ADELE – 21

A à peine 19 ans, Adele a fait une entrée remarquée et fracassante sur la scène pop/soul avec un premier album intitulé « 19 ». L’on se souvient encore du déroutant « Hometown glory », qui l’a propulsée au top des charts britanniques durant de nombreuses semaines…

Deux ans plus tard, elle revient avec « 21 » (comprenez la subtilité puisqu’elle a choisi de donner son âge aux noms de ses albums), qui est disponible depuis le 24 janvier 2011.

Nous retrouvons une Adele plus mature et d’autant plus mélancolique et bouleversante. D’après la chanteuse, elle aurait écrit ses titres à l’issue de sa rupture avec son petit ami, ce qui n’est véritablement pas sans conséquences sur leur contenu, puisque ceux-ci concernent quasi exclusivement l’amour. Il est bien connu que les déceptions amoureuses donnent des ailes notamment sur le plan artistique, et Adele nous le montre ici avec « 21 ».

En effet, elle nous livre onze titres composés par ses soins et produits par Rick Rubin, dont la renommée n’est plus à faire, en ce qu’il a déjà travaillé avec entre autres les Red Hot Chili Peppers, Johnny Cash et Jay-Z. Une voix envoûtante, des mélodies touchantes, des paroles émouvantes, voilà ni plus ni moins ce que m’inspire le second opus de la jeune chanteuse anglo-saxonne.

Personnellement, outre son premier single « Rolling in the deep » diffusé en boucle sur les ondes radios depuis quelques semaines, qui est doté d’une efficacité absolue, j’ai eu un gros coup de cœur pour « I’ll be waiting », qui oscille entre pop jazzy, gospel et blues. Une telle richesse musicale ne peut laisser de marbre, c’est évident.

Je me suis également laissée charmer par « Someone like you », qui est une ballade au piano interprétée avec énormément d’émotion. Il faut aussi souligner que c’est avec surprise que nous pouvons retrouver « Lovesong », une reprise de The Cure, que la jeune britannique a su réinterpréter sans dénaturer le titre originaire.

En somme, la singularité d’Adele et son potentiel exacerbant sauront ravir ceux qui sont en quête de morceaux sonnant entre pop et soul, ornés d’une myriade d’influences blues et gospel. Rendez-vous dans deux ans pour « 23 » ?

Hélène Payen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *