Jean-Charles de Castelbajac et Ivri Lider

Tout à commencer par le clip « Be With You Tonight » du groupe The Young Professionals. Le célèbre créateur français Jean-Charles de Castelbajac a habillé les deux membres du groupe, Ivri Lider et Johnny Goldstein. Le 14 février, c’est au milieu de la future collection Castelbajac que nous avons rencontré le créateur et le chanteur des TYP. Nous avions déjà interviewé Ivri Lider pour le numéro 12 de Pose Mag. Ils ont tous les deux accepté de se livrer sincèrement sur leur collaboration et sur leurs projets à venir.

Comment est venue cette collaboration entre les Young Professionals et Jean-Charles de Castelbajac sur le clip de « Be With You Tonight » ?

Ivri Lider : Pour être honnête, quand nous avons appris que Jean-Charles de Castelbajac aimait notre musique, on a pensé « Oh ok, ce serait super de faire quelque chose ensemble ». Quand on a commencé à travailler sur le clip, on a réalisé que cela serait vraiment mieux de tourner avec ces vêtements fabuleux. Ils emmènent la vidéo dans un univers qui ne pouvait exister sans eux. La porte était ouverte, c’était une option donc on l’a appelé.

Jean-Charles de Castelbajac : Nous avons une vision commune de la transversalité entre le son et les images, mais également dans la culture. J’adore leur musique. Elle reflète tous les avertissements de notre génération qui se trouve au milieu d’un temps difficile de dystopie. Nous voulons voir de l’espoir et je suis très proche de cette pensée. Donc pourquoi pas travailler ensemble !

Que pensez-vous du style du groupe qui reste assez sobre ? Ne voudriez-vous pas ajouter un peu de couleurs dans leurs vêtements ?

Jean-Charles de Castelbajac : Non, je pense que les membres du groupe sont pleins de couleurs à l’intérieur de leur corps ! Leur énergie est très colorée. Leur minimalisme en tant qu’être humain sur scène reflète véritablement le sens du temps. Donc je pense qu’on est assez complémentaire vous savez, même si je suis en rouge aujourd’hui vous savez (rires de Ivri Lider).

Maintenant que cette collaboration est faite, quels sont vos projets respectifs pour la suite ?

Ivri Lider : Pour le futur ? (Il réfléchit un instant) On travaille avec Johnny sur notre second album. On cherche l’inspiration et ce que nous voulons faire exactement. On essaye de trouver de nouvelles directions pour la musique car je pense qu’il sera assez différent du premier. Pour l’instant on est dans une phase de recherche et il reste beaucoup de travail. On cherche également d’autres projets car vous savez chez les TYP on ne se voit pas comme un groupe qui fait des albums. On aime créer des choses totalement différentes. On a fait l’ouverture du Musée d’Art Moderne de Tel Aviv, maintenant on travaille avec un artiste de New-York. On cherche beaucoup de collaborations avec des artistes qui ne sont pas des musiciens. Ils sont influencés par la musique, ils l’aiment, mais ils ne sont pas musiciens. On trouve cela intéressant. Et pour l’avenir on sera peut être plus coloré (apparemment notre conseil l’a fait sourire).

Jean-Charles de Castelbajac : Je travaille sur ma collection prêt-à-porter automne/hiver 2013-2014 qui s’appelle « Foxylady ». Elle est inspirée de l’évolution du préraphaélisme et du romantisme au monde industriel. La musique sera assurée par Yan Wagner. Ensuite, je fais une performance avec Mr Nô à Saint-Étienne pour le festival Europavox. Je vais faire la même chose qu’à Lille. J’ai beaucoup de gros projets, mais c’est toujours la mode, la musique, la mode, la musique…

Vous parlez beaucoup de collaboration, peut-on imaginer que vous allez retravailler ensemble ?

Jean-Charles de Castelbajac : Bien sûr ! Nous sommes amis, nous suivons ce que chacun fait. La collaboration sur le clip de « Be With You Tonight » n’était que la première étape !

Ivri Lider : On s’appellera de nouveau pour faire quelque chose ensemble.

Jean-Charles de Castelbajac : Pour une performance, une chanson, un clip… Qui sait ? La porte est ouverte.

Informations

Articles similaires

Clément Sibony

Alors qu’il suit les cours de Blanche Salant et Paul Weaver, Michel Spinosa lui propose son premier rôle au cinéma dans « Emmène-moi » en 1995. En 1998, c’est Olivier Dahan qui lui offre un rôle important dans « Déjà mort ». Il enchaîne avec « Un dérangement considérable » de Bernard Stora, et « Promenons-nous dans les bois » de Lionel Delplanque, aux côtés de Clotilde Courau et Vincent Lecoeur. Doté d’un charisme évident, il se fait remarquer et poursuit les tournages… « L’envol » de Steve Suissa avec Isabelle Carré, « A la folie… pas du tout » de Laetitia Colombani auprès d’Audrey Tautou, « Osmose » de Raphaël Fejtö aux côtés de Romain Duris. A sa carrière de séducteur, il privilégiera pour un temps les comédies d’auteur indépendantes… Après avoir joué les réalisateurs en herbe dans le très enjoué « Ze film » de Guy Jacques, il partage l’affiche avec Emmanuelle Béart et Charles Berling dans « Un fil à la patte » de Michel Deville. Sous la direction de Charles Belmont, il tourne pour la comédie de mœurs « Qui de nous deux », puis apparaît dans « Avril » de Gérald Hustache-Mathieu. S’ensuivront « L’Etrangère » de Florence Colombani, « L’âge d’homme » de Raphaël Fejtö et « Voir la mer » de Patrice Leconte.

Lire

Coup de coeur pour Janie et son univers doux et inspirant

On l'a découverte il y a plusieurs semaines via Instagram. Il faut dire que Janie soigne particulièrement son image sur les réseaux sociaux. Un feed coloré et léché qui mêle vidéos, photos perso et shootings pros, un appartement parisien à la décoration inspirante et un chat roux tout aussi adorable, il n'en fallait pas plus pour nous séduire !

Lire

Victoria Bedos

Après le père, Guy Bedos et le fils, Nicolas Bedos, nous demandons la fille ! Victoria ! Miss touche-à-touche incontestable, elle excelle à travers la plume et la décline en mode écrivain (« Le Déni » Ed. Plon), chanteuse, journaliste (Télécinéobs, Inrockuptibles, Glamour), scénariste et dialoguiste pour séries ou téléfilms (Canal+, M6, France2,…) et comédienne (cinéma, télévision, théâtre). Peu importe le support ! Elle se lance dans l’aventure musicale avec son acolyte Olivier Urvoy de Closmadeuc et ensemble ils créent « Vicky Banjo ». Il compose, elle écrit (encore et toujours) et se produisent sur les grandes scènes parisiennes (Casino de Paris, Cigale, Trianon, …). En parallèle, elle rédige son premier long métrage « La famille Bélier » avec Stanislas Carré de Malberg dont le tournage débutera au printemps 2013, sous la houlette d’Eric Lartigau. Le scénario quasi bouclé, elle se lance alors dans l’écriture d’une série « Les Mal-Aimés », une comédie basée sur le monde des huissiers, dans laquelle elle incarnera le rôle principal. Dans la peau de Linda, elle interprète une coach excentrique dans Gym Couine (mini-fiction de 1’40’’) écrit et réalisé par Sébastien Haddouk. Nous l’avons retrouvée récemment dans un programme intitulé « Linda folle du désert », bien décidée à prendre ses quartiers d’automne dans le désert marocain. FYI, le générique de Gym Couine est signé Vicky Banjo, of course !

Lire