EVA IONESCO – MY LITTLE PRINCESS

D’origine roumaine, Eva IONESCO est née à Paris durant l’été 1965. Très tôt, elle est confiée à sa grand-mère, une vieille femme bigote et tendre, en raison des absences fréquentes de sa mère, une femme extravagante à la vie tumultueuse. Ici, point l’ombre d’un homme. On évolue dans un univers entièrement féminin.

Quelle ne fut pas sa joie le jour où sa mère réapparut ! En quête d’amour, Eva (rebaptisée Violetta dans le film) se plie alors à tous les caprices d’Irina Ionesco (Hannah). Artiste en quête de notoriété, cette photographe use de son appareil pour shooter sa fille sous tous les angles, et ce, dès son plus jeune âge (de 4 à 11 ans). Elle nous dévoile alors sa petite princesse, en la confinant dans un personnage et une ambiance de plus en plus glauque. Elle n’aura de cesse de la déshabiller, de la déguiser en boa et porte-jarretelles, de la maquiller à outrance, et de la transmettre sexuellement par l’intermédiaire des clichés. Les poses sont érotiques, lascives, suggestives… Tout sauf « plouc en mode sourire » !

Pédophilie, inceste, désordre moral placé sous l’inspiration artistique ? Toujours est-il que l’artiste n’aura de cesse de traîner son modèle dans toutes les folles soirées parisiennes, dans un monde où alcool et drogue se côtoient sans limite. Au cours de ces parties, ses photos circuleront de main en main. Eva, on la dévisage. On l’envisage…. Comme une enfant qu’on ne voit pas…. Poser nue à 5 ans pour sa propre mère est une chose, mais voir ses photos circuler, en est une autre. Comment faire fi d’une telle trahison ?

À l’heure où ses camarades de classe jouent encore à la poupée, elle évolue auprès de sa mère dans un univers qui n’est pas celui d’une enfant de son âge. Si elle se plaisait tant, au départ, à poser pour celle qu’elle aimait et qui la regardait enfin, durant de longues séances ludiques, les événements prirent par la suite une tournure différente. Eva est raillée en permanence par ses camarades de classe. Sa mère la coupera à jamais d’une enfance insouciante et saine.

Les photos choquent, dérangent, mais permettent à Irina d’atteindre cette reconnaissance artistique qu’elle ambitionnait, en affichant les photos érotiques d’Eva. Alors, les états d’âme de sa fille… Déchue de son droit parental, Irina se voit retirer la garde d’Eva qui sera alors placée en foyer.

Aujourd’hui, Eva Ionesco se réalise à travers ce premier long métrage, dont le sujet est tiré de sa propre vie et qui a pour titre « My Little Princess ». Ne vous y trompez pas, ce film n’a d’acidulé que le titre.

Eva Ionesco confie sans hésitation le rôle de sa mère à Isabelle Huppert, dont la prestation est criante de vérité, avouent ceux qui connaissent Irina.

La rédaction de son scénario était bouclée depuis une dizaine d’années, mais elle n’avait pas le financement nécessaire pour réaliser son film. En 2008, elle obtient le soutien du Centre National de la Cinématographie (CNC) qui lui promet une avance sur recette. Elle peut enfin envisager la réalisation de ce projet, douloureux certes, mais qui lui tient tant à cœur.

Ce film dérange encore, bien que la réalisatrice ait pris soin de camoufler certaines scènes jugées trop violentes. Preuve en est lors de la première projection à Cannes, au cours de laquelle quelques spectateurs ont quitté la salle.

Enfance Volée, Mère Toxique, propulsée très tôt sous les projecteurs, Eva poursuit néanmoins sa route dans le milieu artistique, et devient comédienne, mais également l’égérie des Années Palace.

Irina était-elle prête à tout pour sortir de son statut d’immigrée Roumaine, au point de détruire sa propre fille ? Entre ambition et amour maternel… Eva tente encore aujourd’hui de récupérer tous ses clichés nus d’enfants (les négatifs surtout), par le biais de la juridiction.

Quant à Irina Ionesco, forte de sa réputation internationale, elle multiplie les expositions et les publications de ses photographies à travers le monde. De là à réaffirmer que les plus grands artistes sont tous névrosés…

« My Little Princess » est le premier volet d’une trilogie. Toute l’équipe travaille déjà ardemment sur le second volet qui retracera les histoires de Violetta et Le Palace dans les années 80.

Sortie du film le 29 Juin 2011 ! Vivement recommandé !

Armelle H

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *