Maxime Simoëns

Jeune créateur prometteur, Maxime Simoëns a présenté son premier défilé Haute Couture à Paris en janvier dernier. Ses créations ont déjà séduit le grand public, et des personnalités comme Mélanie Laurent, Beth Ditto, mais aussi les actrices de la série Gossip Girl… Maxime Simoëns s’est confié à nous, le temps d’une interview pour Pose Mag.

Bonjour Maxime. D’où te vient cette passion pour la mode ?

Alors en fait, au début je voulais faire du cinéma, donc pas du tout de la mode. J’ai fait dix ans de théâtre, j’ai commencé à 6 ans. Durant ma terminale, j’ai voulu faire une école de cinéma et je trouvais ça un peu trop technique, j’avais visité les écoles et je n’avais aucune envie de faire de la physique, des maths… Et puis je suis allé au concert de Madonna, le Drowned World Tour et dans le programme du concert, il y avait les costumes de Madonna dessinés par Jean-Paul Gaultier. Donc c’était elle, différentes Geishas et je trouvais ça intéressant le fait d’allier la description d’une héroïne, quelque chose de très narratif, à quelque chose de très concret.
En rentrant chez moi, j’ai donc commencé à dessiner des silhouettes, je me se suis dit que mêler les deux univers était très intéressant et je me suis lancé. J’ai fait une mise à niveau en arts appliqués pour rassurer mes parents, parce qu’ils se disaient « il passe du cinéma à la mode, c’est un peu un grand écart », et en fait, ça n’a fait que confirmer mon envie. Et donc voilà, je suis entré à la Chambre Syndicale de Haute Couture à Paris.

Peux-tu nous citer trois créateurs que tu admires et qui t’inspirent ?

Alors je dirais Alexandre McQueen, André Courrèges, et aussi Jean-Paul Gaultier.

Mélanie Laurent, Julie Depardieu, Leighton Meester, Beth Ditto… quelles autres personnalités aimerais-tu voir porter tes tenues ?

C’est assez large, à partir du moment où les personnalités ont de la sympathie, quelque chose de charismatique… Oui, il y en a plein, il y a Kirsten Dunst que je voudrais habiller, Natalie Portman, que je trouve très belle, Diane Kruger… En fait, il y a plein de tempéraments que j’aimerais habiller.

Tu as été invité à New-York par Blake Lively, la célèbre Serena dans la série Gossip Girl. Peux-tu nous raconter ce séjour ?

Ce n’était pas vraiment une proposition, je suis allé à New-York plus pour le fun, et on en a profité pour voir Blake Lively et surtout pour voir le styliste Eric Daman. On a pu visiter les locaux, mais c’était plus anecdotique.

Et justement, est-ce qu’on t’a demandé d’autres tenues pour la suite de la série ?

Oui, régulièrement ils nous prennent des silhouettes. C’est devenu un peu une habitude, donc à chaque collection, ils font une sélection. C’est donc devenue une vraie collaboration, et c’est plutôt très bien !

Je pense ne pas être le seul homme appréciant ton travail et ayant envie de te demander : à quand une collection homme ?

Il va déjà falloir que cela fonctionne très bien, que j’ai beaucoup beaucoup d’acheteurs, et dès que j’en aurai suffisamment, je passe à la maroquinerie, et après à l’homme. Cela me dit bien, mais il faut déjà que tout fonctionne correctement, que la structure soit solide pour pouvoir me lancer dans l’aventure d’une collection homme.

On te compare souvent à Yves Saint Laurent. Comment justifies-tu cette comparaison ?

Je pense que c’est plus une comparaison physique que stylistique, parce que je ne pense pas avoir le même univers qu’Yves Saint Laurent, mais c’est une belle comparaison. Le tout c’est que ma fin de vie ne soit pas aussi rude que la sienne. Après, c’est un beau compliment. Il faudrait que j’ai un aussi beau succès que le sien et voilà, tout sera gagné! Mais il y a beaucoup de travail encore.

Ton père est très présent au sein de l’entreprise. Est-ce que ce n’est pas une pression supplémentaire ?

Oui, clairement. Je suis encore plus redevable. Mon père veille au grain pour que cela soit rentable. Donc c’est sûr que c’est une pression mais je pense que tout maison a une pression financière, que ce soit dans un groupe ou quand c’est personnel. C’est toujours un peu le challenge, de pouvoir être positif. Donc il faut asseoir la réputation de la maison, cela se fait progressivement, et puis petit à petit, ça va venir mais c’est sûr que c’est un challenge de tous les jours.

Beaucoup de maisons de couture sont achetées par des grands groupes. As-tu déjà pensé à cette éventualité ?

Idéalement, j’aimerais vraiment garder mon indépendance. C’est quand même mieux de pouvoir gérer sa propre structure que d’être tenu… C’est sûr que ça booste, mais après, on n’a pas toutes les libertés et on peut être mis à la porte du jour au lendemain. Donc ce n’est pas la situation la plus souhaitable.

Les maisons de couture développent aussi très souvent des accessoires et des parfums. Est-ce que ce sont des choses auxquelles tu as déjà pensé ?

Oui, ce n’est pas inenvisageable mais pour l’instant, il va falloir vraiment structurer la société très fortement. Il faut que ce soit  carré. Et je pense que le parfum, ou ce genre de choses, ça vient vraiment dans un temps où la marque a vraiment une évocation grand public. Pour l’instant, je n’en suis pas là, à mon avis, il va falloir quelques années… C’est un challenge. Par exemple, je sais qu’il y a des grandes marques qui vont sortir des parfums mais ça fait 10 ans qu’ils ont une réelle visibilité, moi je peux encore attendre facilement cinq-six ans.

Pour finir, peux-tu nous parler de tes (autres) projets pour la suite ?

Pour l’instant, il va falloir que je continue à créer pour faire de plus en plus de collections. Ce que je souhaite, c’est vraiment créer autant que je veux pour assouvir ma passion. Et au quotidien, c’est une structure qui soit solide, et qui parle à plus de monde possible. Cela revient un peu à ce que je disais tout à l’heure, il faut vraiment arriver à créer une structure qui soit très forte et qui puisse vraiment parler et faire rêver puisque c’est ça le secret d’une marque de mode, de luxe, c’est faire rêver les gens.

Informations

Articles similaires

Loïc Prigent

Question d’un rédacteur en chef un peu impressionné de discuter en live avec une personne dont il admire le travail depuis plusieurs années : « Loïc Prigent en ligne ! Est-ce que je peux en profiter pour l’embêter un peu et lui demander de bien vouloir répondre à l’interview que je lui ai envoyée ? » Réponse de l’interlocuteur : « Allez on va se la faire en direct ! » Et c’est ainsi que je me suis retrouvé à questionner en conversation instantanée, un des réalisateurs les plus influents en matière de mode !

Lire

Rencontre avec Tokyobanhbao

Après l’interview d’Olivia à Paris la semaine dernière, Pose s’intéresse aujourd’hui à une autre blogueuse et illustratrice, Tokyo Banhbao. L’auteur de ce blog laisse planer une part de mystère autour d’elle puisque même si elle bénéficie désormais d’une grande renommée, on ne sait que très peu de chose d’elle. Pour preuve, on ne connaît même pas son vrai nom, ses origines… On pourrait penser qu’elle est originaire du Japon, puisque « Tokyo », mais peut-être aussi vietnamienne car « banh bao » désigne au Viêt Nam un mets constitué d’une brioche de farine, garnie de porc ou de canard et cuite à la vapeur. Après cette intermède culinaire, revenons à la jeune femme. Ce que l’on peut donc affirmer, c’est qu’elle souhaite rester discrète sur sa vie, et elle a d’ailleurs bien raison. Comme elle nous l’a expliqué durant l’interview, au départ sur son blog, elle ne postait même pas de photographie d’elle. Elle a commencé à mettre en ligne certains clichés de ses looks, mais toujours à visage caché, pour finir enfin par se dévoiler à ses lecteurs quelques temps plus tard. Discrète et professionnelle, on en est sûr. Pour caractériser plus précisément la blogueuse, on pourrait parler de gentillesse et de générosité, mêlées à un caractère affirmé, et surtout beaucoup d’humour. On ajoute à cela un style vestimentaire élégant, simple et original à la fois, beaucoup de charme, et on obtient Tokyobanhbao.

Lire

Alice Pol

Révélation du film de Pascal Chaumeil « Un Plan Parfait » (sorti le 31 Octobre) aux côtés de Dany Boon et Diane Kruger, Alice Pol interprète la jeune sœur de Diane. Drôle, manipulatrice et déterminée, elle excelle dans le rôle de Coco que lui a confié le réalisateur Pascal Chaumeil. Née sous les sunlights (l’île de la Réunion), c’est à Marseille qu’elle grandit ! Elle fait ses premiers pas au théâtre avant de rejoindre le cinéma. On la découvre dans « Vilaine » de Jean-Patrick Benes aux côtés de Marilou Berry, puis dans « Joueuse » de Caroline Bottaro avec Sandrine Bonnaire. Elle enchaîne dans « Les émotifs anonymes » de Jean-Pierre Améris, aux côtés de Benoît Poelvoorde et Isabelle Carré et dans « Une folle envie » de Bernard Jeanjean. Alice, femme caméléon, prouve par la diversité de ses rôles (bimbo, jeune fille modèle, girl next door idéale, femme de chambre, étudiante, …) son aisance dans la composition et son talent d’actrice.

Lire