POSE MAG FAIT SON FESTIVAL

Voilà Cannes c’est fini, la palme d’or a été décernée à Tree of life de Terrence Malik avec notre Brad Pitt adoré, la croisette a vécu 10 jours dorés, les badaux ont photographiés environ 1500 robes, de sourires Freedent et d’œillades, et nous alors?
Et bien nous on a été faire un tour à la Terrazza Martini, sur la plage, et on vous a rapporté des images de people et de cocktails, rien que çà. Suivez le guide c’est par ici.

C’est dans le courant de la semaine précédent l’ouverture du festival de Cannes, que nous avons reçu une invitation de la part de la belle Olivia pour venir profiter de la Terrazza Martini sur la croisette.
Ni une ni deux nous avons embarqué pour notre premier festival, nos premiers émois de jeunes festivaliers, nos premières rencontres, et surtout nos premiers cocktails Martini! (attention l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, même à Cannes, ne l’oublions pas!)

19H Préparation costumes et robes de soirées, appareil chargé et cartes en main.

20H Arrivée dans Cannes, en voiture, la rédac de Pose Mag tourne et retourne dans la ville, avec l’espoir de trouver une place de parking. Jolie blague, n’est-ce pas ?

20H30 Arrivée à la Terrazza Martini sur la croisette, staff à l’entrée pour contrôler l’entrée des VIP.

20H35 Premier cocktail offert, les goldfingers et spumante perla nous régalent. On croise du beau monde, on s’installe sur des coussins très confortables, on oublie un peu la journée fatigante et on attend le concert de Eboonie Bones.

21h15 Le concert commence, le groupe arrive dans des tenues délirantes créent par JC de Castelbajac. Un pur plaisir visuel et sonore, attention la terrazza vibre.

22H30 La terrazza commence à se vider, à Cannes le rituel est de passer de soirées en soirées, nous quittons notre première soirée cannoise pour en rejoindre d’autres, la magie de Cannes a opéré nous ne voulons plus partir…

5H du matin La rédaction se couche épuisée mais la tête pleine de strass et de sourires, parce que Cannes c’est un rêve d’enfant, un monde irréel que nous regardions derrière notre petit écran et qui nous a ouvert ses portes le temps d’une nuit.

Aude Bertrand Koubi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *