Dimitri Storoge

Comédien, mais également grand passionné de musique, Dimitri Storoge sera à l’affiche dès le 30 Novembre dans le film « LES LYONNAIS » d’Olivier Marchal, auprès de Gérard Lanvin, Tchéky Karyo, Daniel Duval, Lionnel Astier et Valeria Cavalli. Après 36 Quai des Orfèvres et MR 73, le réalisateur nous campe ici une fresque criminelle doublée d’une belle histoire d’amitié. Il nous replonge dans les années 70, à l’époque du Grand Banditisme avec le Gang des Lyonnais dont l’ascension prendra fin en 1974, lors d’une arrestation mémorable. Retrouvons un de ces hommes, un vrai, celui qui n’a peur de rien et qui se sent invincible grâce à ses amis, des vrais !

Dimitri bonjour ! Vous n’étiez pas très fixé sur votre parcours professionnel, dites-moi ! Avocat, flic, pompier… L’alternative que vous offre le métier d’acteur vous comble finalement, en vous offrant la possibilité de vous réaliser à travers toutes ces fonctions.

Ce sont les ambitions de tous les gamins, non ? Le métier d’acteur m’a permis de découvrir le revers du décor en rentrant dans la peau des personnages. Tout n’était pas aussi rose que dans mes rêves d’enfant. Seul le titre est valorisant !

Quels sont vos acteurs de référence et vos films cultes ?

Question délicate… J’ai néanmoins une admiration sans faille pour Robert Downey Junior, cet acteur américain, qui dégage un tel sens de l’humanité. J’ai adoré son interprétation dans Iron Man (2008). Je suis fan également de Ryan Gosling. Son rôle de professeur dépressif drogué dans Half Nelson (2006) m’a littéralement bluffé. Mon emploi du temps ne m’a pas encore permis d’aller voir son dernier film Drive, mais je vais y remédier rapidement.

Olivier Marchal vous propose d’interpréter Edmond Vidal jeune, dit Momon. Rôle principal que vous partagez avec Gérard Lanvin. Qu’est-ce qui vous a séduit dans ce projet ?

Mon agent m’avait contacté pour me signaler qu’Olivier Marchal me proposait un rôle dans son prochain polar. J’en fus très touché. À la lecture du scénario, j’ai aussitôt adhéré au projet.

Olivier m’avait remarqué lors de la diffusion d’Action Directe de Laurence Katrian pour TF1, en 2007. Nous nous étions alors rencontrés à sa demande, et lors de notre entretien il me fit part de son projet de me faire travailler, lors d’une prochaine réalisation. Je n’ai évidemment pas refusé ! Deux ans s’étaient néanmoins écoulés…

Quel est votre regard sur le gang des lyonnais après vous en êtes imprégné durant le tournage ?

J’ai eu une chance énorme de pouvoir rencontrer Edmond Vidal du Gang des Lyonnais, qui est un mec humain, un grand-père si touchant. Il ne ressemble en rien à l’image du voyou que je me faisais. Il nous a fait part de son ressenti, de plusieurs détails qui nous rendraient plus crédibles face à la caméra. Il m’a également offert son livre afin que je m’imprègne de son histoire et du rôle que m’avait confié Olivier.

Vous imaginez ? Ce petit gitan s’est retrouvé en prison du jour au lendemain, parce qu’il avait volé une cagette de cerises… Il n’est pas né voyou, non. Son incarcération l’a mené tout droit à l’école du crime et sa vie a dès lors basculé. Lui qui envisageait d’ouvrir un magasin de jouets en sortant de taule…

Quels sont les points communs entre Momon et Dimitri ? Sens de la famille et de l’amitié, une loyauté sans faille, les valeurs simples, la fierté de ses origines ?

À vrai dire, je ne me suis jamais posé la question ! Alors reprenons…. Le sens de la famille et de l’amitié ? Evidemment ! La fierté de mes origines russes ? Egalement. Le goût des valeurs simples ? Alors là… Sommes-nous toujours en accord avec ce que nous dicte notre moralité ?… C’est un sujet délicat !

Quels ont été vos rapports avec Gérard Lanvin et vos autres partenaires durant le tournage ?

Avec Gérard, nous défendions le même rôle, il portait donc un regard bienveillant sur ma prestation. Il était très souvent présent sur le tournage, en attente. C’est un acteur sensationnel, un homme intègre et disponible ! Il était le Parrain, et j’étais le grand frère !

Les rapports entretenus avec mes autres partenaires étaient tout aussi appréciables. J’ai réellement apprécié de travailler avec toute l’équipe. On jouait au gendarme et au voleur, on se tirait dessus, on se frappait également, mais à chaque fin de journée quel plaisir de partager un verre ensemble !

Dimitri Storoge : voyou ou beau mec ? Comment vous définiriez-vous ?

Je n’ai pas la trempe nécessaire pour être voyou. Beau mec ? Je ne sais pas. Demandez autour de vous ! lol !

Cinéma, théâtre, télévision… Êtes-vous un acteur comblé ?

Pas encore. Il me faut travailler davantage. C’est un objectif à atteindre que je repousse sans cesse, et qui est comparable aux athlètes de haut niveau qui fixent la barre toujours plus loin.

Quel rôle aimeriez-vous incarner aujourd’hui et avec quel réalisateur ?

J’aimerais interpréter le rôle de Joe Gideon dans la comédie musicale All that Jazz de Bob Frosse (1979). Chanter. Danser. Interpréter. Oui, vraiment ! Je sais, ça vous paraît complètement décalé avec mon rôle dans « Les Lyonnais ». lol !

Quels sont vos projets actuellement ?

Je viens de terminer les représentations de La Mouette de Tchekhov, au grand théâtre du Luxembourg, dans laquelle j’interprétais Treplev. J’attends la sortie prochaine des Lyonnais. J’ai également de nombreux projets, mais rien de très concret dans l’immédiat, donc je n’en dirai pas plus.

Quelle est votre qualité première ? Et votre défaut ?

Ma qualité première ?…Un défaut ?… Pas facile comme question. Je suis « sans concession » !

Avez-vous une addiction particulière ?

Mon fils de 7 mois.

Quel est votre idéal féminin ?

Ma femme. J’en suis très admiratif. Elle est auteure et présentatrice de l’émission « Paris tout compris » sur France 3.

En quoi consistent vos soirées entre amis ?

À parler pendant des heures en buvant des canons.

Quel rapport entretenez-vous avec la musique ?

La musique est indispensable à ma vie ! Actuellement, j’écoute Kinks, un groupe de rock anglais des années 60/70, et je berce mon fils avec leurs magnifiques ballades.

Côté mode, vous êtes plutôt chic ou choc ?

Choc ! Je suis fan de blousons en cuir et de motos évidemment !

Vous partez en voyage, quels sont vos indispensables ?

Mon téléphone, mon portable pour écouter ma musique et des bouquins.

Quelle situation peut vous déstabiliser ?

L’émotion, comme celle que j’ai ressentie lors de la naissance de notre fils. Une déflagration absolue !

Votre dernière colère ?

Contre les cons ! Et bien le voilà mon gros défaut : co lé ri que ! Des cons j’en rencontre tous les jours, pas vous ? lol !

Votre notoriété vous pèse ou vous flatte au contraire ?

Je suis super flatté !

Dimitri Storoge est préselectionné pour les Césars dans la catégorie «Meilleur Espoir». Toutes nos félicitations !

Informations

Articles similaires

Smoking Smoking

Smoking Smoking est un beau duo composé de deux amies, qui menaient leur carrière en solo jusqu’au soir où elles ont décidé d’essayer quelque chose ensemble. Ce quelque chose, c’était un refrain à la fois mélancolique et consolant, celui d’«Are We Lucky ?». Dès lors, Vanessa s’installe à la droite du piano, Audrey à la gauche et à quatre mains, elles composent et jouent des chansons graves et enflammées, fières et ébréchées, bouleversantes et galvanisantes. Smoking Smoking est d’abord l’histoire de deux filles et de leur amitié et qui se disent qu’elles auraient dû chanter ensemble depuis toujours…

Lire

Audrey Dana

Très ouverte sur le monde extérieur, curieuse et fort communicative, Audrey Dana ressort du conservatoire d’Orléans, avec un premier prix d’art dramatique. Direction Paris ! Elle réussit le concours de l’Ecole d’Art Dramatique avec brio et rencontre lors de sa 4e année de formation, son premier agent et quelques metteurs en scène. Mais l’envie de découvrir d’autres horizons et d’autres cultures sera le plus fort. Elle plaque tout et part vivre à New York où elle séjournera deux ans. Elle n’est pas la fille d’une maman américaine pour rien ! Là-bas, elle se découvre une autre passion : celle de réunir les talents. De spectacles en spectacles, elle se fait un petit nom d’artiste un peu allumée… Retour sur Paris ! Elle auditionne avec succès pour une pièce « Le Carton » dans laquelle elle se surprendra à faire rire, pendant 400 dates. Elle enchaîne au théâtre avec une œuvre de Bernard Werber « Nos amis les Humains », puis dans une comédie explosive « La sœur du Grec » produite dans un premier temps à Paris, puis dans toute la France. Claude Lelouch lui propose alors son premier rôle dans « Roman de gare ». Son interprétation très remarquée lui vaudra de nombreuses nominations en tant que jeune espoir féminin (Les prix Lumière, Les César, le prix Romy Schneider,…).

Lire

Thirty Seconds to Mars

Il y a des artistes qui dégagent une telle aura, que lorsqu’ils entrent dans la pièce, tout le monde se fige. 13 heures sonnent aux portes de l’Hôtel Murano, au design futuriste détonnant avec l’esprit du quartier. Un peu anxieuse, l’équipe de Pose Mag se tient prête à recevoir le groupe Thirty Seconds To Mars pour réaliser séance photo et interview. Les rires nerveux fusent. Puis soudain, chacun à leur tour, les membres du groupe arrivent. Jared Leto est le dernier à faire honneur de sa présence. Et là, biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip… Suite à une crise de groupisme aggravé, déclenchée par un clin d’oeil de Jared Leto, nous avons dû censurer les propos tenus par Cécilia Rowe en introduction. Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée.

Lire