Lilly Wood and The Prick

Une victoire de la musique, une tournée à travers la France, un passage à l’Olympia, le groupe Lilly Wood And The Prick a le vent en poupe depuis quelques temps. Leur album tourne en boucle au sein de la rédaction de Pose Mag et c’est donc tout naturellement qu’on leur a proposé une séance photo. En vedette du cinquième numéro de Pose Mag et shootés par l’objectif de Rachel Saddedine, ils ont accepté de répondre à nos questions.

On doit souvent vous poser la question mais je suis sûr que certains lecteurs de Pose Mag aimeraient savoir d’où vient le nom « Lilly Wood And The Prick »…

De nulle part vraiment on cherchait juste à associer des mots et des noms qui pouvaient exprimer des oppositions, Lilly la féminité et le Prick (petit connard).

Comment vous êtes-vous rencontrés ?

Dans un bar le Pop In à Paris, nous avons un ami en commun qui nous a présentés il y a 5 ans, nous ne nous connaissions pas. Deux jours après, nous commencions à écrire des chansons.

Comment définiriez-vous votre style vestimentaire ?

Très certainement dans l’air du temps, nous aimons la mode, nous y avons travaillé tous les deux avant de faire de la musique.

A notre époque, certains vêtements sont unisexes. Vous arrivent-ils d’échanger vos vêtements ?

Oui des chemises en Jean ou des t-shirts …

Quelles sont les personnalités qui vous inspirent en terme de mode ?

Edie Sedgwik et Woody Allen.

Et dans la musique ?

Ils sont certainement trop nombreux…

Quels sont les qualités et défauts de l’un et de l’autre ?

Ben est très calme, généreux et attentif mais parfois introverti.

Nili a beaucoup d’énergie à revendre, elle fonce et tire les choses vers le haut, elle sait être très généreuse aussi !

Vos moitiés sont-elles jalouses de la complicité qui vous lie ?

Pas du tout, Ben et moi avons toujours été amis !

Est-ce que vous avez un porte-bonheur ?

Non, pas encore.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre métier d’artiste ?

La globalité. C’est une chance de vivre de sa passion, mais le truc le plus cool pour nous c’est d’être tous ensemble sur la route.

Et qu’est-ce qui vous plaît le moins ?

La fatigue et les mauvais catering.

Avec cette séance photo pour Pose Mag, on peut voir que vous êtes particulièrement à l’aise devant l’objectif. Vous assumez et contrôlez totalement votre image ?

Pas en particulier mais on essaye de faire attention, de rester nous-mêmes.

Si vous deviez arrêter demain la musique, vers quoi vous tourneriez-vous ?

(Nili) Je serais perdue.

(Ben) Vers la vidéo.

Quelle est votre expression préférée ?

C’est tout pété !

Votre péché mignon ?

Les lasagnes, les femmes, la bière « lol », non, les vêtements.

Enfin, que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

De continuer à faire ce que l’on aime le plus longtemps possible !

Informations

Articles similaires

Skip the use

Un groupe. Cinq musiciens. Un rock énergique à la prose anglophone efficace. Un état d’esprit ouvert et une accessibilité déconcertante. Ne vous méprenez pas sur l’identité du groupe Skip the Use. Ils nous viennent du Ch’Nord. Mais ils n’en ont gardé que la franchise. Pose Mag est allé à la rencontre de Mat Bastard et Yann Stefani, respectivement chanteur et guitariste du groupe, pour nous parler de ce qui les touche, les inspire et les motive.

Lire

François-Xavier Demaison

Acteur au talent d’humoriste indéniable, François-Xavier a suivi la classe libre du Cours Florent, comme on accède à la case départ avant toute ascension. On lui confie très vite quelques petits rôles, avant de s’imposer aux côtés d’anciens membres de la Troupe du Splendid comme Thierry Lhermite dans « Ca se soigne ? » réalisé par Laurent Chouchan, et le trio Jugnot, Balasko, Clavier dans « L’Auberge Rouge » de Gérard Krawczyk. Antoine de Caunes lui offrira son premier rôle dans « Coluche, l’histoire d’un mec ». Son impressionnante composition lui vaudra d’être nominé aux Césars dans la catégorie « Meilleur Acteur ». Dès lors, il ne cesse d’enchaîner les tournages, mais n’oublie pas pour autant son terrain de prédilection : la comédie. Après « Demaison s’envole », son premier one man show qui lui valut d’être nominé aux Molières 2008 comme meilleur « Seul en Scène », il nous revient enfin avec « Demaison s’évade ! ». Programmé à la Gaîté Montparnasse depuis le 20 septembre 2011, il enchaîne aujourd’hui une tournée dans plusieurs villes de France.

Lire

Sara Martins

D’origine capverdienne, Sara Martins grandit à Lyon et suit une formation de danse classique à l’Opéra dans cette même ville. Passionnée de théâtre, elle intègre ensuite l’option art dramatique au lycée Saint-Exupéry. Engagée sur la pièce « Le Radeau de la Méduse », mise en scène par Roger Planchon, cette expérience déterminante influencera son départ pour Paris, afin d’intégrer le Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique. Pendant ces trois ans d’école, elle commence à tourner aux côtés d’Olivier Marchal dans la série « Police District » de 1999 à 2002. Puis elle enchaîne les expériences de théâtre dans « Minetti » de Thomas Bernhard, « Le costume » de Peter Brook, « Les trois sœurs » de Tchekhov. Entre deux pièces, elle poursuit sa carrière à la télévision et se fait remarquer dans « Par amour » d’Alain Tasma, pour lequel elle obtient le prix du meilleur espoir féminin au Festival de Luchon en 2003. Sara ne revendique pas son côté fan de séries télévisées, bien au contraire, puisque la télévision lui a offert de beaux rôles dans « Les tricheurs » avec Pascal Légitimus et Leïla Bekhti, « Les mariées de l’Isle Bourbon » d’Euzhan Palcy, « Merci les enfants vont bien » de Stéphane Clavier et « Pigalle, la nuit » diffusée sur Canal+. BBC One diffuse actuellement, « Death in Paradise » ; série dans laquelle elle a obtenu le rôle principal.

Lire