François-Xavier Demaison

Acteur au talent d’humoriste indéniable, François-Xavier a suivi la classe libre du Cours Florent, comme on accède à la case départ avant toute ascension. On lui confie très vite quelques petits rôles, avant de s’imposer aux côtés d’anciens membres de la Troupe du Splendid comme Thierry Lhermite dans « Ca se soigne ? » réalisé par Laurent Chouchan, et le trio Jugnot, Balasko, Clavier dans « L’Auberge Rouge » de Gérard Krawczyk. Antoine de Caunes lui offrira son premier rôle dans « Coluche, l’histoire d’un mec ». Son impressionnante composition lui vaudra d’être nominé aux Césars dans la catégorie « Meilleur Acteur ». Dès lors, il ne cesse d’enchaîner les tournages, mais n’oublie pas pour autant son terrain de prédilection : la comédie. Après « Demaison s’envole », son premier one man show qui lui valut d’être nominé aux Molières 2008 comme meilleur « Seul en Scène », il nous revient enfin avec « Demaison s’évade ! ». Programmé à la Gaîté Montparnasse depuis le 20 septembre 2011, il enchaîne aujourd’hui une tournée dans plusieurs villes de France.

Il nous offre un rire au fil de l’émotion, incarnant ses personnages au plus juste pour mieux les pousser dans leurs derniers retranchements et leur folie. Il nous livre son regard sur le monde, à travers une toute nouvelle galerie de personnages singuliers, cruels, familiers, parfois désespérés, souvent désespérants. François-Xavier exprime ainsi un certain désarroi, face à un monde en mouvement perpétuel, sur lequel il n’a plus prise.

« Demaison s’envole », « Demaison s’évade » deux titres qui évoquent forcément la fuite, non ?

Non, ce n’est pas de la fuite, c’est un besoin de liberté, d’évasion. Sur scène je suis libre et je m’évade. C’est aussi une petite pirouette à la fin du spectacle, je vous invite donc à venir le voir pour comprendre !

Avez-vous collaboré avec la même équipe que lors de votre précédent one man show ?

Tout à fait ! J’ai collaboré avec Eric Théobald, Mickael Quiroga et Samuel le Bihan, mon producteur et néanmoins ami. On ne change pas une équipe qui gagne !

Votre femme québécoise et votre fille sont très souvent citées dans votre spectacle. Vos muses quotidiennes ?

Oui, ce sont mes muses ; je les aime, elles m’inspirent. Ma femme me fait beaucoup rire, car lorsqu’elle s’énerve elle reprend son accent. Au moment de coucher notre fille, elle ne lui fredonne pas « fais dodo, Colas mon p’tit frère… », mais lui entonne une chanson folk canadienne dynamisante, avec son accent québécois !

Le Casino de Paris vous ouvre ses portes le 2 juin et La Cigale du 4 au 9 décembre. Vous attendiez-vous à un tel succès ?

Je suis content. Les fans de mon premier spectacle reviennent pour le second et ceux qui me connaissent uniquement en tant qu’acteur au cinéma, viennent me découvrir sur scène. Un nouveau public, c’est super !

En parcourant votre biographie, je découvre avec surprise que vous ne vous destiniez absolument pas à cette carrière d’artiste. En quoi les attentats du 11 septembre 2001 à N.Y. influencent-ils ce revirement ?

Effectivement, ce fut un accélérateur. On a tous traversé dans notre vie une épreuve choc, telle que la maladie ou une rupture qui nous incite à nous poser les « bonnes questions ». Après un bilan sur mon parcours personnel (j’étais fiscaliste new-yorkais à l’époque !), j’ai vraiment voulu passer à autre chose. Il était temps que je me réalise dans une voie professionnelle qui me corresponde vraiment. Ce fut un véritable déclic !

Durant votre parcours, quelles ont été les rencontres marquantes et décisives qui ont influencé votre carrière ?

Samuel Le Bihan (bien sûr !), ma femme Emmanuelle, Antoine de Caunes qui m’a offert le rôle de Coluche, et beaucoup d’autres avec lesquels j’ai pu construire ma carrière, car seul, on n’est pas grand-chose dans ce métier !

En quelques mots, votre actualité cinématographique pour 2012.

Le 19 Septembre 2012, sortira en salle « Comme des frères » une comédie d’Hugo Gélin, avec Nicolas Duvauchelle, Pierre Niney et Mélanie Thierry.

Informations

Articles similaires

Bernhoft

Bernhoft est un jeune artiste norvégien dont le premier single Cmon talk a séduit la France ces dernières semaines, et pas que… En effet, la vidéo de ce titre a tourné partout dans le monde et comptabilise plus de deux millions de vues. Son album “Solidarity breaks” tourne en boucle depuis que nous l’avons reçu ! “Sing hello & some more”, “Choices”, “Good Intentions” sont nos coups de coeur (et des futurs tubes en puissance, on est en sûr) et le reste de l’abum regorge de jolies surprises musicales. A l’occasion de son passage à Paris, nous en avons profité pour rencontrer Bernhoft afin d’en savoir plus sur lui et de le faire poser devant l’objectif de notre photographe.

Lire

Matthieu Charneau

Après avoir obtenu son BAC S avec mention en 2006, Matthieu Charneau a commencé des études de commerce en Agro Alimentaire. Cette orientation ne l’ayant pas convaincu, il a cherché à se rapprocher du monde artistique et créatif. Il a alors pris la décision de suivre une formation de coiffeur. Après plusieurs récompenses obtenues dans cette nouvelle activité, il se dirige petit à petit vers une carrière de modèle. Un choix judicieux puisque Matthieu Charneau a été choisi dernièrement par Nicola Formichetti (Directeur Artistique de Thierry Mugler et styliste de Lady Gaga) pour apparaître dans la vidéo de la dernière campagne masculine de la Maison. La rédaction de Pose Mag a décidé d’en savoir plus sur ce jeune homme, dont le charme, la plastique irréprochable et la simplicité nous assurent que l’on n’a pas fini d’entendre parler de lui. Voici ce qu’il nous a confié.

Lire

Elsa Zylberstein

Comédienne talentueuse, maintes fois récompensée par la profession, sa carrière est à son image ; lumineuse, passionnée et surprenante, tant par ses prestations que par ses jeux si divergents. Mauboussin en fera son Ambassadrice dans la campagne publicitaire « d’Amour, le jour se lève », en la définissant ainsi : « Toutes les femmes sont nos ambassadrices, mais il arrive qu’on en rencontre une qui les incarne toutes. Elsa symbolise cette nouvelle génération de femmes déterminées, élégantes, libres, dont la beauté ne tombe pas dans la caricature de l’icône. » Il était une fois, Elsa Zylberstein… Après le bac, elle se tourne vers la comédie en intégrant la classe libre du cours Florent avec pour professeur, entre autres, Francis Huster. Maurice Pialat la révèle dans « Van Gogh ». Sa prestation très remarquée lui vaut le Prix Michel Simon en 1992 et sa première nomination au César du Meilleur Espoir Féminin. Elle n’a que 17 ans. Dès lors, elle n’arrêtera pas d’enchaîner les rôles. Elle inspire de jeunes réalisatrices, telle que Martine Dugowson, dont elle devient l’actrice fétiche et qui lui confie le rôle principal de « Mina Tannenbaum » aux côtés de Romane Bohringer. A cette occasion, Elsa se verra attribuer le Prix Romy Schneider en 1993.

Lire