(HOW I MET YOUR) MOTHXR

MOTHXR

It was a Sunday afternoon and the weather was overcast. The three of us were gathered in a small photo studio located at the fifth floor of a building somewhere in Pigalle. The place had no elevator and there were pictures of birds everywhere : on pillows, on shirts, on frames, and there even was some inflated parrot balloon. We were going round in circles on a tile that was not so fresh anymore as we waited for the members of MOTHXR for a last-minute interview. Yes, it was too good an opportunity. The name of the band might not ring a bell, and there’s nothing to be ashamed of : there are only three songs available on the internet, they were only broadcasted on Le Mouv’ and they only did one showcase in Paris. MOTHXR is still what one may call a « confidential » band and you are about to be one of those who will take great pride in having heard about them before « they went mainstream », all of this thanks to us.

When Simon, Daren and Penn Badgley stormed into the studio flat, they came with a wind that had blown all the way from Blooklyn to the 9th arrondissement. They were exhausted and not so fresh themselves because of an horrific tale about bed bugs in some hotel in Douvres but they looked as smart as one can get without paying too much effort into it. I thought that it all looked more coherent and believable than many things I had seen in the streets of Paris.

The beginning of a love story

The interview kicked off in a rather easy-going way. The boys were thrilled to be in Paris in spite of the few disappointments discussed above. The gig turned into a small block party, and, as Simon himself confessed, « New York might be a city everybody in the world admires, everybody is like « wow, New York », but we were going WOW, Paris ! ». Furthermore, beyond the city itself, they told me they were thrilled to have met their French fans because it was alike « the beginning of a love story ». When I asked them if they had thought their french audience was cold, Penn was a bit taken aback : « Cold ? We couldn’t disagree more. Everybody was extremely warm ! We talked to everybody ». To my fellow citizens who attended the Truskel show, thank you for your help in restoring our dear nation’s image to the eyes of the americans. Here’s a finger heart shape for you.

Notwithstanding all the good they thought about the city of lovers, those guys still deeply remain new-yorkers. A band of bros, but from NYC, so much cooler than any other band of bros, because, you know, « Wow, New-York ! ». This is how they came to tell me in a very detailed way about how the birth of their band had felt natural. They were a bunch of friends who met to create music, in a typically arty, hip and indie way, just like the other bands that were there before them (Blood Orange, Glass Animals, Dark Sides, and so on); Bands that « had created a space for us to perform our music ».

Dental health

To write music, the band owns a very peculiar method known as the toothpaste method. Yes, you’ve read correctly. « We start with a beat, than the chords, the bass guitar… we are all gathered in the room, and we say « try this… no, it’s too dark, try this… nope, too industrial » (…). When I express myself through music, it’s like when you squeeze a toothpaste tube, you don’t really know how much of it is in it, but when it comes out there always is enough for your toothbrush… which would be the song ». YOLO, Penn sings toothbrushes. I wouldn’t judge him, I hugged a parrot inflated balloon on that day. Simon gave a great effort into explaining that their music was all about their state of mind at a very special moment, all I could remember what the metaphore of the Sanogyl expert who had made a great discovery as far as dental health was concerned.

They gathered for several days in LA, New-York and Chicago, just enough time to give birth to an EP. So, yes, there are a great many deals of songs that are ready, and for what we’ve witnessed, we can’t wait to hear them, but they’re not ready yet. So, we wait. They want to release a whole bunch of singles first. Penn went all mysterious : « Maybe we’ll keep on having fun, or maybe the record will be out in a couple of month and what I’m saying makes no sense ». In a nutshell, nobody knows.

Penn-Badgley-Mothxr

Rufus Humphrey is watching you

I couldn’t help it and was brave enough to ask a few questions that had nothing to do with their band. I needed to talk about the late Gossip Girl. And whom better than Gossip Girl herself to ease my troubles ? I felt bad because good old Penn and his nice buddies do perform nice music but I couldn’t help thinking « God why did they cancel that show ? And why do people love Chuck who beats his wife while Dan is amazing ? ». Eventually, the band calmed us down by explaining that Penn’s background in relation to Gossip Girl was good for them because it made people curious about them and keen about their music. Far from being a burden, Gossip Girl and Badgley’s movie career in general are in fact great publicity for their band.

Never did Penn get annoyed by my questions. However grateful he felt for how the show helped them be under the spot, he emphasized the fact that without the band’s work and the team supporting them, he wouldn’t be here discussing his music quoting “your one and only source into the scandalous lives of Manhattan’s elite”. « I’d be dead ashamed to use the fame that Gossip Girl brought me to sell some bad music » he added. And I must say I would have felt awkward meeting him and asking them a bunch of questions if I hadn’t been thrilled by the few songs I had had the chance to hear from MOTHXR. And it was a great opportunity to make everybody ill-at-ease with a single question about whether he was part of Team Serena or Team Blair, all of this in front of his new girlfriend, the extremely cute Domino Kirke. It was sort of like asking him if the best kisser had been his ex or Leighton Meester.
Be reassured, he is part of Team Blair. Thank God.

Marine Revel

Credit photos : Matthieu Dortomb for Pose Mag

You can follow the band on Facebook : MOTHXR

Interview and photos extract from Pose Mag #20, that you can read here :

http://www.pose-mag.fr/2014/12/n20-en-ligne/

We would like to mention that Jimmy Giannopoulos, the 4th member of the band wasn’t there during the photoshoot. He had to leave Paris earlier. He’s the bass player and also the producer.


Version française

Un dimanche après-midi quelque part dans Pigalle. Un petit studio photo au 5ème sans ascenseur, temps mitigé, des images d’oiseaux partout, sur les coussins, sur des chemises, en photo, un perroquet gonflable. On était trois à tourner en rond sur de la tomette usée, à attendre les membres de MOTHXR pour une interview décidée à la dernière minute. Mais l’opportunité était trop belle. Le nom du groupe ne vous dit peut-être pas encore grand chose et pour cause, avec seulement trois chansons disponibles à l’écoute sur internet, un passage radio sur Le Mouv’ et un seul et unique showcase à leur actif dans la capitale, MOTHXR fait encore partie de ces groupes “confidentiels”, que vous pourrez, grâce à nous, vous targuer d’avoir connu “avant qu’ils ne deviennent mainstream”.

Quand Simon, Daren et Penn ont débarqué dans le studio, un vent venu tout droit de Brooklyn a soufflé sur tout le 9ème. Ils étaient crevés et pas très frais hygiéniquement parlant à cause d’une sombre histoire de punaises dans un hôtel de Douvres mais hyper lookés, dans le genre sans effort. Je me suis dit que le tout semblait plus cohérent et crédible que pas mal de ce que j’avais pu voir dans les rues de Paris.

MOTHXR-band-Penn-Badgley

Le début d’une histoire d’amour

Nous avons commencé l’interview avec pas mal de décontraction, les garçons étaient ravis de leur passage par Paris, malgré les quelques déconvenues citées plus haut. Le concert s’est transformé en mini fête de quartier et, de l’aveu de Simon, le guitariste, « New-York est une ville que le monde entier admire. Tout le monde est là genre “Wouah, New-York”, mais nous on se disait “WOUAH, Paris!” ». Et puis, au-delà de la ville en elle-même, ils m’ont confié être excités d’avoir rencontré leurs fans français, « C’est comme le début d’une histoire d’amour ». Quand je leur ai demandé s’ils avaient trouvé le public parisien frileux, Penn a levé un sourcil interloqué: « Frileux ? On ne l’a pas remarqué. Tout le monde était super chaleureux ! On a parlé à tous les gens ». Chers gens présents au Truskel, merci d’avoir oeuvré à redorer le blason de la mère patrie aux yeux des Ricains ! Coeur avec les doigts.

Mais, malgré tout le bien qu’ils ont pensé de Paname, ces gars-là restent profondément new-yorkais. Une bande de pote, mais de New-York, donc beaucoup plus cool que n’importe quelle autre bande de pote, parce que “WAOUH New-York!”. C’est ainsi qu’ils m’ont longuement expliqué à quel point la création de ce groupe a été naturelle, des amis qui se retrouvent pour créer, dans une émulation propre à la scène émergente un peu arty, un peu indépendante, un peu branchée qui a favorisé leur émergence (Blood Orange, Glass Animals, Dark Sides, …), des groupes qui ont « créé un espace pour que nous puissions faire notre musique ».

Hygiène bucco-dentaire

Et pour faire leur musique, le groupe a une méthode bien particulière, la méthode du dentifrice. Ni plus, ni moins : « On commence avec un beat, puis on ajoute les cordes, la basse… On est tous dans la pièce, on se dit “essaie ça… non c’est trop sombre, essaie ça… trop industriel” (…) Quand je m’exprime à travers la musique, c’est comme quand tu appuies sur un tube de dentifrice, tu ne sais pas nécessairement ce qu’il y a à l’intérieur, mais quand ça sort il y a ce qu’il faut pour que ça tienne sur la brosse à dents… qui serait la chanson ». YOLO, Penn chante des brosses à dents. Mais je ne juge pas, j’ai enlacé un perroquet en plastique ce jour-là. Simon a bien essayé de m’expliquer que leur musique reflétait un état d’esprit à un instant T, mais tout ce que j’ai pu retenir c’est l’image de l’expert Sanogyl qui me disait qu’on était sur une vraie bonne nouvelle pour les dents sensibles.

Ils se sont réunis pendant plusieurs jours à L.A, New-York et Chicago, histoire de pondre un E.P. Alors oui, il y a tout un tas de chanson toutes prêtes, et au regard de ce qu’on a entendu, on aurait bien hâte de les entendre, mais ils ne sont pas chauds encore. Du coup, on attend. Ils veulent sortir tout un tas de singles. Penn se l’est joué super mystérieux « Peut-être qu’on va continuer à s’amuser, ou peut-être que le CD va sortir dans deux mois et tout ce que je dis n’a aucun sens ». Bref, on n’en sait rien.

Rufus Humphrey is watching you

J’ai pris mon courage à deux mains pour poser des questions qui me brûlaient les lèvres et n’avaient aucun rapport avec le groupe, j’avais besoin de parler de feu Gossip Girl. Et qui mieux que Gossip Girl elle-même pour répondre à mes interrogations ? Je me suis sentie mal, parce que le gentil Penn et ses copains sympas font de la chouette musique et je n’arrivais pas à me dire autre chose que “Mon Dieu, mais pourquoi ils ont arrêté cette série ? Pourquoi les gens aiment Chuck qui bat sa femme alors que Dan est formidable ?”. Et finalement, le groupe nous a rassuré en nous expliquant que la notoriété de Penn par rapport à Gossip Girl était bonne pour eux, qu’elle attisait la curiosité et que les gens étaient réceptifs à leur musique. Loin d’être un fardeau, Gossip Girl et la carrière cinématographique de Badgley en général sont d’autant plus de publicité pour eux.
A aucun moment Penn ne s’est agacé de mes questions. Reconnaissant pour la visibilité qu’a pu lui apporter la série, il a néanmoins souligné que sans le travail de l’ensemble du groupe et de toute l’équipe derrière eux, il ne serait pas là à discuter de sa musique en évoquant “your one and only source into the scandalous lives of Manhattan’s elite”. Il a ajouté « Je serais mort de honte d’utiliser la notoriété que m’a apporté Gossip Girl pour vendre de la mauvaise musique ». Et j’avoue que j’aurais été bien embarrassée de le rencontrer et de lui poser des questions, si je n’avais pas adoré les quelques chansons que j’ai pu entendre de MOTHXR. Et puis, ça a été l’occasion pour moi de mettre tout le monde mal à l’aise en demandant s’il était dans la Team Serena ou dans la Team Blair, devant sa nouvelle copine, la très très choupie Domino Kirke. Globalement, c’est comme si je lui demandais: et tu as préféré embrasser ton ex ou Leigthon Meester ? Je vous rassure, il est dans la Team Blair, nous voilà tous sauvés.

Marine Revel

Crédit photos : Matthieu Dortomb pour Pose Mag

Suivez l’actualité du groupe sur Facebook : MOTHXR

Interview et photos extraites du numéro 20 de Pose Mag, disponible ici :

http://www.pose-mag.fr/2014/12/n20-en-ligne/

Nous tenions à mentionner que Jimmy Giannopoulos, le quatrième membre du groupe Mothxr n’était pas présent lors de la séance photo et de l’interview. Il avait dû quitter Paris plus tôt. Il est le bassiste et aussi le producteur du groupe. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *