Lola Naymark

L’histoire de Lola Naymark, sous les projecteurs, démarre dès l’âge de 7 ans. Elle tourne tout d’abord dans des téléfilms « La nouvelle tribu » et « Un coup de baguette magique » de Roger Vadim. A 10 ans, Bunny Godillot lui offre le rôle principal dans « Riches, Belles, etc » aux côtés de Claudia Cardinale, Anouck Aimée et Marisa Berenson. En 2002, elle joue avec Omar Sharif, Gilbert Melki et Isabelle Adjani dans « Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran » de François Dupeyron.En 2004, elle obtient le prix Michel Simon, se voit nominée aux Césars dans la catégorie « Meilleur espoir féminin » et reçoit le prix de la révélation féminine au festival de Cabourg pour « Brodeuses » d’Eléonore Faucher, dans lequel elle tient le rôle principal aux côtés d’Ariane Ascaride.Elle enchaîne avec « La Maison de Nina » de Richard Dembo, « Dans tes bras » d’Hubert Gillet aux côtés de Michèle Laroque et « L’Armée du crime » de Robert Guédiguian. Place au théâtre dès 2009, où elle interprète Ophélie dans « Le jour des meurtres dans l’histoire d’Hamlet », mis en scène par Thierry de Peretti. Puis, elle intègre, l’année suivante, la compagnie de théâtre Les Années Ivres, avec laquelle elle joue « Le Dindon » de G. Feydeau pendant deux ans au Festival d’Avignon.En 2011, elle joue aux côtés de Yann Barthès dans « Arthur Flèche », un court métrage de Samuel Hercule pour Canal +.Jusqu’au 30 juin, Lola Naymark vous invite à vous rendre au théâtre de l’Atelier où elle se produit sur la scène dans « Liaisons Dangereuses », mis en scène par John Malkovich.Nous la retrouverons également dès le 11 juillet à l’affiche du film « Ma bonne étoile » d’Anne Fassio, aux côtés de Fleur-Lise Huet, Christophe Lambert et Claude Brasseur.Synopsis : En Normandie, Louise (Fleur-Lise Huet) vit heureuse dans le monde du cheval. Brusquement, le destin frappe. Louise reste seule avec son père (Christophe Lambert) et un ami de la famille (Claude Brasseur) à la Ferronnière, le haras où elle vit depuis toujours. Les affaires vont mal, ils sont au bord de la faillite…Heureusement, il y a Marquise, une jeune jument que Louise a élevée. Envers et contre tout, la jeune fille et Marquise vont se battre contre la fatalité qui semble s’acharner…‍

Vous avez démarré très jeune dans le cinéma. Vos parents sont-ils à l’origine de vos débuts cinématographiques ?

Non, pas vraiment. Je n’étais encore qu’un bébé lorsque mes parents ont été contactés pour que j’accepte de participer à une publicité. Ils ont accepté et je suis donc restée dans le fichier de l’agence. Je posais, participais à quelques sélections, jusqu’au jour où mes parents ont demandé à l’agence de ne plus me faire participer aux castings enfants, qu’ils jugeaient un peu trop violents. Le choix devait se faire uniquement par le biais de mon book. C’est ainsi que tout a commencé…

Vous poursuivez néanmoins des études à la Sorbonne. A quelle carrière vous prédestiniez-vous ?

J’ai volontairement choisi philo pour m’ouvrir vers d’autres horizons. J’étais ainsi cadrée, je fréquentais de jeunes étudiants de mon âge et j’avais un but dans mon quotidien. Je ne voulais pas faire comme d’autres jeunes comédiens entre deux tournages : c’est à dire pas grand-chose, à part fréquenter les cafés.

A quel moment le déclic s’est–il fait ressentir ?

Une fois le bac en poche, je suis parvenue à vivre rapidement de ma passion. J’alternais donc tournages et études. Mon Master obtenu, soit je poursuivais thèse et doctorat, soit je m’arrêtais là et m’investissais complètement dans mon métier d’actrice… Voilà, c’est à ce moment précis que le déclic s’est imposé à moi !

Vous intégrez l’incontournable Classe libre du Cours Florent en 2007, pourquoi avoir tant attendu ?

Jusque là, la nécessité ne s’était pas fait ressentir. Le besoin de rencontrer d’autres artistes de ma génération, d’apprendre techniquement, de mettre en place de nouveaux projets m’ont motivée dans cette démarche. J’ai découvert une nouvelle famille, appris énormément et évolué durant toute cette période en pleine émulation.

« Ma bonne étoile » sortira prochainement, qu’est-ce qui vous a séduit dans le scénario ? Le monde équestre vous passionne t-il ?

J’ai grandi à Maisons-Laffitte, commune où vous dénombrez plus de chevaux que d’habitants. A Maisons-Laffitte, vous avez le choix entre pratiquer l’équitation ou pratiquer l’équitation (rire). En dehors de l’univers équestre, j’ai adoré le rôle de Louise, interprétée par Fleur-Lise, c’est un personnage très fort. J’ai été séduite par ce scénario, à la fois drôle et dynamique, basé sur le générationnel.

Parlez-nous de Ketty, le personnage que vous interprétez !

Ketty est une jeune fille, orpheline de mère, qui a grandi dans le milieu équestre. Tout comme Louise (le rôle principal) elle fréquente une école de jockey. Malgré son côté déluré, elles sympathiseront rapidement.

Une petite anecdote à nous confier lors du tournage ?

Le cheval n’est pas un équidé malléable à merci. Il a fallu improviser parfois autour du cheval, lors du tournage de quelques scènes.

Durant votre parcours, quelles ont été les rencontres marquantes et décisives qui ont influencé votre parcours ?

Je dirais qu’il y a eu un avant « Brodeuses » et un après. Bien que ce film remonte à 8 ans, je reste aux yeux de beaucoup l’héroïne de ce long métrage. Ce fut mon premier rôle principal et je l’ai vécu intensément, m’impliquant au tournage du début à la fin. Durant un an, nous avons assumé la promotion dans divers pays. Cette période fut riche de rencontres et de voyages. J’éprouve une grande reconnaissance envers Eléonore Faucher. Je lui dois beaucoup ! « Brodeuses » restera le tremplin qui a fait décoller ma carrière, même si je souhaite aujourd’hui que la profession cesse de m’identifier uniquement à ce film.

Cinéma, télévision, théâtre… Dans quel autre domaine aimeriez-vous vous réaliser ?

L’écriture… J’aimerais avoir le temps de rédiger ce scénario, qui me tient à cœur, et de le réaliser moi-même. Plus tard, peut-être !

Qui est votre « Bonne Étoile » Lola ?

Mes parents ! Je ne les remercierai jamais assez de m’avoir accordé toute leur confiance pour réaliser ce métier que j’aime. J’ai quitté la maison si jeune…

Parlons un peu de vous !

Décrivez-vous en trois mots.

Timide – Spontanée – Sauvage

Le comble de la vulgarité.

L’opulence affichée

Côté mode, vous êtes plutôt chic ou choc ?

Choc ! Je privilégie le confort avant tout, bien que je m’efforce à adopter l’élégance de ma mère en public.

Quelle situation peut vous déstabiliser ?

Chanter en public m’est inconcevable.

La cause humanitaire qui vous tient le plus à cœur.

Lutter contre le racisme et l’antisémitisme. LICRA (Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme) s’y emploie et je la soutiens.

Votre plus grande fierté à ce jour.

Mon frère et ma sœur.

Un rôle que vous refuseriez.

« Brodeuses » Bis !

Informations

Articles similaires

François Vincentelli

Aussi à l’aise devant l’objectif que devant la caméra ou sur les planches, François Vincentelli est en vedette du septième numéro de Pose Mag. Le charmant acteur a fait craqué plus d’une téléspectatrice avec son rôle dans la seconde saison de Clara Sheller. Il prépare actuellement son retour au théâtre, et entre deux répétitions, il a accepté de répondre à nos questions.

Lire

Tokyobanhbao

En août 2010, alors que Pose Mag était encore tout jeune, nous avions interviewé Tokyobanhbao, une blogueuse et illustratrice bourrée de talent. Elle nous a alors parlé de son blog, son style vestimentaire, sa relation avec les Internautes et de son premier livre « Serial Shoppeuse ». Il y a quelques semaines, elle a sorti son second livre intitulé « Globe-trotteuses ». Autant dire que dès que l’on a appris la nouvelle, on est parti l’acheter direct ! Et quel plaisir de découvrir les conseils de Tokyobibi pour une de ses copines qui cherche la destination parfaite pour un week-end en amoureux. Direction Venise, Tokyo, Paris, Bali, New York… Ce nouveau livre est à l’image de son auteur, drôle, beau, décontracté et sans prétention ! Et pour en savoir plus, nous avons interrogé Tokyobanhbao pour qu’elle nous délivre les anecdotes au sujet de « Globe-trotteuses », et comme chez Pose Mag, on est curieux, on va même essayé de savoir ce qu’elle nous prévoit pour la suite !

Lire

Virginie de Clausade

uteure de trois ouvrages édités chez Flammarion, actrice et animatrice franco belge, Virginie est chroniqueuse, dès 2004, dans l’émission « Ca balance à Paris », présentée par Michel Field, sur Paris Première. En septembre 2006, elle enchaîne sur France 2 dans « On a tout essayé » de Laurent Ruquier, et sur Europe 1 avec Laurent Ruquier (toujours !) dans « On va s’gêner ». En parallèle, elle collabore au magazine du cinéma sur TPS « Star Mag ». Dès mai 2006, elle rejoint Arthur sur TF1 pour présenter « Les Enfants de la télé » et anime Le Club TF1, un programme court d’informations pratiques. En avril 2009, elle présente sur NT1 le jeu télévisé « Tout pour plaire », une émission de dating et co-anime la matinale de Fun Radio, de 6h à 9h, aux côtés de Manu et de Vacher. D’octobre 2010 à février 2011, elle présente « Paris tout compris » sur France 3 Île-de-France.

Lire