Lussi in the sky

On l’a découverte en femme d’intérieur extravertie dans le numéro 2 de Pose Mag, mais Lussi est avant tout une artiste musicienne et chanteuse. Après avoir participé à l’émission La Nouvelle Star, sur M6, elle prépare actuellement un nouvel album. Nous avons donc essayé d’en savoir plus sur elle et sur le futur opus qu’elle livrera à ses fans au Printemps 2011.

Bonjour Lussi. J’ai cru comprendre que tu étais en pleine préparation de l’album. Comment cela se passe ?

Je suis actuellement en phase de «maquettage», c’est à dire que l’on réalise plusieurs essais sur différentes chansons pour déterminer lesquelles sont les plus fortes et celles qui conviennent le mieux à ce que je suis. C’est une période de tâtonnements et de grand questionnement pour arriver à la réussite du projet. Nous prévoyons la sortie de l’album de Lussi in the sky au printemps 2011. Naturellement je continue à écrire en parallèle, il n’y a pas de période pour écrire de belles chansons…

Tu avais déjà sorti d’autres albums auparavant. Est-ce qu’avec ce prochain opus, on peut s’attendre à un nouveau virage musical ?

J’avais sorti 3 albums avec le groupe de rock/métal Mypollux. Un EP avec mon projet trip-hop Ghillie Dhù. Je m’attache à distinguer vraiment tous les projets les uns des autres, c’est pourquoi    on    ne    peut    pas    vraiment    parler    de    « virage », Lussi in the sky est un projet pop avec des teintes électro et rock.

Tu as gardé la même équipe que pour les précédents ?

L’équipe technique qui me suit sur la route est la même qu’avec Mypollux. Les musiciens de Lussi in the sky sont quant à eux différents, nous sommes 3 seulement sur scène : Benja (batterie), Eddy (guitare/basse) et moi.
Nous aimons interchanger les instruments, je peux aussi bien me retrouver à la guitare, qu’à la basse, au clavier ou même encore à la batterie.

Maintenant que tu as participé à l’émission Nouvelle Star, est-ce que tu es moins libre dans tes choix artistiques ?

Ce n’est pas une émission qui influe sur les choix artistiques, c’est juste un tremplin, ça ne régit pas le futur musical des participants, d’autant qu’au sein du programme j’ai fait exclusivement ce que je voulais, la production m’a fait confiance. J’attends aujourd’hui que ma maison de disques fasse de même tout en me prodiguant ses conseils avisés dont j’ai évidemment besoin.

Je sais que généralement, les ex-candidats n’aiment pas reparler de leurs émissions mais pourrais-tu nous dire pourquoi as-tu participé à Nouvelle Star ?

Personnellement je ne renierai jamais ma participation, je suis fière de ce qui a été accompli dans Nouvelle Star, la production a pris le risque de faire redécouvrir au public des classiques du rock que l’on n’entend absolument jamais en prime time sur une grande chaîne. L’émission s’est toujours attachée à ne pas servir la même soupe uniforme que les autres. J’ai participé pour me lancer un défi, j’avais besoin d’une nouvelle grande expérience motivante. C’est en constatant que l’on n’était jamais formaté que j’ai décidé de continuer à jouer le jeu.

Aucun regret alors ?

Aucun sauf peut-être celui d’avoir été éliminée au pied du podium, mais le public demeure le patron et son choix est indiscutable. À moi de lui donner envie de me suivre maintenant.

Et concernant l’arrêt annoncé de cette émission, qu’en penses-tu ?

Je pense que le PAF peut regretter d’avoir perdu une des dernières émissions musicales où l’on joue en live. C’est dommage pour le public car rien ne procure plus d’émotions : hommes et femmes mettant en commun leur talent au service d’un instant.

Revenons à ton album. Est-ce que tu écris aussi certains titres ?

Bien-sûr. Je suis interprète mais aussi auteur-compositeur, il est important que mon disque porte ma touche personnelle ! Je co-écris également avec différents amis artistes, ils m’apportent un recul et une fraîcheur nécessaires.

Y a-t-il des artistes avec qui tu aimerais enregistrer ?

J’ai quelques rêves évidemment mais étant dans une phase préparatoire, je n’ai pas encore concrétisé cette partie. Une chose est sûre : les noms les plus connus ne produisent pas forcément les meilleures chansons ou les meilleurs albums.

Quels sont tes projets une fois que l’album sera terminé ?

Aller le plus vite possible au contact du public via la scène. C’est le plus important pour moi dans ce métier, car c’est la fondamentale du rock, on ne triche pas, tout est spontané et vrai. De plus, avec Lussi in the sky, nous nous amusons beaucoup sur scène, l’humour prend une place importante dans le show, tout ce que je veux c’est que tout le monde reparte du concert avec le sourire, inutile de dire que je suis impatiente !

Des petits moments de pause prévus ?

Je préfère me concentrer sur le travail pour le moment, l’album de Lussi in the sky est ma priorité. Je dois à ceux qui m’ont soutenue dans l’émission de leur offrir de bonnes chansons.

En parlant de « pause », enfin plutôt ici de « pose », te sens-tu aussi à l’aise derrière un micro que devant l’objectif ?

J’aime la photo car je la prends comme un jeu. Je m’amuse beaucoup à rentrer dans des personnages, d’ailleurs ce n’est pas si éloigné que ça de la musique car avec toutes les histoires farfelues que je raconte dans mes chansons, j’incarne beaucoup de personnages différents ! De plus, comme j’aime à le rappeler, j’attache beaucoup d’importance à l’aspect visuel de mon projet, c’est le prolongement de la mise en scène pour moi.

Enfin, qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour la suite ?

J’espère convaincre le public avec Lussi in the sky car c’est le succès de l’album qui m’offrira la possibilité de faire une grande et belle tournée en parcourant toutes les villes pour jouer mon spectacle.

Informations

Articles similaires

Marlon Roudette

En 2005, Marlon Roudette faisait un carton avec le titre “Big City Life”, lui permettant de faire le tour de monde avec son groupe Mattafix. Aujourd’hui, il revient en force dans toute l’Europe avec un album solo, nommé “Matter Fixed” en hommage à son ancien groupe. Son single “New Age” est déjà à la tête des charts allemands. Aujourd’hui, Marlon Roudette espère bien séduire le public français. Pose Mag est parti à la rencontre du jeune homme pour en savoir plus sur lui et revenir sur son parcours.

Lire

Pony Pony Run Run

Lorsque Gaétan et Amaël, les frangins angevins, rencontrent Antonin, le Nantais, durant leurs études à l’École régionale des Beaux-Arts de Nantes, ils sont très loin d’imaginer que le succès va frapper très rapidement à leur porte. Tous les trois sont animés du même désir de créativité et forment leur groupe en 2005. Leur musique teintée d’électro dance et de pop rock a su conquérir un large public, à travers le web grâce à la diffusion de leurs démos. Leur enthousiasme propulse le trio à travers toute l’Europe, à bord de leur camion. Pendant quatre ans, ils promèneront leurs pop-songs, sans label ni tourneur, et se formeront sur le terrain. Une merveilleuse école qui leur a permis d’affronter le succès avec sérénité l’heure venue. Leur premier album « You need Pony Pony Run Run », produit par Frédéric Lo, sort en 2009 et cartonne grâce à « Hey You ». En effet, ce single a servi de jingle sur la chaîne Canal+ et figure sur la compilation La Grande B.O. du Grand Journal de Canal+. 110 000 exemplaires vendus.

Lire

Julie Gali

Julie Gali a écrit et réalisé un premier documentaire intitulé « ILLEGAL LOVE » portant sur la Proposition 8 en Californie, diffusée très récemment sur Canal +. Dans un concept plus artistique, elle est également la réalisatrice prise de vues et la directrice artistique d’un documentaire exclusif sur Lady Gaga interviewée par Jean-Paul Gaultier : « GAGA by GAULTIER ». Elle aborde avec une aisance et un style incroyable, des sujets d’actualités brûlants, avec une écriture moderne. Elle est de plus dotée d’une ligne artistique forte, originale et novatrice. Ses deux créations très remarquées ont été diffusées chacune en Europe, aux Etats-Unis et à travers le Monde.

Lire