Laurence Arné

Franco-hollandaise, Laurence pratique dès l’enfance la danse, le piano et le chant au conservatoire d’Angoulême. Ses premiers pas dans le monde artistique la poussent spontanément à regagner Paris, en 2003, pour poursuivre dans cette voie. Elle s’inscrit au Studio 34 (École de théâtre), mais ne néglige pas pour autant ses études de sociologie et de sciences des médias. Une chose est certaine : elle aime faire rire ! Laurence se lance alors dans l’écriture de son one woman show, se met en scène et interprète son spectacle en 2006 au théâtre Le Bout. Très vite repérée, Laurent Ruquier l’engage pour sa nouvelle pièce « Open Bed » aux Bouffes Parisiennes. S’ensuit une collaboration avec Dominique Farrugia sur TPS Star, dans l’émission « Le Soiring », aux côtés de Manu Payet et Bruno Guillon. En 2009, Dominique Farrugia produit lui-même son nouveau talent du rire, au théâtre des Blancs Manteaux. 2010 la mènera au cinéma où elle fera ses débuts dans une comédie romantique « L’amour c’est mieux à deux » de Dominique Farrugia (encore et toujours !) et d’Arnaud Lemort. Humoriste et désormais actrice de talent, elle enchaînera ensuite dans « Moi, Michel G, Milliardaire, Maître du monde » de Stéphane Kazandjian et dans, « Un jour mon père viendra » de Martin Vallente.

Retrouvons la dès ce soir sur Canal + dans « WorkinGirls » Saison 1, aux côtés de Claude Perron, Vanessa David et Blanche Gardin.

Fort attendue, cette série nous révèle l’univers d’une PME banale, dans laquelle tente de cohabiter tout son personnel. Entre une DRH méga nymphomane (interprétée par Laurence), une cadre supra psycho rigide, une mère de famille complètement dépassée entre son job et sa maison, deux standardistes atypiques et une chef de marketing qui parvient même à déprimer son psy…

Qu’est-ce qui vous a séduit dans ce projet ?

Tout ! Enfin un film couillu ! C’est drôle, débile, singulier ! Une atmosphère décalée, où le regard de la femme prime sur l’homme dans cette entreprise. On sort enfin du cliché féminin basique ! Elles en veulent, elles s’affirment et le prouvent !

Parlez-nous de Déborah, le personnage que vous interprétez.

Elle est tout à la fois pathétique, drôle, mais si seule. Déborah n’y va pas par quatre chemins et se comporte comme un homme. Cette nympho cumule les plans cul, loin de l’ambiance romantique à laquelle toute femme aspire. Exit les sentiments !

Quel autre rôle auriez-vous eu plaisir à jouer dans cette série et pourquoi ?

J’aime beaucoup le rôle de la big boss, interprétée par Claude Perron. Elle est d’une crédibilité ! C’est un mix féminin total !

Beaucoup d’hommes pensent, encore aujourd’hui, que la place d’une femme est dans son foyer. Comment concevez-vous, personnellement, l’épanouissement de la femme au XXIe siècle ?

Tout dépend du caractère ! Certaines s’épanouissent à la maison, d’autres au boulot ou à travers une activité sportive. L’essentiel est de pouvoir tout concilier, non ? A chacune sa formule magique !

Personnellement, j’attends un bébé pour juin et je reprendrai dès juillet le tournage de la Saison 2. Je n’échappe pas au regard des gens sur cette reprise rapide et les jugements des femmes sont plus dures encore. J’aime mon métier et peu importe les conventions sociales… C’est un vrai débat, et pourtant l’organisation des mois à venir ne dépend que de moi, non ? Reprendre le travail en sachant mon bébé entre de bonnes mains me rendra heureuse et sereine.

A travers quelle working girl les téléspectatrices vont-elles plus facilement s’identifier ?

La mère de famille nous fait partager à l’écran sa vie professionnelle et familiale en nous plongeant dans son intimité. La majorité des femmes se retrouvera dans ce portrait.

Le tournage de la saison 2 débutera cet été. D’autres saisons sont-elles programmées ?

Non, pas pour l’instant.

Vous serez prochainement à l’affiche de « Dépression et des potes » d’Arnaud Lemort (sortie le 2 mai 2012), puis de « Bowling » de Marie Castille le 18 juillet 2012 et enfin du film de Kad Merad et Olivier Baroux « Qui a retué Pamela Rose ». A quand votre prochain one woman show ?

Il est vrai que le one woman me manque. C’est une salle de jeux qui me procure tant de vibrations ! J’aimerais vraiment le reprendre, le réactualiser et le programmer sur du long terme et dans de grandes salles. Néanmoins, je ne pouvais refuser toutes ces opportunités qui se sont présentées à moi ces derniers mois. Mon projet est juste en standby !

Durant votre parcours, quelles ont été les rencontres marquantes et décisives qui ont influencé votre carrière ?

Gérard Sibelle qui m’a intégrée dans l’équipe « Juste pour rire » et Dominique Farrugia qui fut l’élément déclencheur. Ma coach Karine Muris également et de nombreuses personnes du métier, rencontrées ça et là, au cours des tournages.

Quel rôle aimeriez-vous incarner aujourd’hui et avec quel réalisateur ?

Pianiste moi-même, j’aimerais beaucoup incarner le rôle d’un musicien dans une comédie anglo-saxonne. Peu importe le réalisateur, pourvu que je ressente le film !

Parlons un peu de vous à présent !

Décrivez-vous en trois mots.

Farfelue – Pudique – Curieuse.

Avez-vous une addiction particulière ?

Le rire

Gourmande ou gourmet ?

Gourmande

Côté mode, vous êtes plutôt chic ou choc ?

Pas très mode, je l’avoue… je privilégie le confort avant tout.

Vous partez en voyage, quels sont vos indispensables ?

Mon iPod, carnet/crayon et mon chéri.

Quelle situation peut vous déstabiliser ?

La compétition, car je ne suis pas stratégique du tout. Je bloque facilement face à ce genre de personnes. C’est terrible !

Votre dernière colère ?

Pas plus tard qu’hier ! Je me trouvais à bord d’un bateau sur le bassin d’Arcachon quand un homme m’a bousculée. Je lui ai adressé une remarque, lui montrant que j’étais enceinte. Il m’a alors fait comprendre que sa priorité allait aux personnes âgées, et non aux autres ! J’étais furieuse !

Quelle est votre plus grande fierté ?

D’avoir tout misé sur ma carrière : mon énergie, ma créativité, ma perspicacité et d’y être parvenu ! J’ai grandi depuis Angoulême !

Quel achat avez-vous réalisé avec votre premier cachet ?

Un week-end à l’étranger

Vous rappelez-vous de votre premier passage à la télé ?

Oui, j’étais avec Manu Payet et Bruno Guillon pour « Le soiring », sur TPS Star. J’étais très concentrée mais je me suis beaucoup amusée !

Informations

Articles similaires

Le soda, un guilty pleasure qui peut être responsable

En grand passionné de soda que je suis et plus particulièrement de Cola (Max ou Zéro), je n'ai pas pu résister lorsque j'ai appris que Sodastream lançait sur le marché une collaboration avec Pepsi. Je me suis souvent remis en question par rapport à cette addiction, notamment parce qu'une consommation régulière de soda induit forcément un impact réel sur l'environnement avec des bouteilles en plastique qui envahissent nos poubelles jaunes. Sodastream vient donc contrer cette problématique en proposant désormais de retrouver le goût de nos boissons préférées à la maison. 

Lire

Virginie de Clausade

uteure de trois ouvrages édités chez Flammarion, actrice et animatrice franco belge, Virginie est chroniqueuse, dès 2004, dans l’émission « Ca balance à Paris », présentée par Michel Field, sur Paris Première. En septembre 2006, elle enchaîne sur France 2 dans « On a tout essayé » de Laurent Ruquier, et sur Europe 1 avec Laurent Ruquier (toujours !) dans « On va s’gêner ». En parallèle, elle collabore au magazine du cinéma sur TPS « Star Mag ». Dès mai 2006, elle rejoint Arthur sur TF1 pour présenter « Les Enfants de la télé » et anime Le Club TF1, un programme court d’informations pratiques. En avril 2009, elle présente sur NT1 le jeu télévisé « Tout pour plaire », une émission de dating et co-anime la matinale de Fun Radio, de 6h à 9h, aux côtés de Manu et de Vacher. D’octobre 2010 à février 2011, elle présente « Paris tout compris » sur France 3 Île-de-France.

Lire

Bérangère Claire

Bérangère Claire est une jeune créatrice qui a lancé sa marque éponyme il y a trois ans. Chaque saison, ses collections proposent des basiques et classiques aux détails raffinés pour le vestiaire féminin et masculin. « Une seule démarche, proposer à tous des vêtements faciles à porter, pour le quotidien, plus qu’une mode mais un style, simple et chic à des prix abordables ». Alors si vous croisez une collection avec des pièces de qualité, classiques et branchées, du carreau, une tête de cerf et une croix lorraine, pas de doute, c’est du Bérangère Claire ! Rencontre avec la créatrice de la marque, pour en savoir plus sur son travail…

Lire