Brigitte vous kiffe, et vous ?

Brigitte, c’est des gonzesses, des vraies. C’est une brune et une blonde, une femme souvent enceinte et une femme à lunettes. Brigitte c’est du rétro et des folles de hip hop, des hippies qui kiffent ABBA et Marilyn Monroe, c’est des histoires de gangsters et de filles faciles. En 2008 dans un restaurant de falafels de la rue des rosiers, le meilleur de Paris, la blonde demande a la brune de se marier avec elle, et la brune dit oui. Alors dans une salle à manger avec un ordinateur, quatre mains, une vielle guitare de 58 et une folk de 49, un glockenspiel, deux bouches, un tambourin, des enfants qui courent partout, des fleurs dans les cheveux, des robes à paillettes, deux voix, elles font des chansons. Tout de suite, Brigitte enchaîne les concerts dans les clubs Parisiens, fait les premières parties d’Anais, signe la musique d’Hasta la vista fanfan, court-métrage d’Anissa Bonnefont et chantent pour le nouveau long métrage de Benoit Pétré, Thelma Louise et Chantal, sur des arrangements de Keren Ann. Entre deux concerts, elles ont accepté de répondre à nos questions.

Bonjour Sylvie, bonjour Aurélie. Ma première question sera tout simplement : pourquoi le nom de Brigitte ?

Parce Brigitte Bardot, Brigitte Lahaye, Brigitte Nielsen, Brigitte femme de flic, Brigitte Fontaine, Brigitte ma tante qui cuisine si bien.

Comment a commencé votre histoire musicale ?

Chacune avait fait deux albums qui n’avaient pas été de grands succès, et deux enfants qui ont été eux, deux grands succès. On était arrivées à cette question : on arrête la musique et on fait juste maman, ou on se lance dans le projet de nos rêves avec notre super pote ? Bah on fonce ! Brigitte c’est une histoire de femme, de maman, et d’amitié. C’est un peu notre Thelma et Louise à nous.

Et cette histoire de mariage alors ?

C’est un mariage heureux, un vrai mariage d’amour (sic). On est assez différente l’une de l’autre, mais en même temps on a un dénominateur commun qui est la fantaisie, la liberté et le fait que nous soyons fan l’une de l’autre. On écrit tout ensemble, on se fait totalement confiance, la folie de l’une stimule l’autre. Travailler à deux avec son amie est incroyablement inspirant, on ose tout sans limite.

Votre univers musical est riche : folk, pop, hip hop… Quelles sont vos influences ?

Nous n’avons pas de chapelle, c’est vrai. Nos influences vont de ABBA, Les demoiselles de Rochefort, Crosby, Stills and Nash, Dionne Warwick, The Marvelettes, Marilyn Monroe, Donna Summer, Kaus Nomi, Billy Holiday, Brigitte Bardot, Jeanne Moreau, NTM, WU Tang Klan, Queen, les comédies musicales des années 50, Jésus Christ Super Star, Joni Mitchell, Stevie Wonder, etc…. On s’inspire du meilleur comme du pire de tout ce qu’on aime.

Comment vous est venu l’idée de reprendre la chanson « Ma benz » de NTM ?

Nous avions été invitées à faire un concert lors de la clôture du festival du film vintage érotique « Eros 69 ». L’organisateur voulait qu’on fasse une reprise du genre, nous n’avions guère envie de reprendre les éternelles chansons de Gainsbourg. En écoutant la radio, on est tombé sur Ma Benz. J’avoue pour ma part avoir écouter en boucle le Suprême NTM pendant mon adolescence. Ce fut alors une évidence.

On a pu entendre lors de la Matinale sur NRJ, que Joey Star avait apprécié cette reprise. Vous a-t-il fait un retour à ce sujet ?

Il est venu nous voir en concert, ce fut un grand honneur. C’était très important pour nous d’avoir la bénédiction de Joey Starr, de Kool Shen et de Lord Kossity.

On peut voir lors de vos concerts et dans vos clips que votre style vestimentaire est atypique lui aussi. Vous le définiriez comment ?

On a eu envie de porter des robes de stars, les stars telles que les imagine une petite fille, des robes spectaculaires et uniques, des pièces que l’on ne peut porter que dans des occasions exceptionnelles.

Avec Brigitte, nous avons décidées de tout nous permettre, robe fourreau à sequins, combinaison dorée, colliers et oiseaux dans les cheveux, tout est imaginable.

Vous êtes du genre à passer une heure devant l’armoire à choisir une tenue ou bien vous prenez ce qui vous passe sous la main ?

On collectionne le vintage, nos armoires regorgent de pièces toutes plus folles les unes que les autres. On prend ce qui nous passe sous la main quand ça ne nous tombe sur la tête tant nos placards débordent.

Si je demande à chacune de vous de choisir une pièce dans leur armoire, dont elle ne pourrait se séparer, cela serait quoi ?

Choix difficile. C’est comme demander «Et vous, vous préférez votre mère ou votre père ?».

Enfin, quels sont vos projets pour cet été et pour la rentrée ?

Nous sommes en tournée tout l’été, nous avons deux nouveaux clips (Ma benz et Battez-vous), nous serons à L’Européen le 8 novembre, et nous préparons notre album.

Informations

Articles similaires

Marc Ruchmann

Comédien et musicien, Marc Ruchmann s’épanouit dans ces deux univers musicaux. Il jongle habilement entre les tournages et son groupe Markus, qui se distingue par sa musique évolutive et psychédélique ; héritage du jazz expérimental des années 70. Après une formation au Théâtre de Chaillot et au conservatoire de Paris en art dramatique, il débute au théâtre dans « Juliette et Roméo » d’Irina Brook en 2001, trouve rapidement un agent et fait ses premiers pas au cinéma dans « 5×2 » de François Ozon. Il apparaîtra ensuite dans quelques courts métrages et quelques films produits par la télévision. En 2008, il tourne avec Fanny Ardant en Roumanie dans « Cendres et sang », puis enchaîne dans « The Tourist » aux côtés d’Angelina Jolie et Johnny Deep, dans « Largo Winch » en amant d’un soir avec Sharon Stone et dernièrement dans « The Skylab » une comédie de Julie Delpy. Nous le retrouverons le 25 Juillet dans « Demain ? » réalisé par Christine Laurent, aux côtés de Laure de Clermont. Synopsis : Bien que le film narre l’histoire vraie d’une écrivain, il ne retrace pas une vie de son début et à sa fin, mais montre comment une jeune femme, Delmira Agustini, est suspendue au plaisir, à la transe et à la terreur d’écrire, à la liberté qu’écrire lui donne, à Montevideo, dans les premières années du XXe siècle, juste avant le déclenchement de la première guerre mondiale. Bonheurs, inspirations. Crises de vers, crises de vie. Etreintes et cérémonies. Rires et drames. Actuellement en tournage d’une nouvelle série pour France 2 « Les Limiers », produite par Calt Production et réalisée par Alain Desrochers, Marc Ruchmann accepte néanmoins de nous recevoir.

Lire

Dominique Blanc

Il m’arrive de croire que certains artistes ne se complaisent que dans le travail. S’habiller chaque jour d’un personnage, jouer avec lui en interprétant un rôle offert… Dominique Blanc en est une preuve tangible ! Cette actrice, née à Lyon en 1956, enchaîne les scénarios et les représentations théâtrales, d’une façon déconcertante. Reconnue meilleure actrice française des années 1990 et 2000, elle est lauréate de 4 Césars, 2 Molières et d’une Coupe Volpi. En 1998 et 2010, Dominique Blanc se voit attribuer deux Molières de la Meilleure Comédienne. En 2008, elle remporte un prix d’interprétation à Venise pour son interprétation dans l’Autre (Patrick Mario Bernard & Pierre Trividic). Dans la catégorie drame et films à costume : elle excelle ! Au théâtre : elle triomphe ! Rencontre avec une actrice débordant d’énergie et de talent, j’ai nommé Dominique Blanc.

Lire

Gunther Love

Rendez-vous donné près du Pont Cardinet à Paris. Sylvain Quimene, alias Gunther Love, arrive en scooter. Nous nous rendons dans un grand garage pour effectuer le shooting. Il prend tout d’abord la pose en tenue civile, puis en un claquement de doigt, le voici vêtu d’une combinaison noire à paillettes. Sylvain devient alors Gunther Love. Tel un super héros, il nous fait une démonstration de ses meilleures acrobaties. Entre deux sauts, nous avons réussi à l’interviewer. Voici ce qu’il nous a confié.

Lire