On a osé et on est très contentes.

Vous avez créé votre propre label pour ce deuxième album. Pourquoi ce choix  ?

Pour la liberté  ! Quand tu as ton propre label, tu rends ce que tu as envie. On a donné à Columbia, qui s'occupe de la distribution, le disque terminé, l'artwork terminé, les clips... On est complètement maîtres de tout. C'est un vrai artisanat et cela me plaît bien.

Image caption

Je vous avais interviewé par mail au tout début de Pose Mag, il y a presque 5 ans maintenant. Depuis, on peut dire que vous avez vraiment explosé. Comment vivez-vous cette notoriété  ? Est-ce qu'elle a changé votre vie  ?

Sylvie  : 5 ans  ?
Aurélie  : Oui, je m'en rappelle.
Sylvie  : Ah oui, quand même  ! Est-ce que ça a changé notre vie  ? Non  ! Moi je n'ai pas l'impression. J'ai toujours le même mari, le même appart, les mêmes enfants...
Aurélie  : Ça a changé un peu, dans le sens où on s'amuse plus professionnellement... Ce qui a vraiment changé, c'est que lorsque tu essaies de faire quelque chose et que cela ne fonctionnes pas, c'est assez douloureux et quand tu fais un métier que tu aimes et que ça marche, c'est extrêmement réjouissant. On est super heureuses que tout se passe bien.
Sylvie  : Ce qui a surtout changé c'est que depuis Brigitte, on s'éclate et on est heureuses. Au-delà du succès, dès le début, on nageait en plein bonheur dès qu'on terminait une chanson...
Aurélie  : Le succès c'est un bonus. Et quant à la notoriété, je ne sais même si on en a une. En plus, nous sommes très disponibles, on fait des longues séances de dédicaces à la fin de nos concerts, on rencontre les gens, on est très normales  ! On n'a pas de gens qui nous courent après, qui nous envoient des trucs bizarres...

À l'époque, vous m'aviez dit que vos influences musicales étaient très diverses  : Abba, Jeanne Moreau, Donna Summer, Queen, Stevie Wonder... Et si je vous repose la question aujourd'hui, est-ce que vos influence ont changé  ? Quels sont les artistes actuels que vous écoutez  ?

Je pense que ça n'a pas vraiment changé, la liste est juste un peu plus longue. Oui y en a plein d'autres, on aime bien les choses assez rythmiques et poétiques. C'est large  ! Et dans les artistes actuels, Adrien Galo, qui a fait un super album, La Femme, Hollysiz, Francois & the Atlas Mountain, Junior, un super groupe qu'on va sûrement prendre en première partie.

«  Je suis un garçon comme les autres  »... Et si vous deviez être un homme, qui choisiriez-vous  ?

On s'appellerait Michel. C'est cool Michel, c'est un peu Brigitte en homme  !

Cette phrase est issue de la chanson «  Les filles ne pleurent pas  ». Et donc, vous, vous ne pleurez jamais  ?

Sylvie  : Ça fait longtemps moi...
Aurélie  : Ah ouais  ? Moi je pleure tout le temps. Je suis très émotive.
Sylvie  : De joie non mais à chaudes larmes oui...
Aurélie  : Moi je suis très sensible, je pleure tout le temps et j'aime bien ça. Avant je retenais beaucoup les émotions mais maintenant, j'aime bien ça. Je trouve ça assez drôle.
Sylvie  : C'est drôle parce que moi je dissocie vraiment pleurer d'émotion à un moment donné, quand quelqu'un me raconte un truc et cela va me faire pleurer et pleurer d'énervement, de tristesse, pour moi, ça c'est pleurer, le reste, c'est être ému.

Pour finir, le temps de quelques questions, je vais scinder Brigitte en deux pour en savoir un petit plus sur chacune de vous  !

Laquelle est la plus coquette  ?

Aurélie  : Ça dépend pour quoi. Sur certains dossiers, je dirais que c'est moi et sur d'autres je dirais que c'est Sylvie.
Sylvie  : J'aimerais bien savoir lesquels.
Aurélie  : Les cils, le coiffeur... Et moi ça sera plus sur les talons

Caption image

La plus bordélique  ?

Aurélie  : C'est moi, c'est évident  !
Sylvie  : Non, ça dépend pour quoi.
Aurélie  : Tu rigoles, tu as déjà vu ma maison  ! Si il n'y avait pas quelqu'un derrière moi, ça serait l'horreur  !

La plus travailleuse  ?
Aurélie  : Je fais plus de travail que Sylvie, parce qu'elle ne fait pas un autre métier que la musique.

La plus rancunière  ?

Sylvie  : C'est moi  ! Non, je ne suis pas très rancunière, mais je n'oublie pas  !

Sans rancune alors, mais quel est le défaut qui vous exaspère le plus chez l'autre  ?

Sylvie  : Il n’y a pas de défaut, je trouve que les qualités de tout le monde peuvent être à un moment donné des défauts, mais peut-on vraiment parler de défauts ?
Aurélie  : Un défaut, c'est plein de jugement... On est plein de défauts de fabrication et en même temps, c'est tellement cool  ! Qu'est-ce qu'on serait ennuyant sinon.
Sylvie  : En tout cas il n'y a pas de défaut qui nous empêche de travailler ensemble. Je pense qu'il y a des gens qui sont handicapés par leurs défauts.

Et au contraire, sa plus grande qualité  ?

Aurélie  : C'est de supporter les défauts de l'autre  ! (rires) Ce que j'adore chez Sylvie, c'est quand elle lâche quelque chose, qu'elle laisse aller...
Sylvie  : Quand je suis bourrée  ! (rires)
Aurélie  : J'adore quand elle lâche un truc oui, je trouve qu'elle a une fantaisie folle, très séduisante... Elle est particulièrement douée pour cela, pour le switch.
Sylvie  : Et moi c'est l’œil d’Aurélie ! La capacité qu'elle a à capter ce qui est bien, ce qui ne va pas, son sens du détail quand on travaille les visuels, les clips, les photos, le stylisme... Elle a un œil très juste, très immédiat.

On a dû beaucoup vous le demander, mais avant de vous laisser, est-ce que vous pouvez expliquer à nos lecteurs ce que ça veut vraiment dire le titre de votre nouvel album, «  À bouche que veux-tu  »  ?

Abondamment  ! C'est une expression du 17ème siècle qu'on utilise plutôt pour la table. Quand le buffet est extraordinaire, on dit qu'on s'est régalé, qu'on a mangé à bouche que veux-tu.

Et pour finir, j'ai simplement envie de demander à Brigitte, «  Et vous, tu m'aimes  ?  »  !

«  Et vous tu m'aimes  » toujours, on est des grandes fidèles et des amoureuses  !

Informations

Articles similaires

Smoking Smoking

Smoking Smoking est un beau duo composé de deux amies, qui menaient leur carrière en solo jusqu’au soir où elles ont décidé d’essayer quelque chose ensemble. Ce quelque chose, c’était un refrain à la fois mélancolique et consolant, celui d’«Are We Lucky ?». Dès lors, Vanessa s’installe à la droite du piano, Audrey à la gauche et à quatre mains, elles composent et jouent des chansons graves et enflammées, fières et ébréchées, bouleversantes et galvanisantes. Smoking Smoking est d’abord l’histoire de deux filles et de leur amitié et qui se disent qu’elles auraient dû chanter ensemble depuis toujours…

Lire

Auren

Auren est une jeune chanteuse française qui a séduit le public avec son premier single « L’échappée belle », issu de son nouvel album « J’ose ». Cet opus mêle pop française et ballades, avec des mélodies efficaces et des textes simples mais qui font sens. Nous avons eu la chance de la découvrir sur scène en décembre dernier au Divan du monde et ce fut une très belle surprise. Après s’être échappée quelques jours à New-York pour tourner le clip de son nouveau single « En face », nous avons attendu son retour pour partir à la rencontre d’Auren, afin d’en savoir plus sur elle.

Lire

Gunther Love

Rendez-vous donné près du Pont Cardinet à Paris. Sylvain Quimene, alias Gunther Love, arrive en scooter. Nous nous rendons dans un grand garage pour effectuer le shooting. Il prend tout d’abord la pose en tenue civile, puis en un claquement de doigt, le voici vêtu d’une combinaison noire à paillettes. Sylvain devient alors Gunther Love. Tel un super héros, il nous fait une démonstration de ses meilleures acrobaties. Entre deux sauts, nous avons réussi à l’interviewer. Voici ce qu’il nous a confié.

Lire