Gunther Love

Rendez-vous donné près du Pont Cardinet à Paris. Sylvain Quimene, alias Gunther Love, arrive en scooter. Nous nous rendons dans un grand garage pour effectuer le shooting. Il prend tout d’abord la pose en tenue civile, puis en un claquement de doigt, le voici vêtu d’une combinaison noire à paillettes. Sylvain devient alors Gunther Love. Tel un super héros, il nous fait une démonstration de ses meilleures acrobaties. Entre deux sauts, nous avons réussi à l’interviewer. Voici ce qu’il nous a confié.

Comment t’est venue l’idée de te tourner vers le Air Guitar ?

Tout a débuté quand j’étais dans le ventre de ma mère, et que mon père écoutait Elvis à fond les ballons. Je lui retournais le bide en bougeant dans tous les sens. Puis j’ai grandi avec les solos de Metallica, des Gun’s ou de U2 à cause de mes frères et sœurs, bref j’ai toujours été bercé par le rock.

Et puis un jour la folie Air Guitar s’est emparée de moi. J’ai croisé sur la route du rock Moche Pitt et Chateau Brutal des Airnadette aux Eurockeennes de Belfort en 2008. Je me suis retrouvé embarqué dans le groupe, je me suis inscrit au championnat de Paris, puis je suis devenu champion de France, puis champion du monde, puis double champion du monde. Je me suis ensuite retrouvé sur scène avec M à Bercy, sur les routes d’une tournée Américaine, en train de boire des bières avec Lenny Kravitz tout en taillant une bavette avec Johnny Hallyday. Tout ça comme une succession d’accidents, de manière exponentielle.

En fait j’ai jamais eu l’idée de me tourner vers le Air Guitar… c’est l’Air Guitar qui s’est tournée vers moi en m’offrant une vie plutôt cool !

Pourquoi le nom Gunther Love ?

Officiellement, lorsque j’ai créé ce personnage, je jouais dans une pièce de théâtre d’H. Muller « Germania. Mort à Berlin » dans laquelle j’interprétais Gunther, chef guerrier d’un Opéra de Wagner. Je trouvais le prénom de Gunther plutôt cool et le Love amenait un peu d’amour à ce prénom sulfureux.
Officieusement, c’est parce que Gunther Love ressemble énormément à Gunther, acteur X allemand des années 80 !

Tu as une amoureuse ?

La plus belle. La plus Rock’N Roll.

C’est qui, c’est qui ? On veut tout savoir !

Ta soeur !
Bon d’accord, elle s’appelle Daphné Bürki.

La combinaison que tu portes sur nos photos a été créée par Alexandre Vauthier. Comment avez-vous été amenés à travailler ensemble ?

Je cherchais justement une nouvelle tenue pour la rentrée et pour la Comédie Musiculte des Airnadette. Daphné, connaissant Alex, lui a envoyé un mail en lui proposant de me réaliser une tenue délirante. Et contre toute attente, il a répondu immédiatement « oui », mentionnant qu’il connaissait Gunther Love, dont les conneries le faisaient bien marrer. OK donc pour me faire une combi… en copain. La grande classe ce mec ! En plus d’un talent indéniable, ce mec est généreux et il déchire. Merci Monsieur Vauthier!

Dans tes tenues de tous les jours, tu portes quelles marques en général ?

Je suis un fan des frippes. Du coup la marque m’importe peu. Mais j’avoue avoir un problème avec les chemises en jean Levi’s : j’adore ça ! Je suis aussi un fan de Topshop et Urban Outfitters. Sinon en underwear mes petits potes de Pull In me fournissent des trucs plutôt cools. J’aime les baskets Puma, les Repetto (deux secondes, je place mes sponsors hein ! Désolé chers lecteurs !). Et j’aime me faire des petits plaisirs chez Vivienne Westwood.

Si tu devais être une chanteuse française…

La fille de Izia Higelin qui aurait couché avec Amanda Lear (dans sa période 70’s).

Et un animal ?

Demis Roussos.

Quand on est champion de Air Guitar, on n’écoute que du rock, non ?

Je ne vis que pour le Rock’n Roll. Maintenant un bon live de Tina Turner @ Amsterdam des 60’s, y a rien de plus salvateur. Une leçon de musique, comme Curtis Mayfield ou autre James Brown.

Quoi de prévu cet été ?

Un peu de vacances, je suis dead. Cette année a été très très chargée. Puis du travail aussi, entre autres l’écriture de la comédie musicale des Airnadette pour la rentrée @ Divan Du Monde.

Et tes projets pour la rentrée ?

Je viens de te le dire, tu n’écoutes rien ! La comédie musicale des Airnadette au Divan du monde !

Un dernier mot pour les lecteurs de Pose Mag ?

Je t’aime Daphné. Vive l’amour et le Rock’n Roll.

Informations

Articles similaires

Coup de coeur pour Janie et son univers doux et inspirant

On l'a découverte il y a plusieurs semaines via Instagram. Il faut dire que Janie soigne particulièrement son image sur les réseaux sociaux. Un feed coloré et léché qui mêle vidéos, photos perso et shootings pros, un appartement parisien à la décoration inspirante et un chat roux tout aussi adorable, il n'en fallait pas plus pour nous séduire !

Lire

Axelle Red

Fabienne Demal, plus connue sous le nom d’Axelle Red, est née le 15 février 1968 à Hasselt (Belgique). Chanteuse, auteure, compositrice et interprète, elle sort son premier album en 1993 Sans plus attendre qui connaîtra très vite le succès en France, mais aussi en Suisse, en Belgique, au Canada, et s’écoulera à plus de 500.000 exemplaires. S’ensuivront alors d’autres albums soul, rythme & blues, des scènes prestigieuses, des tournées et de nombreux concerts de soutien et de solidarité auxquels elle participe activement. Elle nous revient aujourd’hui avec un nouvel album «Un cœur comme le mien », sorti le 4 avril 2011.

Lire

Laurence Arné

Franco-hollandaise, Laurence pratique dès l’enfance la danse, le piano et le chant au conservatoire d’Angoulême. Ses premiers pas dans le monde artistique la poussent spontanément à regagner Paris, en 2003, pour poursuivre dans cette voie. Elle s’inscrit au Studio 34 (École de théâtre), mais ne néglige pas pour autant ses études de sociologie et de sciences des médias. Une chose est certaine : elle aime faire rire ! Laurence se lance alors dans l’écriture de son one woman show, se met en scène et interprète son spectacle en 2006 au théâtre Le Bout. Très vite repérée, Laurent Ruquier l’engage pour sa nouvelle pièce « Open Bed » aux Bouffes Parisiennes. S’ensuit une collaboration avec Dominique Farrugia sur TPS Star, dans l’émission « Le Soiring », aux côtés de Manu Payet et Bruno Guillon. En 2009, Dominique Farrugia produit lui-même son nouveau talent du rire, au théâtre des Blancs Manteaux. 2010 la mènera au cinéma où elle fera ses débuts dans une comédie romantique « L’amour c’est mieux à deux » de Dominique Farrugia (encore et toujours !) et d’Arnaud Lemort. Humoriste et désormais actrice de talent, elle enchaînera ensuite dans « Moi, Michel G, Milliardaire, Maître du monde » de Stéphane Kazandjian et dans, « Un jour mon père viendra » de Martin Vallente.

Lire