ON SE MET À LA PAGE

Qu’il pleuve, qu’il neige, qu’il vente ou … (et ça devient plus rare) qu’il y ait un grand soleil éblouissant, profitons de cette période « estivale » pour nous plonger dans de la bonne lecture. Pose Mag vous propose une petite sélection de livres à lire… sans modération !

Dans la mer il y a des crocodiles de Fabio Geda

Le parcours insensé d’Enaiat, dix ans, ou peut-être onze. Il ne connaît pas son âge, mais il sait déjà qu’il est condamné à mort. Être né hazara, une ethnie haïe en Afghanistan par les Pachtounes et les talibans, est son seul crime. Pour le protéger, sa mère l’abandonne de l’autre côté de la frontière, au Pakistan. Commence alors pour ce bonhomme « pas plus haut qu’une chèvre » un périple de cinq ans pour rejoindre l’Italie en passant par l’Iran, la Turquie et la Grèce. Un livre incroyable qui ne fait pas dans le pathos, on se retient de le dévorer pour ne pas le finir trop vite… A lire de toute urgence !

Le diable vit à Notthing Hill de Rachel Johnson

L’argent ne fait pas le bonheur…
même quand on habite sur un square privé de Notting Hill, l’adresse la plus branchée, la plus recherchée, la plus snob de Londres. Prenez Clare et Mimi. Elles ont moins de quarante ans, sont mariées, copines, voisines, mènent une existence de rêve. Jusqu’au jour où débarque un milliardaire américain, célibataire et démon tentateur. Le ver est dans la pomme. Chassés-croisés amoureux et intrigues immobilières se succèdent sur la verte pelouse. Un petit livre idéal pour la plage, ça se lit vite, on ne se prend pas la tête et on passe un bon moment à jouer les voyeuristes dans ce quartier qui nous fait tous rêver !

Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes

Charlie Gordon, simple d’esprit, est le cobaye humain d’une expérience scientifique qui a montré des résultats prometteurs sur Algernon, une souris blanche. Au fil des comptes rendus qu’il rédige à l’attention des professeurs à l’origine du traitement, le lecteur suit l’accession à l’intelligence puis au génie de cet homme dont la perception du monde était jusqu’alors réduite. Le discours, minimal et truffé de fautes dans les premières notes, s’étoffe, la réflexion s’insère dans les écrits, se développe. Charlie découvre un nouvel univers, de connaissance mais aussi d’incompréhension, faute d’une maturité affective suffisante pour s’insérer dans ce nouveau monde.

Ce livre n’est pas une nouveauté (première parution en 1959) mais si vous ne l’avez pas encore lu courez l’acheter. C’est une merveille ! On s’attache au personnage principal comme à un ami dont on veut prendre soin. On souhaite que le livre ne se termine pas…

Passeport à l’iranienne de Nahal Tajadod

Venue rendre visite à sa famille et à ses amis avec sa fille en Iran, Nahal Tajadod doit aussi faire renouveler son passeport avant de rejoindre son mari (Jean-Claude Carrière, qui signe d’ailleurs le dessin de la couverture) resté en France. Mais face  à la lenteur de l’administration iranienne, elle  accepte l’aide de deux photographes  du quartier qui connaissent un médecin qui connaît un officier qui connaît… Commence alors pour Nahal une quête absurde et une succession de rencontres à travers Téhéran pour obtenir le fameux sésame qui lui permettra de rentrer en France.

Un livre très drôle qui nous fait relativiser les à priori que l’on peut avoir sur certain pays. On termine le livre avec l’esprit un peu plus ouvert et en plus c’est extrêmement bien écrit !

Une sélection de quatre livres très différents, comme ça, pas de jaloux, il y en a pour tous les goûts ! Bonne lecture à tous !

Marie Parent

One thought on “ON SE MET À LA PAGE

  1. J’ai lu le diable vit à Notting Hill, et effectivement on passe un bon moment, pas un grand chef d’oeuvre de littérature mais en vacances ça passe comme une lettre à la poste. J’ai vu ya deux jours qu’il y avait une suite le diable vit à la campagne, vous comprendrez pourquoi en lisant la fin du premier.
    XO XO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *