Alysson Paradis

Vous l’avez bien compris, il ne suffit pas d’être la fille ou la sœur « de » pour s’imposer dans le monde artistique. Alysson, qui n’est autre que la sœur de Vanessa Paradis, ne doit son talent qu’à elle-même. Battante, elle mène son propre combat au théâtre, comme au cinéma. A chacun son destin ! Son bac en poche, Alysson monte à Paris avec un objectif en tête : suivre des cours de théâtre. S’ensuivront des tournages de courts et moyens métrages, jusqu’au jour ou Rodolphe Marconi lui offre un rôle dans « Le dernier jour », aux côtés de Gaspard Ulliel et Mélanie Laurent. Depuis, elle a tourné pas moins de sept films dont « A l’intérieur » avec Béatrice Dalle, de Julien Maury et Alexandre Bustillo, dans lequel elle obtint le rôle principal (en sélection à la Semaine de la Critique à Cannes en 2007). Rappelons également « Thelma Louise etChantal » de Benoît Petré, « Camping 2 » de Fabien Onteniente et « L’enfance d’Icare » d’Alexandre Lordachescu. Pour l’heure, nous aurons tout loisir de la retrouver dans la série télévisée « QI » d’Olivier de Plas, diffusée sur Orange Cinémax. Elle y incarne Candice, une jeune star du X qui décide de mettre un terme à sa carrière afin de suivre des études de philosophie. « Une série qui va du corps vers l’esprit ! » Jusqu’au 14 avril, elle était au Théâtre l’Archipel où elle jouait dans « Salle de Profs » de Samia Webre, mis en scène par Samy Berry, aux côtés d’Audrey Garcia et Yannick Mazzilli.

La salle des profs servirait-elle de défouloir ? Les langues se délient t-elles uniquement sur l’univers du collège ?

Dans la pièce, on évoque aussi bien les problèmes rencontrés avec les élèves, que le statut social des enseignants, leurs difficultés financières. Toutes les tensions sont traitées avec humour. La comédie adoucit les mœurs.

Audrey Garcia, prof d’anglais intransigeante, très stricte, tirée à quatre épingles, est en charge de me former, car j’enseigne en première année, dans la même matière. Yannick Mazzilli, quant à lui, interprète le rôle du prof d’éducation physique super laxiste, qui ne pense qu’à manger et se complaît à s’exhiber dans des tenues improbables.

Pensez-vous que les profs d’aujourd’hui éprouvent plus de difficulté à se faire respecter qu’il y a 20 ans ?

En effet, je pense que nous étions plus indulgents envers nos professeurs. Le facteur « lieu d’implantation de l’établissement scolaire » joue énormément, car il ne faut pas négliger les quartiers sensibles et les enfants en échec scolaire. En classe, la surenchère rapide et permanente est de plus en plus fréquente. Elle contribue malheureusement à perturber les cours et à démotiver le rôle de l’enseignant.

Personnellement, je me rappelle très bien de deux profs, dont je n’ai pas oublié les noms, qui savaient capter toute notre attention durant leurs cours, et nous transmettaient leur passion du savoir. Ces instants uniques étaient riches en partage.

Pour tout vous avouer, la jeunesse actuelle m’effraie, de par son comportement et les tenues vestimentaires qu’affichent les jeunes filles. Elles n’ont que 14 ans et s’habillent comme des femmes. Elles sont complètement décalées dans le temps et sautent les étapes de la vie de plus en plus jeunes. Qui doit-on incriminer ? L’éducation des parents ou l’éducation des profs ?

Récemment, j’ai été choquée par un reportage sur une mère qui injectait elle-même du Botox, acheté sur internet, à sa fille de 8 ans. Où va le monde ?

Qu’est ce qui vous a séduit dans ce scénario ?

Le sujet, bien sûr, et le fait qu’Audrey et Yannick (avec qui je suis amie dans la vie) étaient engagés dans le projet. Cette situation est tellement rare ! Bien que nous abordions un problème social récurrent, nous nous amusons à le présenter sous forme de comédie. Plusieurs fois, durant la représentation, des bourdonnements ponctués de commentaires divers nous parviennent… Ce sont des profs ! Indisciplinés, non ?…

Une tournée avec cette pièce est-elle envisagée ?

Pas dans l’immédiat, mais pourquoi pas ? A suivre…

Vous n’aviez pas joué au théâtre depuis « Les monologues du vagin » de Eve Ensler, pourquoi avoir tant attendu ?

Les scénarios proposés ne me plaisaient pas, ou si je validais, le projet n’aboutissait pas, car rien n’est simple au théâtre. Il faut trouver le producteur, le metteur en scène, une salle disponible, et parvenir à réunir tous les comédiens selon leurs disponibilités…

Prochainement, vous serez à l’affiche de « Les mouvements du bassin » réalisé par HPG, aux côtés de Rachida Brakni et Eric Cantona. Avez-vous d’autres projets pour 2012 ?

La sortie prochaine d’un film anglais « Riot on the redchurch street » réalisé par Trevor Miller, dans lequel je tiens le rôle principal, aux côtés de Sam Hazeldine et Jesse Birdsall.

Quel rôle, encore jamais proposé, rêveriez-vous d’interpréter ?

J’adorerais me glisser dans la peau d’un homme pour un film dramatique. Je trouve qu’on leur offre de plus en plus des rôles hyper forts.

Cinéma, Théâtre… Lequel de ces univers vous correspond le mieux ?

Je dirais plutôt : jamais l’un sans l’autre !

Le théâtre t’oblige à te remettre en cause en permanence. Au départ, tu répètes, sans aucun retour du public. Puis, face à lui, tu rectifies ton jeu, tu l’améliores, tu le peaufines. C’est un travail constant. Il te permet de vivre ta vie en parallèle, dans la journée. Et le soir, place à la convivialité et au partage.

Le cinéma, quant à lui, te plonge dans l’autisme, car tu vis dans une bulle durant tout le tournage. Tu occultes ta famille, tes amis. Mais le rapport qui se noue avec toute l’équipe est incroyable.

Passionnée de musique, vous aviez, très jeune, monté un groupe de rock avec vos amies. Envisagez-vous d’enregistrer un album, dans un avenir proche ?

Pour les besoins du film « Riot on the redchurch street », je viens d’enregistrer quatre titres, mais sincèrement, ce n’est pas ma priorité actuelle. Mais je ne dis pas jamais.

Parlons un peu de vous à présent ! Qui est Alysson Paradis ?

Décrivez-vous en trois mots.

Rigolote, intransigeante et passionnée.

Quelle est votre qualité première ? Et votre défaut ?

A l’écoute. Mon défaut ? Je suis incapable d’avouer mon propre ressenti sur telle ou telle personne.

Avez-vous une addiction particulière ?

Mes amis

Gourmande ou gourmet ?

Gourmet

Question mode : Lors de la dernière fashion week, quelles sont les collections qui vous ont le plus séduites ?

Celles de Vanessa Bruno et Dior. J’aime l’extrême et la démesure de la maison Dior : son univers luxueux et féérique. Chez Vanessa Bruno, j’apprécie avant tout son élégance naturelle.

Vous partez en voyage, quels sont vos indispensables ?

Mes bouquins et mon iPod.

Quelle situation peut vous déstabiliser ?

La méchanceté gratuite et injustifiée.

Votre dernière colère ?

Depuis jeudi, je souffre d’une sciatique qui me tape sur le système.

Quelle est votre plus grande fierté ?

D’en être là aujourd’hui, et d’y être parvenue par moi-même.

Votre dernier achat « coup de cœur » ?

Des chaussures « Heimstone » hors de prix que je ne pensais jamais pouvoir mettre… Je ne les quitte pas !

Quelle est la plus grosse gaffe que vous ayez commise ?

Demander à une amie au téléphone comment se passait sa grossesse, alors qu’elle avait fait une fausse-couche depuis plusieurs semaines. C’est le genre de gaffe qu’on ne peut pas rattraper et qui crée forcément le malaise…

Informations

Articles similaires

Séverin

Discret, il le fût ! Délicat, candide, poétique : il l’est ! Mettre les artistes en avant (Camélia Jordana, Cheesecake pour lequel il met en scène 14 voix féminines) en leur composant de jolies chansons, telle est sa passion… Puis, un jour, comme un déclic, il fête ses 30 ans et se dit que le temps passe beaucoup trop vite… De ce constat, il se lancera dans l’écriture de cet album éponyme, teinté de pop songs douces-amères, dont lui seul a le secret. Sorti le 29 mai 2012, il réussit l’exploit, en dix titres, de réconcilier la légèreté mélodique des dandys anglo-saxons et le charme d’une certaine pop à la française. A chaque sentiment sa chanson, des plus aimables aux plus violents, à travers des paroles tendres, drôles, nostalgiques et sincères. Il n’y a plus aucun doute : cet album vous ramènera à vos propres émotions, celles de votre vie !

Lire

Puggy

Cette semaine, Pose Mag a souhaité vous faire partager son coup de cœur musical, le groupe Puggy. Nous les avons découverts il y a quelques jours, lors de leur show case au Furet du Nord à Lille. Samedi midi, le soleil est au rendez-vous, et on en profite alors pour se diriger vers le centre-ville pour une petite séance shopping/terrasse. C’est l’occasion aussi d’aller faire le plein de magazines et de découvrir les nouveautés musicales et littéraires. Et pour cela, l’endroit idéal à Lille, c’est le Furet du Nord. On passe les portes, et là on se dit qu’ils se sont bien lâchés sur la sono, sans doute en raison du beau temps, de la bonne humeur, et de cette fameuse journée du samedi, propice à accueillir un max de clients ! Puis en écoutant cette musique, on se dit aussi que c’est plutôt sympa, et on se rend compte rapidement que c’est du live. Il suffit ensuite de lever les yeux pour entrevoir à l’étage un large regroupement de personnes. Allez, c’est parti, on les rejoint ! Et c’est alors qu’on tombe nez-à-nez avec Matthew, Romain et Egil, les trois membres du groupe Puggy. Le public semble conquis, et on reconnaît les vrais fans à leurs mouvements de lèvres qui accompagnent les paroles des chansons du nouvel album (sorti il y a un mois seulement). Nous sommes nous aussi conquis, et c’est décidé, en rentrant, on contacte leur manager pour une interview !

Lire

Titoff

SES DÉBUTS Né à Marseille, il y a 39 ans, Titoff (de son vrai nom Christophe Junca) s’éprend de comédie en regardant le film « Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine ». Il s’oriente dès lors vers cette profession artistique et amorce ses premiers pas sur la scène du Chocolat Théâtre à Marseille. LA SUITE En 1999, il se produit à la Comédie de Paris, puis en 2000 au Trévise, où Thierry Ardisson le remarque. Une rencontre déterminante au cours de laquelle il lui propose de remplacer Laurent Baffie dans l’émission « Tout le monde en parle ». Puis, il enchaîne le Palais des Glaces suivi d’une tournée à travers toute la France qui le mène à l’Olympia où il triomphe. 2003, il crée son second spectacle et parcourt les routes de France. « Metrosexuel » qu’il présente en 2007 remportera inévitablement un grand succès. Il aurait pu poursuivre ainsi sa route, et faire comme le suggérait M. Sarkozy « Travailler plus, pour Gagner plus ! ». Il préférera mettre sa vie de one-man show entre parenthèse et s’accorder une pause salutaire. À lui alors le théâtre, le cinéma, les téléfilms et Europe 1 au côté de Laurent Ruquier dans « On va s’gêner ».

Lire