Charlie Le Mindu

Quel est le point commun entre Lady Gaga et Mylène Farmer ? Aucune idée ? Et si je vous dis, le point commun entre la nouvelle héroïne de Disney (la princesse Raiponce), et des femmes nues sur un podium, coiffées de perruques délirantes ? Non ? Toujours rien ? Et bien il s’agit de Charlie Le Mindu ! Ce jeune français, parti s’installer à Londres, est le coiffeur en vogue du moment ! Lady Gaga, VV Brown, Florence And The Machine, Uffie… Il les attife toutes de coiffures plus délirantes les unes que les autres. Pose Mag a eu la chance de l’interviewer, afin de vous faire découvrir ce qui se cache vraiment derrière la moustache de ce coiffeur déjanté.

Bonjour Charlie. Ta passion pour la coiffure est apparue très tôt, à l’âge de six ans. Peux-tu nous raconter cela ?

A 6 ans, j’ai coiffé des Barbies, et après j’ai coiffé tous les week-ends dans un salon de grand mère. C’était génial ! C’est ce que je voulais commencer à faire, car apprendre les techniques classiques de la coiffure était le plus important à mes yeux. Et je savais que si j’étais capable de savoir mes classiques, alors je pourrais faire du punk qui démonte !

Originaire de Bordeaux en France, tu es parti à 17 ans à Berlin pour ensuite partir vivre à Londres. Est-ce que tu te sens encore français malgré tout ?

Mmm… Oui j’adore Paris et la France ! Mais je trouve plus facile pour moi de parler anglais que français ! Je suis comme un Van Damme de la coiffure !
Je m’adapte très facilement au pays où je suis, mais c’est vrai que c’est plus facile à Londres qu’en France pour moi. C’est peut-être parce que j’ai l’air d’un « freak » !

Penses-tu que tu aurais connu le même succès si tu étais resté en France ?

Non pas du tout. Mon but est d’avoir mes shows et d’être reconnu en France, mais comme tout le monde le sait ,il faut se faire valider dans un autre pays comme l’Angleterre ou à New-York pour pouvoir être accepté en France !

Tes défilés créent toujours l’événement et choquent parfois. Je pense par exemple à la fameuse cagoule en souris et rats morts, qui a outré l’Angleterre, ou bien à ton show où certains mannequins étaient entièrement nus. A notre époque, faut-il choquer pour réussir ?

Non je n’essaie pas de choquer ou d’agresser, c’est juste ma façon de voir la beauté qui est peut-être différente de celle des autres. Les rats c’est de la taxidermie et j ai toujours été fan d’animaux, dead or alive !
Les mannequins nues c’est parce que la dernière collection était très inspirée par les gogo danseurs et leur pouvoir. Donc j’ai été obligé de mettre deux femmes nues sur le catwalk !

Les 4 et 5 décembre prochains, vous serez au parc Disneyland à Paris. En l’honneur de la sortie du film « Raiponce », cette princesse à la chevelure d’1km, un salon éphémère sera installé et vous coifferez certaines privilégiées qui ont eu la chance d’avoir un rendez-vous. Comment t’es venu cette idée ?

C’est une de mes collaborations préférées. Le parc Disneyland Paris m’a contacté directement. J’ai déjà fait une installation dans leur Barber shop le 6 novembre dernier, mais cette fois-ci je transformerai les gens en prince ! Raiponce, c’est un de mes films préféré de Disney depuis Ariel ! Donc vu que c’est la 10ème princesse et aussi qu’elle a les cheveux les plus longs, je me suis dit qu’il fallait vraiment que j’accepte cette chance de travailler avec Disney.

Tu as participé au nouveau clip de Mylène Farmer, Oui mais non, en créant les perruques des danseurs. Comment s’est faite cette rencontre ?

Mylène Farmer a rencontré Chris Sweeney, qui est le directeur de la vidéo et qui lui a présenté mon travail. Elle est tombée amoureuse directement. Je dois avouer aussi que Mylène Farmer était une de mes artistes favorites quand j étais petit… Jusqu’à ce que j écoute du punk !

Ce nouveau clip est beaucoup comparé à celui de Lady Gaga, Bad Romance, pour lequel tu as également travaillé. Que penses-tu de cette comparaison ?

Je pense que c’est complètement différent. Ce qui fait penser à ça, c’est juste que le clip n’a pas était fait dans la norme française. Il a été tourné à Londres donc il y a un esprit fun et frais. Mais personnellement je trouve ça complètement différent.

C’est quoi cette histoire de Barbies mortes dans une piscine ?

(rires) Je les noyais l’hiver dans la piscine, pour que l’été je les retrouve avec les cheveux verts !

D’où te viens cette imagination débordante lorsque tu crées ?

Surtout de mes amis qui travaillent tous dans la musique ou dans l’art ! Mais pas trop du milieu de la mode.

Est-ce que tu as encore du temps pour travailler tranquillement dans ton salon ?

Non je n’ai fait que du Pop up salon at Machine A, deux fois par mois.

La coiffure tendance pour l’hiver 2010, selon Charlie Le Mindu, c’est quoi ?

Les cheveux très longs et l’extension !

Enfin, peux-tu nous dévoiler tes futurs projets en exclusivité ?

Oui je travaille de très près avec la meilleure compagnie d’extension, Hairdreams ! Ils sont géniaux et j’ai plein de projets avec eux, sur Paris et Londres.

Pour finir, j’ai une proposition à te faire. Tu nous arranges une rencontre avec Lady Gaga et son manager, et on s’organise tous ensemble une séance photo pour Pose Mag, ok ?

(rires) Je n’ai pas le contact de son manager et tout le monde se l’arrache !

Informations

Articles similaires

Lussi in the sky

On l’a découverte en femme d’intérieur extravertie dans le numéro 2 de Pose Mag, mais Lussi est avant tout une artiste musicienne et chanteuse. Après avoir participé à l’émission La Nouvelle Star, sur M6, elle prépare actuellement un nouvel album. Nous avons donc essayé d’en savoir plus sur elle et sur le futur opus qu’elle livrera à ses fans au Printemps 2011.

Lire

How I met your Mothxr

Un dimanche après-midi quelque part dans Pigalle. Un petit studio photo au 5ème sans ascenseur, temps mitigé, des images d’oiseaux partout, sur les coussins, sur des chemises, en photo, un perroquet gonflable. On était trois à tourner en rond sur de la tomette usée, à attendre les membres de MOTHXR (le groupe de Penn Badgley) pour une interview décidée à la dernière minute. Mais l’opportunité était trop belle...

Lire

Rencontre avec Tokyobanhbao

Après l’interview d’Olivia à Paris la semaine dernière, Pose s’intéresse aujourd’hui à une autre blogueuse et illustratrice, Tokyo Banhbao. L’auteur de ce blog laisse planer une part de mystère autour d’elle puisque même si elle bénéficie désormais d’une grande renommée, on ne sait que très peu de chose d’elle. Pour preuve, on ne connaît même pas son vrai nom, ses origines… On pourrait penser qu’elle est originaire du Japon, puisque « Tokyo », mais peut-être aussi vietnamienne car « banh bao » désigne au Viêt Nam un mets constitué d’une brioche de farine, garnie de porc ou de canard et cuite à la vapeur. Après cette intermède culinaire, revenons à la jeune femme. Ce que l’on peut donc affirmer, c’est qu’elle souhaite rester discrète sur sa vie, et elle a d’ailleurs bien raison. Comme elle nous l’a expliqué durant l’interview, au départ sur son blog, elle ne postait même pas de photographie d’elle. Elle a commencé à mettre en ligne certains clichés de ses looks, mais toujours à visage caché, pour finir enfin par se dévoiler à ses lecteurs quelques temps plus tard. Discrète et professionnelle, on en est sûr. Pour caractériser plus précisément la blogueuse, on pourrait parler de gentillesse et de générosité, mêlées à un caractère affirmé, et surtout beaucoup d’humour. On ajoute à cela un style vestimentaire élégant, simple et original à la fois, beaucoup de charme, et on obtient Tokyobanhbao.

Lire