Helena Noguerra

A 15 ans, (la grande) Helena débute sa carrière comme mannequin dans les années 80, puis se lance dans la chanson, comme sa sœur Lio. Leurs registres, tout comme leurs parcours sont pourtant totalement différents. Helena est curieuse et touche à tout dans le domaine artistique. Animatrice télé sur M6, animatrice radio, chanteuse, actrice, romancière, auteur de théâtre, réalisatrice de film et documentaire : rien n’arrête cette artiste aux multiples talents. Sa prestation dans « L’Arnacoeur », en tant que copine de Vanessa Paradis, a notamment marqué quelques réalisateurs qui se pressent de lui proposer de beaux projets. Un premier rôle se profile, suivi de jolies collaborations tout aussi tentantes les unes que les autres… Actuellement à l’affiche de la comédie réalisée par Christian Clavier « On ne choisit pas sa famille », et dont la sortie est annoncée le 9 Novembre 2011, Helena Noguerra ne cesse d’enchaîner les rôles inattendus.

Alex (Helena Noguerra) est en couple avec Kim (Muriel Robin). Elles désirent, plus que tout, adopter Maily, une adorable fillette de 5 ans, croisée récemment en Thaïlande. Mais une nouvelle loi stipule que tout couple demandeur d’adoption devra être impérativement marié. Alex, avocate renommée, profitera de la situation financière désespérée de son frère César Borgnoli (Christian Clavier), qui est en passe de perdre le garage familial, pour lui proposer un marché : épouser sa partenaire et partir le temps d’un week-end récupérer légalement Maily. Dès leur arrivée à l’aéroport, ce faux couple chien et chat (Clavier/Robin) est accueilli par le Dr Luix (Jean Reno) qui les accompagnera durant quelques jours pour s’assurer de leur crédibilité. Attention danger ! Le week-end tournera vite au cauchemar…Mais, lorsqu’Alex les rejoint à Bangkok pour sortir son frère César de prison, le Dr Luix tombe immédiatement sous le charme de cette femme gay…

La Thaïlande, lieu de tournage principal, a été retenue par Christian Clavier pour la photogénie qu’elle pouvait offrir. Pari réussi, les images hautes en couleur sont sublimes et nous invitent au voyage !

Christian Clavier, scénariste, réalisateur, acteur et producteur de son propre film, vous propose d’interpréter Alex. Pourquoi vous ?

Ma prestation dans « l’Arnacoeur » l’avait séduit et amusé. Il a alors pensé que je pouvais m’imprégner de ce rôle sans aucune retenue. J’étais aux anges lorsqu’il m’a remis le scénario.

J’étais ravie et en même temps curieuse de l’approcher professionnellement. Il s’est révélé être un réalisateur exigeant, mais si riche d’enseignement. Il sait exactement ce qu’il attend de nous. Il est en observation permanente, mais ne nous brusque jamais. Tendre et autoritaire à la fois. Il tient à son rythme de comédie, à maintenir cette dynamique qui lui est propre et nous pousse à être réactif à tout moment. Il sait nous transmettre son énergie débordante.

Qu’est-ce qui vous a séduit dans ce projet ?

Bien qu’il s’agisse d’une comédie, je ne tiens pas un rôle de clown, qu’on se le dise ! J’ai complètement adhéré dans le thème : traiter l’homoparentalité dans un film populaire. C’était risqué, mais bien vu ! Je n’avais, jusqu’alors, jamais interprété un rôle d’homosexuelle, mais jouer l’amoureuse de Muriel Robin…

Quel est votre regard sur l’homoparentalité ?

Je suis pour, même si elle engendre de nombreuses polémiques ! Le sujet est tellement d’actualité, parlez en autour de vous ! Les enfants ont avant tout besoin d’amour pour s’épanouir, non ? Dans le film, l’orphelinat est entièrement géré par des religieuses. Nous sommes donc bien dans un monde de femmes, alors pourquoi rejeter l’idée d’une adoption dans un couple de femmes, désireuses de fonder une famille ? On ne parle plus de collectivité alors mais de foyer aimant.

Comment êtes-vous parvenue à composer le rôle d’Alex ?

Lorsque j’ai rencontré Christian Clavier pour le projet, il a tout de suite évoqué le côté féminin d’Alex. Il désirait, avant tout, que je ne rentre pas dans le cliché type de la camionneuse. J’étais donc en phase avec ma personnalité. Je me suis inspirée de Gina Gershon, actrice américaine, qui interprétait un rôle de lesbienne dans « Bound » des frères Machowski. Elle dégageait une telle énergie dans ce film ! Plombier à l’écran, elle demeurait néanmoins méga sexy dans son T.shirt marcel. J’ai tenté de reproduire ce jeu et je pense y être parvenue… Mon charme n’opère-t-il pas sur le Dr Luix ?…

Quels ont été vos rapports avec Muriel Robin et Jean Reno durant le tournage ?

Malgré le rythme endiablé du tournage, nous avons partagé de nombreux fous rires. Jean Reno est très paternaliste. Quant à Muriel Robin, elle est dans l’affect. Elle a su se montrer très rassurante lorsque je me sentais parfois déstabilisée sur le plateau. J’ai beaucoup appris durant ce tournage grâce à mes partenaires. L’expérience fut fort enrichissante. J’éprouve toujours ce sentiment de débuter. Une fois de plus j’ai appris à me dépasser et à affronter une part de ma timidité. Je m’endurcis ! Mes partenaires m’ont fait grandir. Merci à eux !

Informations

Articles similaires

Linda Hardy

Bien que mannequin, Linda Hardy ne se contente pas de son statut à l’image figée. Elle possède d’autres cordes à son arc et développe très vite une passion pour le cinéma et le théâtre : un univers qui lui permet de se révéler et de s’épanouir. Elle débute en 2000 dans « Recto Verso » de Jean-Marc Longval et enchaîne dans la saison 3 de « H », sous la direction de Charles Nemes et Eric Lartigau. Dès 2003, elle monte sur les planches dans « Putain de soirée » mise en scène par Daniel Colas. Très vite repérée, elle poursuit sa carrière et enchaîne les tournages dans « Immortel » d’Enki Bilal, « Le souffleur » de Guillaume Pixie, « Tu peux garder un secret » d’Alexandre Arcady et « Un homme et son chien » de Francis Huster aux côtés de Jean-Paul Belmondo. Elle est actuellement à l’affiche de « Ladies Night » au théâtre de l’Alhambra, et ce jusqu’au 29 septembre 2012. Jacques Collard a su adapter « Full Monty », cette comédie britannique sur fond de crise économique et de détresse sociale, en confiant la mise en scène parisienne à Thierry Lavat. Le succès est évidemment au rendez-vous !

Lire

Thirty Seconds to Mars

Il y a des artistes qui dégagent une telle aura, que lorsqu’ils entrent dans la pièce, tout le monde se fige. 13 heures sonnent aux portes de l’Hôtel Murano, au design futuriste détonnant avec l’esprit du quartier. Un peu anxieuse, l’équipe de Pose Mag se tient prête à recevoir le groupe Thirty Seconds To Mars pour réaliser séance photo et interview. Les rires nerveux fusent. Puis soudain, chacun à leur tour, les membres du groupe arrivent. Jared Leto est le dernier à faire honneur de sa présence. Et là, biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip… Suite à une crise de groupisme aggravé, déclenchée par un clin d’oeil de Jared Leto, nous avons dû censurer les propos tenus par Cécilia Rowe en introduction. Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée.

Lire

Justin Nozuka

Jeune prodige de la musique Justin Nozuka nous arrive tout droit du Canada. Après un carton en France avec son précédent album « You I Wind Land and Sea », il nous revient avec l’opus « Ulysees », d’un tout autre genre et dont la pureté nous explose à la figure. Un album à écouter de toute urgence pour le bien qu’il procure à nos oreilles.

Lire