Jain

Il aura fallu une seule écoute pour que nos oreilles tombent sous le charme de Jain. On a accroché dès les premières notes et une fois le refrain arrivé, on était déjà prêt à danser, le sourire aux lèvres. On a donc décidé d'en savoir plus sur Jain. Qui se cachait derrière ce nouveau talent ? La surprise fut grande quand on a découvert que c'était une jeune française de 23 ans. Nous avons donc décidé de la rencontrer, le temps d'un verre et de quelques clichés sur une péniche parisienne.

Il aura fallu une seule écoute pour que nos oreilles tombent sous le charme de Jain. On a accroché dès les premières notes et une fois le refrain arrivé, on était déjà prêt à danser, le sourire aux lèvres. On a donc décidé d'en savoir plus sur Jain. Qui se cachait derrière ce nouveau talent ? La surprise fut grande quand on a découvert que c'était une jeune française de 23 ans. Nous avons donc décidé de la rencontrer, le temps d'un verre et de quelques clichés sur une péniche parisienne.

Désolé pour cette première question pas très originale mais c'est souvent intriguant lorsque les artistes ont un nom un peu atypique. Alors peux-tu m'expliquer pourquoi tu as décidé de t'appeler Jain  ?

Ce n'est pas mon vrai prénom, c'était mon surnom mais c'était surtout aussi parce que je suis quelqu'un d'assez timide et quand je n'avais pas encore avoué à mes amis que je faisais de la musique, j'ai utilisé ce pseudo pour mettre mes chansons sur internet. Je suis tombée sur une citation indienne d'une religion qui s'appelle le jaïnisme et qui disait «  Don't be sorry if you loose, don't be proud if you gain  ». Cela voulait donc dire que je n’avais rien à perdre et je me suis donc inspirée de cette religion pour mon nom.

Malgré ton jeune âge (23 ans), tu as déjà beaucoup voyagé, notamment grâce à ton père. Quel est le pays ou la ville qui t'a le plus séduite jusqu'à aujourd'hui  ?

C'est clairement Pointe-Noire au Congo car c'est aussi là que j'ai commencé la musique. J'ai commencé à écrire mes premières chansons là-bas, à les mettre sur Myspace... J'y ai également rencontré mon producteur Yodelice, mon manager, c'est vraiment là que tout a commencé. Il y avait tellement de rythmes, de percussions que je ne pouvais pas ne pas faire de musique  !

Ce sont donc les voyages qui t'ont conduit vers la musique ou bien est-ce que c'est quelque chose que tu as en toi depuis que tu es toute petite  ?

Lorsque j'étais petite, je ne rêvais pas d'être chanteuse ou musicienne, je voulais être Jedi  ! Mais comme mes parents écoutaient beaucoup de musique et de la très bonne musique, Nina Simone, Janis Joplin, Pink Floyd, des trucs très différents. Il y a toujours eu cette musicalité-là dans ma famille, mes deux grandes sœurs ont fait dix ans de chorale et j'étais la seule à ne pas faire de chant. C'est vraiment  en voyageant que j'ai eu envie de faire de la musique.  

Ton EP va sortir dans quelques jours. Comment te sens-tu  et est-ce que les autres titres seront à l'image du très efficace single «  Come  »  ?

Je suis vraiment impatiente. La chanson «  Come  » je l'ai faite quand j'avais 16 ans, «  Makeba  » et «  Hope  » je les ai faites l'année dernière donc c'est vraiment un EP qui a grandi avec moi. Il me ressemble et j'en suis très fière. Quant aux autre titres, il y a toujours cette touche africaine et electro mais je ne me ferme pas de portes, j'ai vraiment envie d'avoir plein d'influences.

Et penses-tu chanter en français un jour ?

J'aimerais bien un jour, pour un petit projet, un EP par exemple.

Tu as fait beaucoup de premières parties assez prestigieuses pour des artistes comme Yodelice, Christine and the Queens, ou encore Seal. Est-ce que ce n'est pas un exercice trop difficile de jouer devant des gens qui ne vont peut-être pas être forcément réceptifs à ta musique  ?

Je crois que c'est l'exercice le plus formateur qu'on puisse faire quand on n’est pas encore un artiste confirmé. C'est un public qui ne nous attend pas du tout. C'est à nous de devoir le séduire, si ça ne lui plait pas, tu le vois directement. C'est assez compliqué mais c'est très formateur.

D'ailleurs, en parlant de Yodelice, on peut dire que tu es un peu sa «  petite protégée  ». Comment s'est faite la rencontre avec lui  ?

C'est grâce à une connaissance en commun qui lui a montré mon Myspace. Et quand j'avais 16 ans, je suis rentrée pendant les vacances scolaires à Paris et on s'est donné rendez-vous dans son studio. On a donc fait la première maquette de «  Come  ». On s'est tout de suite super bien entendu artistiquement, c'était évident. Donc après mon école d'art, quand je suis rentrée à Paris, on a fait l'album.

Tu es présente sur Facebook, Twitter, Instagram... Est-ce que c'est toi qui gère tous ses comptes  ? Si oui, quels rapports entretiens-tu avec les internautes  ?

C'est moi qui gère les comptes oui, j'essaie de m'en occuper le plus possible et d'y être attentive. C'est important à notre époque, il ne faut pas négliger la partie digitale de notre métier maintenant.

Le clip de ton single «  Come  » est très réussi, il y a beaucoup d'effets spéciaux, il est très graphique... Qui a eu l'idée de ce clip  ?

Moi, je voulais jouer sur la duplication, l'idée d'avoir plusieurs Jain dans le clip. Et après, j'ai rencontré deux réalisateurs qui travaillent toujours en binôme, Greg et Lio, qui ont déjà fait pas mal de clips. Ils sont jeunes, plein de bonnes idées, ils m'ont proposé toutes les références artistiques... Le clip a été tourné en deux jours, il y avait plein de scènes à tourner et plusieurs fois puisque j'incarnais plusieurs fois mon personnage dans un même plan. Le lieu était magnifique, la Maison Louis Carré, c'était incroyable.

L'image est devenue très importante pour les artistes musicaux et je me doute de la réponse, mais est-ce que c'est important pour toi aussi  ? Est-ce que tu t'es entourée d'une équipe pour le stylisme, pour les choix artistiques... Ou bien est-ce que tu prends les décisions seules  ?

J'ai fait une prépa en art, à l'Atelier de Sèvres et je me suis longtemps demandé si je voulais continuer dans le graphisme ou dans la musique. Et finalement, en choisissant la musique, je me suis dit que je pouvais continuer à faire du graphisme. Donc j'ai fait la pochette de mon disque, ma tenue, le dessin à l'intérieur. Je trouve ça primordial aujourd'hui pour un artiste de s'occuper de l'image. On est dans une société qui a grandi avec des images, on est très éduqué esthétiquement et il faut vraiment que l'image fasse partie de l'image.

Quels sont tes projets pour la suite  ? Est-ce qu'il y a un album en préparation, des concerts...  ?

Oui, il y a un album en octobre. Il est prêt, avec dix chansons aux influences diverses car comme je disais, j'aime mélanger les styles. Je vais également faire une petite tournée à partir d'octobre sur des plateaux multi-artistes pour me préparer, je vais jouer aussi en province, en Suisse, en Belgique, ça se cale au fur et à mesure.

Pour finir, est-ce que j'ai le droit de faire une blague pas drôle  ?

Bah oui  !

Est-ce qu'il y a un Tarzan dans la vie de Jain  ?

(rires) C'est top secret  !

Informations

Articles similaires

Lola Naymark

L’histoire de Lola Naymark, sous les projecteurs, démarre dès l’âge de 7 ans. Elle tourne tout d’abord dans des téléfilms « La nouvelle tribu » et « Un coup de baguette magique » de Roger Vadim. A 10 ans, Bunny Godillot lui offre le rôle principal dans « Riches, Belles, etc » aux côtés de Claudia Cardinale, Anouck Aimée et Marisa Berenson. En 2002, elle joue avec Omar Sharif, Gilbert Melki et Isabelle Adjani dans « Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran » de François Dupeyron.En 2004, elle obtient le prix Michel Simon, se voit nominée aux Césars dans la catégorie « Meilleur espoir féminin » et reçoit le prix de la révélation féminine au festival de Cabourg pour « Brodeuses » d’Eléonore Faucher, dans lequel elle tient le rôle principal aux côtés d’Ariane Ascaride.Elle enchaîne avec « La Maison de Nina » de Richard Dembo, « Dans tes bras » d’Hubert Gillet aux côtés de Michèle Laroque et « L’Armée du crime » de Robert Guédiguian. Place au théâtre dès 2009, où elle interprète Ophélie dans « Le jour des meurtres dans l’histoire d’Hamlet », mis en scène par Thierry de Peretti. Puis, elle intègre, l’année suivante, la compagnie de théâtre Les Années Ivres, avec laquelle elle joue « Le Dindon » de G. Feydeau pendant deux ans au Festival d’Avignon.En 2011, elle joue aux côtés de Yann Barthès dans « Arthur Flèche », un court métrage de Samuel Hercule pour Canal +.Jusqu’au 30 juin, Lola Naymark vous invite à vous rendre au théâtre de l’Atelier où elle se produit sur la scène dans « Liaisons Dangereuses », mis en scène par John Malkovich.Nous la retrouverons également dès le 11 juillet à l’affiche du film « Ma bonne étoile » d’Anne Fassio, aux côtés de Fleur-Lise Huet, Christophe Lambert et Claude Brasseur.Synopsis : En Normandie, Louise (Fleur-Lise Huet) vit heureuse dans le monde du cheval. Brusquement, le destin frappe. Louise reste seule avec son père (Christophe Lambert) et un ami de la famille (Claude Brasseur) à la Ferronnière, le haras où elle vit depuis toujours. Les affaires vont mal, ils sont au bord de la faillite…Heureusement, il y a Marquise, une jeune jument que Louise a élevée. Envers et contre tout, la jeune fille et Marquise vont se battre contre la fatalité qui semble s’acharner…‍

Lire

Maurane

Le Monde est peut-être Stone mais Maurane, Ça casse encore et toujours ! Portée durant deux ans dans sa tournée Nougaro, par un triomphe auquel elle ne s’attendait pas, Maurane nous revient aujourd’hui avec un nouvel album intitulé « Fais-Moi une Fleur ». Des titres tout en parfum, en couleur, en senteurs diverses que nous vous invitons à découvrir… encore et encore !

Lire

Rencontre avec Tokyobanhbao

Après l’interview d’Olivia à Paris la semaine dernière, Pose s’intéresse aujourd’hui à une autre blogueuse et illustratrice, Tokyo Banhbao. L’auteur de ce blog laisse planer une part de mystère autour d’elle puisque même si elle bénéficie désormais d’une grande renommée, on ne sait que très peu de chose d’elle. Pour preuve, on ne connaît même pas son vrai nom, ses origines… On pourrait penser qu’elle est originaire du Japon, puisque « Tokyo », mais peut-être aussi vietnamienne car « banh bao » désigne au Viêt Nam un mets constitué d’une brioche de farine, garnie de porc ou de canard et cuite à la vapeur. Après cette intermède culinaire, revenons à la jeune femme. Ce que l’on peut donc affirmer, c’est qu’elle souhaite rester discrète sur sa vie, et elle a d’ailleurs bien raison. Comme elle nous l’a expliqué durant l’interview, au départ sur son blog, elle ne postait même pas de photographie d’elle. Elle a commencé à mettre en ligne certains clichés de ses looks, mais toujours à visage caché, pour finir enfin par se dévoiler à ses lecteurs quelques temps plus tard. Discrète et professionnelle, on en est sûr. Pour caractériser plus précisément la blogueuse, on pourrait parler de gentillesse et de générosité, mêlées à un caractère affirmé, et surtout beaucoup d’humour. On ajoute à cela un style vestimentaire élégant, simple et original à la fois, beaucoup de charme, et on obtient Tokyobanhbao.

Lire