Justin Nozuka

Jeune prodige de la musique Justin Nozuka nous arrive tout droit du Canada. Après un carton en France avec son précédent album « You I Wind Land and Sea », il nous revient avec l’opus « Ulysees », d’un tout autre genre et dont la pureté nous explose à la figure. Un album à écouter de toute urgence pour le bien qu’il procure à nos oreilles.

Pourquoi as-tu choisi le nom «  Ulysees » pour ce nouvel album ?

C’est simplement pour la combinaison des lettres et la façon dont ça sonne. Donc le nom « Ulysees » représente l’esthétisme de l’album.

Tu as commencé à écrire des chansons très jeune, dès l’âge de 12 ans. Te souviens-tu de quoi elles parlaient ?

Ce n’était pas très artistique ! Globalement ça parlait des filles…

Est-ce que tes parents s’inquiétaient que tu te lances dans la musique aussi jeune ?

Non ils ne s’inquiétaient pas vraiment. Ma mère est une artiste et mon père est en quelque sorte un artiste aussi.

Est-ce que tes origines japonaises et américaines combinées à ta nationalité canadienne ont eu un impact sur ta musique ?

Je pense que comme quiconque, mon environnement m’influence. Peut-être que mes origines aussi, mais j’e n’en ai pas conscience.

Ca a été un long processus artistique, t’es tu posé plus de questions pour cet album que pour les précédents ?

J’ai tout questionné davantage, toute l’évolution de cet album.

Tu as travaillé chez toi, ce qui est nouveau. Dans quelle mesure est-ce que ça a influencé ta créativité ?

Ca l’a immensément influencée. Rien que le fait d’être en confiance dans mon appartement… J’aime vraiment prendre mon temps pour travailler, ne pas trop travailler. J’étais dans un environnement très sain.

Est-ce que du coup tu t’es senti plus inspiré ?

Oui clairement. J’avais plus de temps pour essayer diverses choses.

Quelle a été ta principale source d’inspiration pendant la création de cet album ?

J’imagine toutes les autres formes d’art et les gens par qui j’ai été influencé durant le processus. Certains de mes amis ont été d’une grande aide tout au long de ce processus. Mais aussi la musique que j’écoutais à ce moment là, les films que je regardais… Toute sorte d’art.

As-tu appris des choses sur toi et sur ton travail durant la conception de cet disque ?

J’ai appris des choses techniques sur la production, ce qui m’a beaucoup aidé. J’ai également beaucoup appris sur les choses qui marchent et qui ne marchent pas du tout. C’est devenu plus clair tout au long de ce travail. En terme de création, parfois ça ne prend qu’une journée de faire quelque chose et c’est fait. Parfois ça prend un an ou deux ans. La limite temporelle change.

Puisque tu as pris davantage ton temps, penses- tu que c’est un album plus mature ?

Oui, j’imagine.

C’est un album très calme avec des sons très doux. J’ai eu un sentiment de zénitude, même d’équilibre en l’écoutant, est-ce que c‘était l’état d’esprit dans lequel tu étais ?

C’était clairement important durant tout le processus de vivre sainement, de bien manger, de bien dormir. Ce qui était aussi important c’était que le son de l’album et l’esthétique ne soient agressifs en aucune façon, que ce soit quelque chose d’apaisant. C’est ça que je voulais faire, créer un projet apaisant.

Pureté et minimalisme sont très présents dans cet album. Je pense particulièrement au clip « Right to you » au sein duquel la nature est au premier plan. Est-ce que ça été un moyen pour toi de créer un univers, sans apparaître dans la vidéo et d’immerger le public dans cette scène pendant qu’il écoute la chanson ?

Quand on a créé la vidéo, on voulait quelque chose qui n’était pas trop imposé, quelque chose qui était plaisant à regarder, quelque chose qu’on pouvait aussi regarder sans la musique. La nature est pour moi magnifique. C’est agréable de créer quelque chose sans être nécessairement impliqué dans les images qui représentent l’esthétique. C’est plus sympa d’exprimer l’esthétisme et l’expérience avec de l’art et d’avoir des images qui font partie de ces expériences.

Puisque cet album est vraiment différent de ce que tu as fait auparavant, est ce qu’il arrivé de craindre que ça séduise moins le public ?

Pour être honnête ce n’est pas vraiment quelque chose dont je me soucie… Chacun va l’expérimenter à sa façon, je suis sûr que certains ne l’apprécieront pas, d’autres l’apprécieront sûrement.

As-tu déjà pensé à jouer dans un groupe ? Ou à créer un groupe avec ton frère George qui fait lui aussi de la musique ?

Pas nécessairement, on n’a jamais vraiment prévu de jouer ensemble. J’ai déjà pensé à jouer dans un groupe mais sans avoir de vrai projet. Je pense qu’il est nécessaire de collaborer avec des artistes qui ont la même sensibilité. Trouver cette connexion est très rare, donc pour le moment je suis heureux comme ça…

Est-ce que tu profites de Paris ? Ce n’est pas ta première fois ici il me semble…

C’est sympa, j’aime Paris. Je suis venu à peu près 27 fois ici je crois !

Donc tu as mangé beaucoup de baguettes ?!

Oui !

As-tu d’autres passions à part la musique ?

J’aime beaucoup le sport. J’adore aussi écouter de la musique, regarder des films…Lire est parfois agréable.

Où est-ce que tu te diriges ensuite ?

Je vais à Zürich jeudi.

Est-ce que donner des cours de guitare est quelque chose que tu aimerais faire ?

Hmm non !

Je ne réserverai donc pas mon premier cours…

Haha !

Peux-tu dire « I adore France and Pose Mag » in french ?!

Attends une seconde : «  J’adore France et Pose Mag ».

Presque ! Well done Justin !

Informations

Articles similaires

Hande Kodja

Actrice belge, Hande s’est spontanément dirigée vers le théâtre, après avoir pratiqué 12 ans de piano et 4 ans de violon. Après avoir intégré l’académie de Waterloo, en Belgique, puis les cours Forent, elle sera admise au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris. Sa vie est depuis rythmée par les tournages qu’elle enchaîne. Quelques longs métrages, dont « Meurtrières » en 2005, qui fut sélectionné à Cannes (Un Certain Regard) et obtient le Prix du Président du Jury. Dans « Mon prince charmant » de Jean-Paul Civeyrac, elle est sélectionnée aux Talents Cannes pour le rôle de Cécile. Elle a également joué Louise, dans « Capitaine Achab » de Philippe Ramos, et la fille d’André Dussolier et Miou-Miou dans « Affaire de famille » de Claus Drexel. « Marieke », interprétée par Hande et réalisée par Sophie Schoukens sortira en salle le 28 mars prochain. Elle sera aux côtés de Barbara Sarafian et Jean Decleir. Ce film nous retrace l’histoire d’une jeune femme qui vit avec sa mère, incapable d’éprouver des sentiments depuis la mort de son mari écrivain. Marieke travaille le jour dans une chocolaterie, et s’évade la nuit dans les bras d’hommes beaucoup plus âgés, ce qui la rend plus forte, plus libre, mais lui procure par-dessus le sentiment d’être aimée. Jacoby, éditeur, vient chercher le dernier manuscrit de son père. Cette rencontre va briser son équilibre déjà fragile…

Lire

Jean-Charles de Castelbajac et Ivri Lider

Tout à commencer par le clip « Be With You Tonight » du groupe The Young Professionals. Le célèbre créateur français Jean-Charles de Castelbajac a habillé les deux membres du groupe, Ivri Lider et Johnny Goldstein. Le 14 février, c’est au milieu de la future collection Castelbajac que nous avons rencontré le créateur et le chanteur des TYP. Nous avions déjà interviewé Ivri Lider pour le numéro 12 de Pose Mag. Ils ont tous les deux accepté de se livrer sincèrement sur leur collaboration et sur leurs projets à venir.

Lire

Pony Pony Run Run

Lorsque Gaétan et Amaël, les frangins angevins, rencontrent Antonin, le Nantais, durant leurs études à l’École régionale des Beaux-Arts de Nantes, ils sont très loin d’imaginer que le succès va frapper très rapidement à leur porte. Tous les trois sont animés du même désir de créativité et forment leur groupe en 2005. Leur musique teintée d’électro dance et de pop rock a su conquérir un large public, à travers le web grâce à la diffusion de leurs démos. Leur enthousiasme propulse le trio à travers toute l’Europe, à bord de leur camion. Pendant quatre ans, ils promèneront leurs pop-songs, sans label ni tourneur, et se formeront sur le terrain. Une merveilleuse école qui leur a permis d’affronter le succès avec sérénité l’heure venue. Leur premier album « You need Pony Pony Run Run », produit par Frédéric Lo, sort en 2009 et cartonne grâce à « Hey You ». En effet, ce single a servi de jingle sur la chaîne Canal+ et figure sur la compilation La Grande B.O. du Grand Journal de Canal+. 110 000 exemplaires vendus.

Lire