Corson

Alain, alias Corson, est un artiste au talent et à la sensibilité exacerbés. Passionné par la musique depuis son plus jeune âge, il est passé par divers styles de musique, comme le chant lyrique, mais aussi le rock funk… Après un parcours riche et varié, il se lance désormais dans une carrière musicale en solo, avec un premier titre « We’ll come again », qui a déjà conquis le grand public. Le single sort aujourd’hui en version digitale. Nous en avons profité pour interviewer l’artiste, afin d’en savoir plus sur lui.

Est-ce que tu peux tout d’abord nous résumer ton parcours artistique jusqu’à aujourd’hui ?

Ma mère m’a inscrit au solfège à 8 ans, et après un an de théorie pure (à l’époque on ne commençait pas l’instrument de suite), j’ai choisi le piano, j’en ai fait 5 ans. A 17 ans, j’étais attiré par le chant lyrique et je suis entré au Conservatoire de Thionville. En parallèle j’ai intégré un groupe de rock funk « Samsara » avec lequel j’ai fait mes premières scènes dans la région Lorraine.

En 2001, je suis parti vivre à Paris et en 2003 j’ai décroché mon premier gros contrat dans une comédie musicale dans une salle mythique: l’Olympia, c’est un de mes plus beaux souvenirs. Après j’ai eu la chance de faire plein de choses différentes comme des séances studio pour des BO de téléfilms, des pubs, j’ai aussi participé à deux belles tournées en Asie pour un autre spectacle musical. J’ai continué le chant lyrique au Conservatoire d’Asnières, ce qui m’a permis de faire ma première opérette « La vie parisienne » d’Offenbach à Lyon.

Mais pendant toutes ces années, je n’ai jamais cessé de composer pour moi et d’autres artistes, et de me produire dans des bars parisiens ou à la Scène Bastille par exemple avec mes musiciens. J’ai toujours réussi à vivre plus ou moins bien de la musique pendant toutes ces années sans perdre de vue mon objectif: ma musique.

Quand as-tu décidé de te consacrer entièrement à une carrière artistique ?

Quand j’ai perdu ma mère à 19 ans, je me suis posé pas mal de questions, j’étais un peu perdu et je ne savais pas quoi faire de ma vie. La musique était toujours très présente dans mon esprit mais après mon BTS je me suis résigné à vivre une vie « normale ». J’ai commencé à travailler dans une banque d’affaires au Luxembourg, j’avais une bonne place et une carrière toute tracée. Le jour où mon patron m’a convoqué dans son bureau pour me proposer un CDI, j’ai eu un déclic, je lui ai dit: « Non, merci, je pars à Paris pour faire de la musique », il m’a regardé partir sans dire un mot, je crois qu’il ne s’attendait pas à cette réponse.

D’où te vient cette passion pour la musique ?

Je ne sais pas trop, je ne viens pas d’une famille de musiciens, mes parents étaient fonctionnaires, mais je me souviens que petit, dans la voiture, pendant les longs trajets, je m’amusais à inventer d’autres mélodies sur les chansons de Brel ou Sardou que mes parents écoutaient. Je me souviens aussi qu’à 7 ans, nous étions chez ma cousine qui avait un vieux piano, tout le monde était dehors à table, les fenêtres étaient ouvertes, j’ai joué pendant une heure en ne sachant pas ce que je faisais, tout le monde a cru que c’était ma cousine qui jouait lorsqu’ils se sont aperçus que j’étais le seul à ne pas être à table. C’est après cette anecdote que ma mère m’a inscrit à l’école de musique.

Si tu devais définir l’univers de Corson en trois mots…

Pas facile comme question, j’ai du mal à avoir du recul sur ce que je fais mais je vais essayer de répondre. Je dirais: Mélancolie, Sensibilité et Sobriété.

Et d’ailleurs, pourquoi le nom « Corson » ?

C’est l’association des premières syllabes du nom et du prénom de ma mère: Sonia

Comme tu l’as précisé précédemment, tu as joué dans plusieurs comédies musicales. Est-ce que l’on pourra te voir un jour dans un autre spectacle de ce type ou bien as-tu définitivement tourné la page ?

J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à participer à ces spectacles, j’adore l’esprit de troupe, les belles rencontres, les tournées et j’ai envie de vivre ces moments avec ma musique, mes musiciens et les gens avec qui je travaille. Je ne sais pas ce que l’avenir me réserve mais si je devais refaire un spectacle, ce serait par exemple une production du cirque du soleil dont je suis fan.

Le clip de ton premier single « We’ll come again » est sorti le 1er novembre. Son esthétique est très travaillé, et l’univers est plutôt sombre. Peux-tu nous raconter le concept de ce clip ?

Nous avons préparé le clip 6 mois avant le tournage en faisant des réunions avec les réals, le décorateur et le chef opérateur. Nous avons échangé beaucoup d’idées et je voulais une image qui fasse ressortir le côté tragique et poétique de la chanson. J’ai eu l’idée principale du clip lorsqu’on était en studio pour enregistrer l’EP. J’ai pensé au film « Rencontre avec Joe Black » dans lequel Brad Pitt incarne la mort.

“We’ll come again” raconte l’histoire d’un ange qui vient chercher une âme égarée. Dans le clip, je ne voulais pas représenter la mort mais plutôt un ange gardien omniprésent qui accompagne une jeune fille dans l’au-delà avec un côté très détaché et poétique. Les réalisateurs ont bien sûr amené leur « patte » dans le script et l’ambiance du clip et toute l’équipe a fait un boulot incroyable. Nous avons eu la chance de tourner avec une caméra qui a servi à de nombreux longs métrages comme Pirates des Caraïbes ou The Social Network : la Red ONE.


Pourquoi le choix de chanter en anglais ? Est-ce pour toucher un vaste public ? Ou bien parce que c’était la langue qui se prêtait le mieux à l’univers de Corson ?

Quand je compose un titre, les premiers mots qui me viennent sont en anglais. Le tout premier CD que j’ai acheté était « Queen Greatest hits », je l’ai choisi car j’aimais la pochette mais je pense que ce n’était pas un hasard. J’ai toujours écouté de la musique anglosaxone, et j’ai eu la chance de pas mal voyager étant ado. A 18 ans, je suis parti plusieurs mois au Texas pour un stage, j’ai même un permis de conduire texan. J’ai écrit pas mal de chansons en français mais pour d’autres interprètes. Je ne renie pas mon pays, ni ma langue que j’adore, au contraire, je revendique une musique anglo saxonne avec ma sensibilité et ma culture française.

Quelles sont tes références musicales ?

La première fois que j’ai entendu « Sunday Bloody Sunday » de U2 en colonie de vacances, j’ai été comme emporté. En rentrant, je me suis documenté sur U2 et j’ai acheté la VHS de “Rattle and Hum”, j’ai dû la voir une centaine de fois… Je pense que mon choix de vie ne serait pas le même aujourd’hui si je n’avais pas entendu cette chanson. J’ai beaucoup écouté Nirvana étant ado, Queen mais aussi Police et Sting. J’aime aussi Stereophonics, Tom Mac Rae, Muse, Coldplay, Kings of Leon, Pink Floyd, Radiohead, Rufus Wainwright, Sigur Ross…

Avec quels artistes aimerais-tu enregistrer un duo ?

Il y en a plein, Tom Mac Rae, Nina Kinert, et rêvons un peu: Kelly Jones des Stereophonics, Sting et Bono…

Après la sortie digitale du single, quelles sont les prochaines étapes ?

D’abord, la sortie de l’EP le 15 décembre puis la scène bien sûr, des festivals en France et à l’étranger je l’espère.

Et pour terminer, que peut-on te souhaiter pour la suite ?

De pouvoir vivre enfin de ma musique sans grande prétention, juste écumer les routes, rencontrer un public et vivre des moments inoubliables avec les gens qui m’entourent.

Informations

Articles similaires

The Pretty Reckless

Taylor Momsen s’est faite connaître du grand public grâce à Gossip Girl. Les inconditionnels de cette série ont pu remarquer qu’au fil des épisodes et des saisons, la petite Jenny Humphrey, le personnage qu’elle incarne, a amorcé son virage gothico-rock-dark-grunge, appelez cela comme vous voulez, mais ce qui est sûr, c’est qu’elle est bien loin la petite Jenny en tenue d’écolière. Taylor Momsen a en effet décidé de montrer a tous qui elle était vraiment et de transposer son style vestimentaire fétiche sur son personnage dans la série. Mais elle a surtout décidé de s’adonner à sa vraie passion: la musique. C’est donc tout naturellement qu’est arrivé fin 2010, Light me up, l’album de sa naissance rock’n’roll, avec son groupe The Pretty Reckless. Light Me Up est une chronique honnête des expériences de Taylor Momsen, transmises au travers de son propre regard. Chaque chanson raconte une histoire en lien avec les tribulations et les épreuves sentimentales que la jeune fille a vécues ou observées.

Lire

TYP The Young Professionals

De la musique entraînante, un concept innovant, il ne nous en fallait pas plus pour craquer pour The Young Professionals ! Leur premier single « TYP D.I.S.C.O » vous fera sans aucun doute danser tout au long de l’été. Ce titre, élaboré autour d’un sample du célèbre titre du groupe Ottawan, est une vraie réussite. Et pour avoir eu la chance d’écouter leur album en avant-première, les autres chansons sont aussi efficaces. Nous avons profité de leur venue en France pour les rencontrer dans un bureau (customisé aux couleurs de TYP) de La Tour Montparnasse à Paris. Ils étaient accompagnés de l’artiste Uriel Yekutiel, avec qui ils collaborent régulièrement. Le contraste entre les deux membres du groupe, à l’apparence classique, et l’étonnant personnage qu’est Uriel est d’ailleurs surprenant. Mais c’est aussi cela qui fait toute l’originalité du groupe.

Lire

Laurence Arné

Franco-hollandaise, Laurence pratique dès l’enfance la danse, le piano et le chant au conservatoire d’Angoulême. Ses premiers pas dans le monde artistique la poussent spontanément à regagner Paris, en 2003, pour poursuivre dans cette voie. Elle s’inscrit au Studio 34 (École de théâtre), mais ne néglige pas pour autant ses études de sociologie et de sciences des médias. Une chose est certaine : elle aime faire rire ! Laurence se lance alors dans l’écriture de son one woman show, se met en scène et interprète son spectacle en 2006 au théâtre Le Bout. Très vite repérée, Laurent Ruquier l’engage pour sa nouvelle pièce « Open Bed » aux Bouffes Parisiennes. S’ensuit une collaboration avec Dominique Farrugia sur TPS Star, dans l’émission « Le Soiring », aux côtés de Manu Payet et Bruno Guillon. En 2009, Dominique Farrugia produit lui-même son nouveau talent du rire, au théâtre des Blancs Manteaux. 2010 la mènera au cinéma où elle fera ses débuts dans une comédie romantique « L’amour c’est mieux à deux » de Dominique Farrugia (encore et toujours !) et d’Arnaud Lemort. Humoriste et désormais actrice de talent, elle enchaînera ensuite dans « Moi, Michel G, Milliardaire, Maître du monde » de Stéphane Kazandjian et dans, « Un jour mon père viendra » de Martin Vallente.

Lire