Justin Nozuka

Jeune prodige de la musique Justin Nozuka nous arrive tout droit du Canada. Après un carton en France avec son précédent album « You I Wind Land and Sea », il nous revient avec l’opus « Ulysees », d’un tout autre genre et dont la pureté nous explose à la figure. Un album à écouter de toute urgence pour le bien qu’il procure à nos oreilles.

Pourquoi as-tu choisi le nom «  Ulysees » pour ce nouvel album ?

C’est simplement pour la combinaison des lettres et la façon dont ça sonne. Donc le nom « Ulysees » représente l’esthétisme de l’album.

Tu as commencé à écrire des chansons très jeune, dès l’âge de 12 ans. Te souviens-tu de quoi elles parlaient ?

Ce n’était pas très artistique ! Globalement ça parlait des filles…

Est-ce que tes parents s’inquiétaient que tu te lances dans la musique aussi jeune ?

Non ils ne s’inquiétaient pas vraiment. Ma mère est une artiste et mon père est en quelque sorte un artiste aussi.

Est-ce que tes origines japonaises et américaines combinées à ta nationalité canadienne ont eu un impact sur ta musique ?

Je pense que comme quiconque, mon environnement m’influence. Peut-être que mes origines aussi, mais j’e n’en ai pas conscience.

Ca a été un long processus artistique, t’es tu posé plus de questions pour cet album que pour les précédents ?

J’ai tout questionné davantage, toute l’évolution de cet album.

Tu as travaillé chez toi, ce qui est nouveau. Dans quelle mesure est-ce que ça a influencé ta créativité ?

Ca l’a immensément influencée. Rien que le fait d’être en confiance dans mon appartement… J’aime vraiment prendre mon temps pour travailler, ne pas trop travailler. J’étais dans un environnement très sain.

Est-ce que du coup tu t’es senti plus inspiré ?

Oui clairement. J’avais plus de temps pour essayer diverses choses.

Quelle a été ta principale source d’inspiration pendant la création de cet album ?

J’imagine toutes les autres formes d’art et les gens par qui j’ai été influencé durant le processus. Certains de mes amis ont été d’une grande aide tout au long de ce processus. Mais aussi la musique que j’écoutais à ce moment là, les films que je regardais… Toute sorte d’art.

As-tu appris des choses sur toi et sur ton travail durant la conception de cet disque ?

J’ai appris des choses techniques sur la production, ce qui m’a beaucoup aidé. J’ai également beaucoup appris sur les choses qui marchent et qui ne marchent pas du tout. C’est devenu plus clair tout au long de ce travail. En terme de création, parfois ça ne prend qu’une journée de faire quelque chose et c’est fait. Parfois ça prend un an ou deux ans. La limite temporelle change.

Puisque tu as pris davantage ton temps, penses- tu que c’est un album plus mature ?

Oui, j’imagine.

C’est un album très calme avec des sons très doux. J’ai eu un sentiment de zénitude, même d’équilibre en l’écoutant, est-ce que c‘était l’état d’esprit dans lequel tu étais ?

C’était clairement important durant tout le processus de vivre sainement, de bien manger, de bien dormir. Ce qui était aussi important c’était que le son de l’album et l’esthétique ne soient agressifs en aucune façon, que ce soit quelque chose d’apaisant. C’est ça que je voulais faire, créer un projet apaisant.

Pureté et minimalisme sont très présents dans cet album. Je pense particulièrement au clip « Right to you » au sein duquel la nature est au premier plan. Est-ce que ça été un moyen pour toi de créer un univers, sans apparaître dans la vidéo et d’immerger le public dans cette scène pendant qu’il écoute la chanson ?

Quand on a créé la vidéo, on voulait quelque chose qui n’était pas trop imposé, quelque chose qui était plaisant à regarder, quelque chose qu’on pouvait aussi regarder sans la musique. La nature est pour moi magnifique. C’est agréable de créer quelque chose sans être nécessairement impliqué dans les images qui représentent l’esthétique. C’est plus sympa d’exprimer l’esthétisme et l’expérience avec de l’art et d’avoir des images qui font partie de ces expériences.

Puisque cet album est vraiment différent de ce que tu as fait auparavant, est ce qu’il arrivé de craindre que ça séduise moins le public ?

Pour être honnête ce n’est pas vraiment quelque chose dont je me soucie… Chacun va l’expérimenter à sa façon, je suis sûr que certains ne l’apprécieront pas, d’autres l’apprécieront sûrement.

As-tu déjà pensé à jouer dans un groupe ? Ou à créer un groupe avec ton frère George qui fait lui aussi de la musique ?

Pas nécessairement, on n’a jamais vraiment prévu de jouer ensemble. J’ai déjà pensé à jouer dans un groupe mais sans avoir de vrai projet. Je pense qu’il est nécessaire de collaborer avec des artistes qui ont la même sensibilité. Trouver cette connexion est très rare, donc pour le moment je suis heureux comme ça…

Est-ce que tu profites de Paris ? Ce n’est pas ta première fois ici il me semble…

C’est sympa, j’aime Paris. Je suis venu à peu près 27 fois ici je crois !

Donc tu as mangé beaucoup de baguettes ?!

Oui !

As-tu d’autres passions à part la musique ?

J’aime beaucoup le sport. J’adore aussi écouter de la musique, regarder des films…Lire est parfois agréable.

Où est-ce que tu te diriges ensuite ?

Je vais à Zürich jeudi.

Est-ce que donner des cours de guitare est quelque chose que tu aimerais faire ?

Hmm non !

Je ne réserverai donc pas mon premier cours…

Haha !

Peux-tu dire « I adore France and Pose Mag » in french ?!

Attends une seconde : «  J’adore France et Pose Mag ».

Presque ! Well done Justin !

Informations

Articles similaires

Ben l'oncle soul

Si je vous dis Soul Music, vous me dites ? Années 60 ! Rythm’and blues, Gospel, … Puis, sans l’ombre d’un doute, vous me citerez Sam Cooke, Otis Redding, Aretha Franklin, Ray Charles, Marvin Gaye, James Brown… Toutes ces figures emblématiques sont parvenues, au fil des années, à sortir cette musique de son enclavement ethnique et culturel, lui offrant ainsi de nouvelles perspectives d’avenir et un public international. Ben l’Oncle Soul (de son vrai nom Benjamin Duterde), né à Tours en 1984, est un artiste talentueux qui se complaît également dans le monde de la soul, sans jamais se prendre au sérieux. Il s’est lancé dans le gospel comme d’autres font du baby-sitting. Il est comme ça Ben, il agit au feeling, c’est plus fun ! Un éternel ado dynamité, qui a l’art d’éveiller en vous diverses émotions, allant du rire aux larmes, en toute sincérité. Il sait que rien n’est jamais acquis, alors il profite du temps présent !

Lire

Séverin

Discret, il le fût ! Délicat, candide, poétique : il l’est ! Mettre les artistes en avant (Camélia Jordana, Cheesecake pour lequel il met en scène 14 voix féminines) en leur composant de jolies chansons, telle est sa passion… Puis, un jour, comme un déclic, il fête ses 30 ans et se dit que le temps passe beaucoup trop vite… De ce constat, il se lancera dans l’écriture de cet album éponyme, teinté de pop songs douces-amères, dont lui seul a le secret. Sorti le 29 mai 2012, il réussit l’exploit, en dix titres, de réconcilier la légèreté mélodique des dandys anglo-saxons et le charme d’une certaine pop à la française. A chaque sentiment sa chanson, des plus aimables aux plus violents, à travers des paroles tendres, drôles, nostalgiques et sincères. Il n’y a plus aucun doute : cet album vous ramènera à vos propres émotions, celles de votre vie !

Lire

Lola Naymark

L’histoire de Lola Naymark, sous les projecteurs, démarre dès l’âge de 7 ans. Elle tourne tout d’abord dans des téléfilms « La nouvelle tribu » et « Un coup de baguette magique » de Roger Vadim. A 10 ans, Bunny Godillot lui offre le rôle principal dans « Riches, Belles, etc » aux côtés de Claudia Cardinale, Anouck Aimée et Marisa Berenson. En 2002, elle joue avec Omar Sharif, Gilbert Melki et Isabelle Adjani dans « Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran » de François Dupeyron.En 2004, elle obtient le prix Michel Simon, se voit nominée aux Césars dans la catégorie « Meilleur espoir féminin » et reçoit le prix de la révélation féminine au festival de Cabourg pour « Brodeuses » d’Eléonore Faucher, dans lequel elle tient le rôle principal aux côtés d’Ariane Ascaride.Elle enchaîne avec « La Maison de Nina » de Richard Dembo, « Dans tes bras » d’Hubert Gillet aux côtés de Michèle Laroque et « L’Armée du crime » de Robert Guédiguian. Place au théâtre dès 2009, où elle interprète Ophélie dans « Le jour des meurtres dans l’histoire d’Hamlet », mis en scène par Thierry de Peretti. Puis, elle intègre, l’année suivante, la compagnie de théâtre Les Années Ivres, avec laquelle elle joue « Le Dindon » de G. Feydeau pendant deux ans au Festival d’Avignon.En 2011, elle joue aux côtés de Yann Barthès dans « Arthur Flèche », un court métrage de Samuel Hercule pour Canal +.Jusqu’au 30 juin, Lola Naymark vous invite à vous rendre au théâtre de l’Atelier où elle se produit sur la scène dans « Liaisons Dangereuses », mis en scène par John Malkovich.Nous la retrouverons également dès le 11 juillet à l’affiche du film « Ma bonne étoile » d’Anne Fassio, aux côtés de Fleur-Lise Huet, Christophe Lambert et Claude Brasseur.Synopsis : En Normandie, Louise (Fleur-Lise Huet) vit heureuse dans le monde du cheval. Brusquement, le destin frappe. Louise reste seule avec son père (Christophe Lambert) et un ami de la famille (Claude Brasseur) à la Ferronnière, le haras où elle vit depuis toujours. Les affaires vont mal, ils sont au bord de la faillite…Heureusement, il y a Marquise, une jeune jument que Louise a élevée. Envers et contre tout, la jeune fille et Marquise vont se battre contre la fatalité qui semble s’acharner…‍

Lire