Juliette Katz

« J’aimerais que tooouuuttt le monde, connaisse tout le monde. On s’ignore avec élégance, ne rentrons pas dans cette mouvance…”. Ce qui est sûr, c’est qu’une fois que l’on a entendu le titre de Juliette Katz, il nous reste en tête. Beaucoup de médias prédisent qu’elle sera la révélation musicale française de l’année 2011, et la rédaction de Pose Mag partage cet avis à 100%. Nous l’avons donc invitée à l’Hôtel La Belle Juliette pour prendre la pose sous l’objectif de notre photographe Rachel Saddedine. Et bien sûr, nous en avons profité pour lui poser quelques questions.

Ton premier single « Tout le monde » est une sorte d’hymne au bonheur. Tu es donc une jeune femme optimiste ?

Oui j’essaie :-) Vu l’état actuel de notre société, je pense qu’être optimiste est primordial. C’est vrai que je suis plutôt de nature pessimiste mais je me force à être optimiste de plus en plus sinon je n’arrive pas à vivre et aimer pleinement ce que je vis…

Ce titre est joué sur plein de radios et on a déjà pu te voir plusieurs fois à la télévision (Taratata, le JT de France 2…). La concurrence est rude dans ce milieu. Selon toi, qu’est-ce qui fait ta différence ?

Mon corps de rêve (blague). Non je ne sais pas trop, je pense d’ailleurs que je suis la dernière à pouvoir émettre un jugement sur ce qui me différencie des autres artistes. Pas assez de recul sûrement. J’essaie de faire de la musique qui me plaît, qui me parle, qui (je pense) parle aux autres aussi. Et puis pour moi les textes sont très importants, ainsi que le fait de se différencier dans les styles musicaux. C’est peut-être ça qui me différencie des autres, je ne sais pas…
Je n’ai pas voulu être dans un style en particulier parce que j’aime beaucoup de choses. Certes c’est un challenge, mais ça vaut le coup !

Tu as accepté sans hésiter de poser pour nous. Tu fais donc partie de cette lignée de femmes qui s’assument pleinement ?

Pleinement je ne sais pas. On a toutes et tous nos complexes. Maintenant j’essaie de plus en plus de m’accepter physiquement. C’est vrai que le mannequinat m’a beaucoup aidé. Je rentre un peu dans un rôle de « comédienne ». Du coup, jouer de mes rondeurs devient un atout dans ces moments-là.
Je m’en fous du  » il faut que je fasse 10 kg en dessous de ma taille pour que je sois dans les normes », je n’aime pas les normes. Tant qu’on se sent bien dans son corps avec 50 kg de trop ou 20 kg en dessous de sa taille c’est le principal ! Mais l’acceptation de soi est un travail de longue haleine…

Est-ce que tu arrives à conjuguer vie professionnelle et vie sentimentale ? (c’est une façon détournée de savoir si quelqu’un partage ta vie !)

Pourquoi ? Je te plais ? (Blague) Je réponds tout simplement : Joker !

Tu as développé un concept original, « L’appart tour ». Est-ce que tu peux nous expliquer le principe ?

Non je n’ai pas envie (Oui ce genre de blague ne fait rire que moi). Le concept de L’appart Tour a commencé en février dernier… Chez moi. On a eu envie de faire un petit showcase pour présenter certaines chansons à des amis et à ma maison de disques. Ça a super plu alors on s’est dit « Pourquoi pas continuer ce projet et en faire souvent ?”. Chose qu’on a faite !

Donc depuis mars dernier, une fois par semaine, on va jouer chez des gens qu’on ne connait pas, devant 30, 50, 200 personnes.
Je suis avec mes deux musiciens dans une formule acoustique. Pas de micro, pas d’ampli (bon, juste un mini mini pour la basse ) et on fait 4, 5, 6, 7 chansons assis dans un canapé.

Le but de ce concept est d’avoir un rapport très familier avec le public. On se parle avant et après le showcase. On ne vend pas de CD et on fait ça gratuitement. Oui c’est important de le dire. Les gens chez qui on joue n’ont rien a débourser. On demande juste qu’ils ramènent le plus de monde possible et que les gens écoutent, bien évidemment.

On continue ce projet là parce qu’on prend beaucoup de plaisir à le faire. Donc si toi tu veux que je vienne jouer chez toi c’est possible ! Tu vas sur Facebook tu tapes « Juliette Katz » et tu trouvera un onglet « Appart Tour » sur ma page. Ensuite c’est simple, tout est expliqué !

D’où te vient cette passion pour la musique ?

Sûrement de mes parents. Plus particulièrement de mon père. C’est un passionné ! J’ai grandi dans la musique et devenir chanteuse a toujours été une évidence pour moi. Certes, les choses n’ont jamais été simples, mais je chante depuis toujours. J’ai toujours fait beaucoup de concerts. En Inde, en Russie, complètement a l’arrache…. La vie de bohème, ça me plait. Oui je m’égare…

Voila je ne peux pas vivre sans, c’est ma manière de m’exprimer, de lâcher prise, de pleurer, de m’énerver, de rire, de prendre mon pied… C’est aussi une forme de thérapie pour moi. J’apprends beaucoup sur moi et les autres à travers la musique. C’est dur à expliquer, c »est une sensation…

Quelles sont tes références musicales ?

Oulala j’en ai beaucoup ! Fiona Apple, Emiliana Torrini, Queen, Lhasa, Jill Scott, Pauline Croze, Jacques Brel, Brassens, Jack Conte, Angus & Julia Stone, The Do, Massive Attack, Portishead, Erykah Badu, Imogen Heap, Jamiroquai, Nouvelle Vague, Prince, Rickie Lee Jones, The Roots, Sade, Stevie Wonder, Raul Midon, Supertramp…..

Avec quels artistes aimerais-tu enregistrer un duo ?

Hummm… Sia ? Non ça c’est déjà fait ! J’aurais adoré faire un duo avec Freddie Mercury ! Jamiroquai, Ray LaMontagne, Emilia Torrini, Jack Conte…

Quels sont tes projets pour les prochains mois ?

Mon album qui sort en janvier ! Et puis beaucoup de concerts ! Je serai au Zèbre de Belleville le 7 novembre et 5 décembre, donc venez ! Et puis la tournée qui commence début 2012 !

Et justement, qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour la suite ?

D’être heureuse. Ça me suffit :-)

Informations

Articles similaires

Dimitri Storoge

Comédien, mais également grand passionné de musique, Dimitri Storoge sera à l’affiche dès le 30 Novembre dans le film « LES LYONNAIS » d’Olivier Marchal, auprès de Gérard Lanvin, Tchéky Karyo, Daniel Duval, Lionnel Astier et Valeria Cavalli. Après 36 Quai des Orfèvres et MR 73, le réalisateur nous campe ici une fresque criminelle doublée d’une belle histoire d’amitié. Il nous replonge dans les années 70, à l’époque du Grand Banditisme avec le Gang des Lyonnais dont l’ascension prendra fin en 1974, lors d’une arrestation mémorable. Retrouvons un de ces hommes, un vrai, celui qui n’a peur de rien et qui se sent invincible grâce à ses amis, des vrais !

Lire

Cyril Paglino

Il a fait craquer de nombreuses téléspectatrices durant sa participation à l’émission de télé-réalité Secret Story… La rédaction de Pose Mag est partie à la recherche de Cyril. C’est en vrai businessman que l’on a retrouvé. Co-créateur du site Wizee, le beau Cyril consacre désormais la majeure partie de son temps à ce nouveau projet. Voici ce qu’il nous a confié.

Lire

Tokyobanhbao

En août 2010, alors que Pose Mag était encore tout jeune, nous avions interviewé Tokyobanhbao, une blogueuse et illustratrice bourrée de talent. Elle nous a alors parlé de son blog, son style vestimentaire, sa relation avec les Internautes et de son premier livre « Serial Shoppeuse ». Il y a quelques semaines, elle a sorti son second livre intitulé « Globe-trotteuses ». Autant dire que dès que l’on a appris la nouvelle, on est parti l’acheter direct ! Et quel plaisir de découvrir les conseils de Tokyobibi pour une de ses copines qui cherche la destination parfaite pour un week-end en amoureux. Direction Venise, Tokyo, Paris, Bali, New York… Ce nouveau livre est à l’image de son auteur, drôle, beau, décontracté et sans prétention ! Et pour en savoir plus, nous avons interrogé Tokyobanhbao pour qu’elle nous délivre les anecdotes au sujet de « Globe-trotteuses », et comme chez Pose Mag, on est curieux, on va même essayé de savoir ce qu’elle nous prévoit pour la suite !

Lire