Rencontre avec Tokyobanhbao

Après l’interview d’Olivia à Paris la semaine dernière, Pose s’intéresse aujourd’hui à une autre blogueuse et illustratrice, Tokyo Banhbao. L’auteur de ce blog laisse planer une part de mystère autour d’elle puisque même si elle bénéficie désormais d’une grande renommée, on ne sait que très peu de chose d’elle. Pour preuve, on ne connaît même pas son vrai nom, ses origines… On pourrait penser qu’elle est originaire du Japon, puisque « Tokyo », mais peut-être aussi vietnamienne car « banh bao » désigne au Viêt Nam un mets constitué d’une brioche de farine, garnie de porc ou de canard et cuite à la vapeur. Après cette intermède culinaire, revenons à la jeune femme. Ce que l’on peut donc affirmer, c’est qu’elle souhaite rester discrète sur sa vie, et elle a d’ailleurs bien raison. Comme elle nous l’a expliqué durant l’interview, au départ sur son blog, elle ne postait même pas de photographie d’elle. Elle a commencé à mettre en ligne certains clichés de ses looks, mais toujours à visage caché, pour finir enfin par se dévoiler à ses lecteurs quelques temps plus tard. Discrète et professionnelle, on en est sûr. Pour caractériser plus précisément la blogueuse, on pourrait parler de gentillesse et de générosité, mêlées à un caractère affirmé, et surtout beaucoup d’humour. On ajoute à cela un style vestimentaire élégant, simple et original à la fois, beaucoup de charme, et on obtient Tokyobanhbao.

En quelques mots, Tokyobanhbao, c’est qui ?

C’est moi !

Pourquoi as-tu crée un blog ?

Un après-midi de surfage intempestif sur le net, je cherchais des infos sur un sac dont je tairai la marque ( indice: sacs qui deviennent jaune verdâtre au bout de 6 mois alors qu’ils sont bleu pétrole à la base) et je suis tombée sur le blog mode de Balibulle en mai 2007. Prise d’une très grande originalité, j’ai voulu faire pareil ! Je trouvais ça sympa de ne pas avoir à sortir dans la rue pour s’inspirer des tenues vestimentaires de madame tout le monde ! Tout d’abord, je ne me montrais pas physiquement sur mon blog, puis seulement tête coupée et après corps entier (haha un vrai dévoilage façon invité mystère !), et j’ai agrémenté ce blog d’illustrations. L’évolution s’est faite petit à petit.

Sais-tu combien de personnes suivent ton blog tous les jours ?

En tous cas, au moins ma maman et mon homme.

Quel rapport entretiens-tu avec les Internautes ?

Vraiment très amical et toujours dans la bonne humeur… Je reçois parfois quelques « pichenettes webesques » mais c’est le jeu. Rien de très grave… Le rapport avec mes lecteurs est d’ailleurs devenu moins virtuel lors de ma tournée de dédicaces du printemps dernier où j’ai vraiment pu échanger avec celles et ceux qui me suivent. Ambiance toujours très bon enfant : j’aime ça (comme sur Facebook).

Es-tu aussi lectrice de blogs mode ? Et si oui, lesquels préfères-tu ?

Oui, même si j’ai moins le temps de m’y attarder comme avant. Mes préférés sont ceux de mes amies Betty et Alix, facile ! Mais sinon, tous ceux qui sont dans ma blogroll, et dans le rayon étranger j’aime celui d’Alicepoint en particulier.

Ton blog a la particularité de rassembler tes illustrations, ainsi que des photos de tes différentes tenues. Tu es donc aussi addicte à la mode ?

J’aime la mode mais pas au point d’y penser jour et nuit non plus! Je l’aime pour son côté fonctionnel et esthétique, c’est à dire que j’aime l’habit pour l’objet qu’il est et pour le plaisir que j’ai à le porter. Je ne suis pas fan car il faut être fan (je n’ai d’ailleurs pas cédé aux sabots cette saison, bien que cela puisse aller à certaines personnes)…  Cela dit, bien sûr que je suis conditionnée par ce que je vois en magasin ou dans les magazines mais je ne suis pas à l’affut des défilés même si ça permet parfois de relancer mon inspiration. Je ne suis pas forcément capable de dire à quel créateur appartient telle silhouette… Mais j’aime beaucoup la mode, comme mode (justement) d’expression de sa personnalité.

Comment pourrais-tu qualifier ton style vestimentaire ?

Je ne sais pas vraiment si j’ai un style. Chez certaines personnes, ça crève les yeux : elles restent toujours fidèles à leur style et  ne s’en éloignent pas (grunge, classique etc…). Pour ma part, je suis un peu passée par plusieurs styles (« Kikoo lol » Hello kitty, baggy skateuse, superpositions à la japonaise, couleurs flashy…) et je commence peut être  à le cibler plus précisément. J’aime être à l’aise dans mes vêtements, j’aime l’originalité des coupes ou des matières, j’aime rester sobre mais ne pas être trop trop classique non plus…bref, difficile ! Je n’ai pas encore atteint mon St Graal stylistique je dirais !

Ton livre s’intitule « Serial Shoppeuse ». Tu es donc une fan de shopping ? Où achètes-tu tes vêtements généralement ?

En fait j’ai des phases d’achats en salve,  et des phases de jachère « calme plat », sans pour autant être en manque. En ce moment, je n’ai pas le temps d’aller faire les magasins et ça ne me manque pas trop. Il faut dire que l’été est souvent une période pauvre en inspiration vestimentaire pour moi ! J’aime la demi-saison, les vestes, les collants, les bottines ! Mais il est vrai que dès que j’ai une obsession vestimentaire en tête, il faut que je la calme !
J’achète mes vêtements dans les enseignes courantes comme H&M and co. Je vais dans les Grands magasins  pour avoir toutes les marques à disposition, sans avoir à faire des kilomètres et j’achète pas mal sur le site internet Asos. Mais que des hauts, des accessoires et parfois des chaussures. Pour le reste, je me trompe toujours de taille en commandant par correspondance !

Est-ce que ton personnage Tokyobibi te ressemble ?

Oui elle possède quelques traits de mon caractère : assez enthousiaste mais un peu compliquée aussi. Par contre, elle se permet parfois des choses que je ne me permettrais pas dans la vraie vie. C’est un « Moi » exagéré qui ose tout.

On peut te voir souvent en compagnie d’autres blogueuses mode. Peux-tu nous expliquer comment tu les as connues ?

Je crois que la première que j’ai rencontrée a été Betty. Nous nous échangions des commentaires sur nos blogs puis, voyant que le courant passait bien, nous nous sommes rencontrées quelques mois après la création de nos blogs respectifs et en avant la musique ! Pour Alix, pareil, c’était aussi à nos débuts que nous nous sommes rencontrées, ayant pas mal d’affinités pour le dessin et le Japon, cela nous a rapproché naturellement. Mais ce qui me donne en général l’envie de rencontrer les gens, c’est leur sens de l’humour et leur simplicité : j’ai vu qu’on allait bien rire ensemble, donc c’était parti !

Ton entourage est donc 100% mode ?

Pas du tout ! Bien sûr, mes comparses blogueuses ont une place importante mais je côtoie aussi des gens pas du tout intéressés par la mode, des personnes dans le milieu de l’illustration, des amies d’enfance qui ne sont pas du tout à l’affût des tendances : il y a de tout ! Je suis assez ouverte.

Des projets pour la suite ?

Un projet très sympa que je viens de finir pour une application Facebook (vous aurez intérêt à « aimer ça » hein ?) qui sera mise en place en septembre, une parution dans le livre pour adolescentes « Le Dico des Filles » pour lequel j’ai fait quelques illustrations, travailler sur une 2ème BD (là j’en suis au scénario général, le plus dur selon moi, donc croisons les doigts !) et continuer à alimenter mon blog de manière régulière et avec le même plaisir qu’en 2007 (tête coupée en moins !).

Et dans dix ans, Tokyobanhbao, elle fera quoi ?

Il faut que j’aille poser la question à Elisabeth Teissier ou Paco Rabanne. Ou plutôt je vais m’abstenir pour qu’on ne me fasse pas peur à coup de malédictions et de bugs de l’an 2020 !). Je préfère garder la surprise… Mais au fait en 2012, c’est pas la fin du monde ? Donc si c’est ça je servirai d’engrais dans la 4ème dimension.

Informations

Articles similaires

Pom Klementieff

Bientôt à l’affiche du film Les Kaïra, Pom Klementieff est une jeune actrice talentueuse. Vous l’avez notamment découverte dans la série « Pigalle, la nuit » de Canal +. Nous avons profité d’une escapade à New-York pour organiser une séance photo avec elle et la questionner sur son parcours et ses futurs projets.

Lire

Ben l'oncle soul

Si je vous dis Soul Music, vous me dites ? Années 60 ! Rythm’and blues, Gospel, … Puis, sans l’ombre d’un doute, vous me citerez Sam Cooke, Otis Redding, Aretha Franklin, Ray Charles, Marvin Gaye, James Brown… Toutes ces figures emblématiques sont parvenues, au fil des années, à sortir cette musique de son enclavement ethnique et culturel, lui offrant ainsi de nouvelles perspectives d’avenir et un public international. Ben l’Oncle Soul (de son vrai nom Benjamin Duterde), né à Tours en 1984, est un artiste talentueux qui se complaît également dans le monde de la soul, sans jamais se prendre au sérieux. Il s’est lancé dans le gospel comme d’autres font du baby-sitting. Il est comme ça Ben, il agit au feeling, c’est plus fun ! Un éternel ado dynamité, qui a l’art d’éveiller en vous diverses émotions, allant du rire aux larmes, en toute sincérité. Il sait que rien n’est jamais acquis, alors il profite du temps présent !

Lire

Célien Schneider

Le chanteur suisse Célien Schneider avait donné rendez-vous à son public le mardi 26 février au cabaret de la Nouvelle Eve à Paris. Il assurait la première partie d’Émilie Gassin. Quelques jours avant la sortie de son album « Come Rain or Shine », le chanteur a réussi à séduire une salle comble qui n’était pas forcément venu pour le voir. C’est bien là le souci pour la plupart des gens assurant une première partie. Mais Célien Schneider s’en est tiré haut la main en présentant quelques titres de son album. On a pu entendre son single « Jupiter » avec lequel il s’est fait connaître en 2011, mais également les derniers titres « A Better Lie » et « Weekend » qui ont su faire chanter les aficionados de sa musique. Avec Célien Schneider on se balade entre des chansons d’amour et des chansons festives qui donnent des envies de voyage ! Sa reprise de « Lady Madonna » des Beatles a fini de conquérir un public très attentif à chacune de ses chansons. Une semaine avant son concert à la Nouvelle Eve, Célien Schneider nous avait donné rendez-vous au Delaville Café pour une interview nous permettant de retracer sa carrière dans la musique.

Lire