Bérangère Claire

Bérangère Claire est une jeune créatrice qui a lancé sa marque éponyme il y a trois ans. Chaque saison, ses collections proposent des basiques et classiques aux détails raffinés pour le vestiaire féminin et masculin. « Une seule démarche, proposer à tous des vêtements faciles à porter, pour le quotidien, plus qu’une mode mais un style, simple et chic à des prix abordables ». Alors si vous croisez une collection avec des pièces de qualité, classiques et branchées, du carreau, une tête de cerf et une croix lorraine, pas de doute, c’est du Bérangère Claire ! Rencontre avec la créatrice de la marque, pour en savoir plus sur son travail…

Vous avez crée votre marque en 2007. Quel est votre parcours auparavant ?

Des études de stylisme et un peu d’expériences dans divers entreprises avant de lancer la mienne.

La mode vous a-t-elle toujours passionné ?

Ce n’est pas vraiment la mode ni les tendances qui me passionnent, mais oui, j’ai toujours aimé les beaux vêtements.

Comment définiriez-vous le concept de votre marque ?

Il n’y a pas de concept particulier. Bérangère Claire aspire à habiller les femmes et les hommes aux envies de simplicité, dans le sens sobriété, sans tomber dans le banal. Nous souhaitons faire des vêtements qui durent dans le temps, avec un style intemporel et une fabrication de qualité.

Le signe distinctif de votre marque est une tête de cerf, ainsi que la croix lorraine. Pouvez-vous nous expliquer comment vous est venue cette idée ?

L’idée était d’avoir un blason de famille. J’ai donc crée le mien en fonction de mes envies et mes origines.

Quelles sont vos inspirations ?

Elles sont différentes d’un collection à l’autre. Pour l’été prochain (2011) par exemple, je me suis inspirée de mon voyage en Floride.

Vos produits sont fabriqués en France et en édition limitée. Allez-vous garder ces principes sur le long terme ?

Pour l’instant, je n’ai pas l’intention de délocaliser ma production. Je suis entièrement satisfaite par la fabrication française pour beaucoup de raison, et ça ne devrait donc pas changer. Pour les séries limitées, cela dépendra de l’évolution de la marque. Ceci dit, même lorsque l’on fabrique 500 exemplaires par modèle ça reste encore de la série limitée. Pour info, aujourd’hui nous fabriquons en moyenne 50 à 100 pièces par modèle.

Pour ma part, j’ai découvert votre marque par hasard, dans une jolie boutique à Lille. Et depuis, je n’arrête pas d’en entendre parler dans les magazines (Grazia, Envy, L’Express Styles, Madame Figaro…) et sur Internet. Comment expliquez-vous ce succès ?

Nous faisons partie des quelques jeunes marques « chouchou » en presse. Mais au delà de ça, nous avons également un bureau de presse qui travaille très bien !

Votre marque est implantée également à l’étranger (Espagne, Japon, Canada…). Comment s’est fait cette conquête de l’International ?

Pour l’instant, nous n’avons que quelques points de vente à l’étranger, il ne s’agit par encore d’une conquête ! Les boutiques avec lesquelles nous travaillons ont été rencontrées sur des salons pro ou parfois nous les avons contactées par email.

Enfin, quels sont vos projets pour la suite ?

En faire toujours un peu plus. Plus de modèles, plus de points de vente, plus de presse…

Informations

Articles similaires

Little Dragon

Le quatuor suédois Little Dragon est de retour avec un quatrième album, « Nabbuma Rubberland », tout droit sorti de leur nouveau studio à Göteborg. La voix planante et unique de Yukimi mixée aux divers rythmes électro/pop/r’n’b et jazz continue de nous séduire et ne fait que confirmer davantage le talent du groupe scandinave.

Lire

Helena Noguerra

A 15 ans, (la grande) Helena débute sa carrière comme mannequin dans les années 80, puis se lance dans la chanson, comme sa sœur Lio. Leurs registres, tout comme leurs parcours sont pourtant totalement différents. Helena est curieuse et touche à tout dans le domaine artistique. Animatrice télé sur M6, animatrice radio, chanteuse, actrice, romancière, auteur de théâtre, réalisatrice de film et documentaire : rien n’arrête cette artiste aux multiples talents. Sa prestation dans « L’Arnacoeur », en tant que copine de Vanessa Paradis, a notamment marqué quelques réalisateurs qui se pressent de lui proposer de beaux projets. Un premier rôle se profile, suivi de jolies collaborations tout aussi tentantes les unes que les autres… Actuellement à l’affiche de la comédie réalisée par Christian Clavier « On ne choisit pas sa famille », et dont la sortie est annoncée le 9 Novembre 2011, Helena Noguerra ne cesse d’enchaîner les rôles inattendus.

Lire

Lola Naymark

L’histoire de Lola Naymark, sous les projecteurs, démarre dès l’âge de 7 ans. Elle tourne tout d’abord dans des téléfilms « La nouvelle tribu » et « Un coup de baguette magique » de Roger Vadim. A 10 ans, Bunny Godillot lui offre le rôle principal dans « Riches, Belles, etc » aux côtés de Claudia Cardinale, Anouck Aimée et Marisa Berenson. En 2002, elle joue avec Omar Sharif, Gilbert Melki et Isabelle Adjani dans « Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran » de François Dupeyron.En 2004, elle obtient le prix Michel Simon, se voit nominée aux Césars dans la catégorie « Meilleur espoir féminin » et reçoit le prix de la révélation féminine au festival de Cabourg pour « Brodeuses » d’Eléonore Faucher, dans lequel elle tient le rôle principal aux côtés d’Ariane Ascaride.Elle enchaîne avec « La Maison de Nina » de Richard Dembo, « Dans tes bras » d’Hubert Gillet aux côtés de Michèle Laroque et « L’Armée du crime » de Robert Guédiguian. Place au théâtre dès 2009, où elle interprète Ophélie dans « Le jour des meurtres dans l’histoire d’Hamlet », mis en scène par Thierry de Peretti. Puis, elle intègre, l’année suivante, la compagnie de théâtre Les Années Ivres, avec laquelle elle joue « Le Dindon » de G. Feydeau pendant deux ans au Festival d’Avignon.En 2011, elle joue aux côtés de Yann Barthès dans « Arthur Flèche », un court métrage de Samuel Hercule pour Canal +.Jusqu’au 30 juin, Lola Naymark vous invite à vous rendre au théâtre de l’Atelier où elle se produit sur la scène dans « Liaisons Dangereuses », mis en scène par John Malkovich.Nous la retrouverons également dès le 11 juillet à l’affiche du film « Ma bonne étoile » d’Anne Fassio, aux côtés de Fleur-Lise Huet, Christophe Lambert et Claude Brasseur.Synopsis : En Normandie, Louise (Fleur-Lise Huet) vit heureuse dans le monde du cheval. Brusquement, le destin frappe. Louise reste seule avec son père (Christophe Lambert) et un ami de la famille (Claude Brasseur) à la Ferronnière, le haras où elle vit depuis toujours. Les affaires vont mal, ils sont au bord de la faillite…Heureusement, il y a Marquise, une jeune jument que Louise a élevée. Envers et contre tout, la jeune fille et Marquise vont se battre contre la fatalité qui semble s’acharner…‍

Lire