CABARET, LE MUSICAL DE BROADWAY, AVEC CLAIRE PEROT

Claire Perot Comedie Musicale Cabaret

Retour exceptionnel du célèbre musical CABARET au Théâtre Marigny à Paris, avant de partir pour la première fois en tournée dans toute la France, et ce dès le 12 Janvier 2012. Conçu et mis en scène par Sam Mendes et Rob Marshall, CABARET (succès planétaire incontesté) reprend du service, dans une adaptation entièrement française, avec une trentaine d’artistes talentueux.

Petit rappel de l’histoire…

L’action de CABARET se déroule dans les années trente à Berlin où la crise économique fait rage. Au cours d’un voyage dans la capitale allemande, le jeune écrivain américain Cliff Bradshaw (Geoffroy Guerrier) découvre le Kit Kat Klub, une boite de nuit décadente où se produit la chanteuse Sally Bowles (Claire Perot) dont il tombe amoureux. La logeuse de ces derniers, Fraulein Schneider (Catherine Arditi), projette de se marier avec l’épicier juif Herr Schultz (Pierre Reggiani), mais tout se complique dans cette ville menacée par les nazis qui s’activent à mettre sur pied le troisième Reich. Pendant ce temps, au Kit Kat Klub, Cliff Bradshaw, en quête d’inspiration pour son prochain roman, découvre les idées libertaires, le métissage social et culturel et les mœurs sans tabou qui animent le monde de la nuit berlinoise. Sally Bowles et le Maître de Cérémonie Emcee (Emmanuel Moire) du club, drôle et cynique, offrent un divertissement extravagant et provocant aux spectateurs venus profiter d’une soirée pour un instant hors de la réalité.

Rencontre avec la tête d’affiche de la comédie musicale CABARET, j’ai nommé la talentueuse Claire Perot, chanteuse, danseuse et comédienne. Elle reprend son rôle 5 ans après, plus mûre et plus déterminée que jamais. Elle s’impose davantage : la vie a fait son chemin et contrairement à d’autres artistes, elle ne rentre dans aucune catégorie.

Sa formation ? Après le conservatoire municipal (piano et chant) et dix ans de danse, elle suit plusieurs stages au Studio des Variétés ainsi que les Ateliers de Chaillot avec Azize Kabouche.

Claire, bonjour ! Sally Bowles n’a plus de secret pour vous. En 2006 lorsque vous décrochez le rôle, ce fut le début d’une nouvelle aventure, qui vous permit de décrocher une nomination aux Molières dans la catégorie « révélation ». Mais aujourd’hui, quel est votre regard sur ce personnage ? Qu’en attendez-vous ?

Les années ont passé. J’ai donc mûri, et j’affirme davantage mon caractère. Le casting est également différent, la salle aussi. Mais une chose est certaine et je ne le répéterai jamais assez aux journalistes : je ne suis pas Sally Bowles ! J’interprète un rôle qui m’est confié et je le défends à chaque représentation. Lorsque le rideau tombe, je m’en détache comme d’un vêtement et je reprends le cours de ma vie, celui d’une femme et d’une maman.

Evidemment que nous avions été déçus de ne pas obtenir ce Molière ! Néanmoins, j’espère être un jour reconnu à travers mon rôle d’interprète. Le temps nous le dira !

Claire Perot Cabaret

Quelles sont vos comédies musicales « cultes » ?

« Chicago » mais également « Starmania » qui est un véritable bijou de finesse et d’esprit.

En septembre 2009, vous vous produisez dans Mozart l’Opéra Rock à travers le rôle de Constance Weber, la femme de Mozart. Malgré une préparation assidue, vous abandonnez la troupe à la fin de cette même année, au profit du cinéma. Je suppose que le choix s’est révélé délicat. Vous n’avez éprouvé aucun regret par la suite ?

Non, aucun. Une proposition au cinéma ne se refuse pas. Je suis partie pour tourner « A bout portant » de Fred Cavaye, avec Gilles Lellouche et Roshdy Zem. Une opportunité sans précédent ! Vous savez, il n’est pas facile de s’imposer au cinéma, le cahier des charges est lourd. Alors oui, j’ai choisi !

Êtes-vous paralysée par le trac à chaque casting ou parvenez-vous à le surmonter ?

Non, le trac est en moi ! Rien n’est acquis dans la vie, alors il faut toujours travailler et se surpasser.

Le costume représente-t-il une pièce indispensable, aussi bien dans les comédies musicales que dans les films comme Les Aventures d’Adèle Blanc Sec de Luc Besson, dans lequel vous avez joué ?

Le costume est indispensable pour rentrer dans un personnage, tout comme les décors, les maquillages, les lumières, qui vous plongent intégralement dans l’univers du film ou de la comédie.

Je crois savoir que vous préparez actuellement un album écrit et composé par Olivier Dahan, réalisateur de la Môme et metteur en scène de Mozart, entre autres. Pourriez-vous nous en dire davantage ? La date de sortie de l’album est-elle déjà programmée ?

Empreint de musique blues, cet album évoquera de façon chronologique la vie de toutes les femmes, en partant d’un fil conducteur. Avec Olivier nous prendrons le temps qu’il faudra, nous n’avons donc aucune date à communiquer, quant à la sortie de cet album concept.

Cinéma, télévision, théâtre, comédie musicale, musique, chanson, dans quel domaine ne vous êtes-vous pas encore réalisée ?

La radio ! J’aimerais animer une chronique, recevoir des invités, traiter des sujets de société, de la culture.

Cabaret comédie musicale

Comment définiriez-vous votre vie ?

À l’instant présent ? Comme quelqu’un qui vient de se lever, qui prend son café tout en répondant aux questions d’une journaliste qui n’arrête pas de rire…

D’où vous vient votre surnom « la punkette » ?

De la coupe de cheveux que j’ai adopté très jeune : cheveux teints, crête ou crâne rasé. De mon tempérament passionné, dynamique, de mon caractère entier, mais également doux et romantique.

Quelle est votre qualité première ? Et votre défaut ?

Je suis généreuse. Mon défaut ?… J’en ai plein… Alors on dira : susceptible.

Êtes-vous porteuse d’un signe distinctif : tatouage ?

J’en ai plein ! Je porte le prénom de mon fils (Nino) sur le bras gauche. Sa date de naissance sur le ventre. Un Carpe Diem et une fée sur mes chevilles. Un Dieu protecteur sur le ventre et la Déesse de la lune dans le dos.

Avez-vous une addiction particulière ?

Dès que je sors du lit, j’écoute la radio. France info !

Quel est votre idéal masculin ?

Un homme ambitieux, qui me fasse rêver…

Êtes-vous une maman poule ?

Mon fils Nino a 7 ans ½. Je suis assez « vieille France » pour tout ce qui a attrait à l’éducation : la politesse, le suivi scolaire. Je suis également autoritaire et sévère, mais comme toutes les femmes de mon âge je privilégie le dialogue et j’ai établi des relations amicales avec Nino. Je suis ferme mais également à l’écoute.

En quoi consistent vos soirées entre amis ?

À dîner chez les uns ou les autres. J’adore recevoir ! J’aime cuisiner et recevoir mes amis autour d’un bon feu de cheminée. On ouvrira du bon vin et l’on dînera en parlant et riant.

Lors de l’émission de Laurent Ruquier « On n’est pas couché » diffusée le 12 novembre, vous portiez une robe noire somptueuse. Côté mode, vous êtes plutôt chic ou choc ?

À l’heure qu’il est, je suis plutôt choc ! Mais dans quelques minutes, j’enfilerai une robe chic pour me rendre à une émission. Au fait, la robe chez Ruquier, c’était une JPG !

Vous partez en voyage, quels sont vos indispensables ?

Mes lunettes de soleil, car je me suis brûlée les yeux plusieurs fois déjà. Mon téléphone qui fait également office d’appareil photos et plein de livres.

Quelle situation peut vous déstabiliser ?

L’injustice ! Même celle qui peut mettre en péril un couple… l’injustice entre deux personnes.

Votre dernière colère ?

Avec ma voisine qui est une grosse conne raciste !

Retrouvez toute l’actualité de Claire Perot sur

Sa page Facebook Claire Perot Officielle

Nous vous suggérons également la page Facebook de Cabaret le musical

Propos recueillis par Armelle H.

Credit photo : BRINKHOFF / M GENBURG

One thought on “CABARET, LE MUSICAL DE BROADWAY, AVEC CLAIRE PEROT

  1. Merci pour cette interview, qui fait office de mise en bouche,
    car ce spectable passe dans ma ville … ne me reste plus qu’à réserver mes places !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *