Lala Joy

La rédaction de Pose Mag a complètement flashé pour la jeune chanteuse Lala Joy. Un univers pop et coloré, un premier single « Il y a » à la mélodie entraînante, de la bonne humeur, il ne nous en fallait pas plus pour craquer ! A 21 ans à peine, Lala Joy s’apprête à sortir son premier album aux influences pop, soul et chanson française. Entre deux allers et retours au studio, elle a accepté de poser devant l’objectif de nos photographes et de répondre à nos questions.

Une première question, sans doute pas très originale, mais pourquoi le nom Lala Joy ? Lala par rapport à la chanson en général ? Joy parce que tu es une fille pleine de joie ?

Lala, car c’est mon surnom depuis toute petite, et Joy parce que j’avais envie d’avoir un nom original et qui reflète bien ce que je suis. Quelqu’un de joyeux !

Quel a été ton parcours jusqu’à maintenant ?

J’ai commencé à chanter à l’âge de 6 ans, mes parents adorent la musique soul/funk/pop, du coup à la maison, il y avait de la musique partout (Rolling Stones, Supertramp, The Beatles, Stevie Wonder, Diana King…) ! J’ai fait pas mal de castings, petite et adolescente. J’ai rencontré des producteurs…

Puis en 2008, j’ai décidé d’arrêter mes études pour me consacrer à la musique. Je me doutais que cela prendrait du temps pour réaliser tout ça… Quelques mois après, je faisais la connaissance de Christophe (mon Manager). Et depuis, nous ne nous sommes plus lâchés.

Suite à cette rencontre, Il me présente Akérahim, producteur du Label New Time Songs /auteur et compositeur, avec qui j’ai réalisé, enregistré et « peaufiné » l’album. Nous avons travaillé durant trois ans, jusqu’au jour où Polydor me repère et me signe, il y a tout juste an an…

Quand as-tu su que tu voulais te lancer dans la musique ?

Je l’ai toujours su au fond de moi… C’est quelque chose d’inexplicable. Depuis que je suis toute petite, la musique fait partie de ma vie, de mon quotidien, et je me suis toujours dit que je ferai tout mon possible pour atteindre ce but. Pouvoir réaliser mon rêve, et surtout pouvoir en faire mon métier.

Tu es déjà montée sur scène plusieurs fois mais est-ce que tu appréhendes encore ?

Oui toujours ! C’est une sensation unique. Mais, je crois que j’aime bien cette adrénaline juste avant de monter sur scène….

On sait que l’univers artistique d’une chanteuse passe aussi au travers de sa garde-robe. Je crois savoir que tu aimes les choses très colorées. Tu tiens cela de ta jeunesse, non ? (avec ta passion pour le déguisement…)

Depuis petite, les couleurs flashy m’ont toujours beaucoup attirée. Ca m’évoque la joie, la bonne humeur et puis sur scène j’aime l’idée de porter des vêtements qu’on n’oserait pas porter dans la rue. C’est une façon pour moi de me démarquer avec ce look et cette idée me plaît. Je ne veux pas rester dans un style en particulier.

Quelle est ta pièce préférée dans ton armoire ?

Je n’en ai pas une en particulier, mais je vais souvent dans les boutiques vintages, comme Hippy Market à St Paul, où il y a des pièces uniques, que personne n’a ! Alors ces trouvailles là, je les aime toutes !

Et ta tenue fétiche du dimanche ?

Le dimanche, c’est le jour où je sors mon jogging et mes baskets pour aller courir (quand je peux) !

Comment définirais-tu ton univers musical ?

Un mélange de Pop acidulée mêlée à de la chanson française

Si tu devais enregistrer un duo avec un artiste, qui choisirais-tu ?

Il y en aurait beaucoup trop… En français ou en anglais, pourquoi pas ? La suite nous le dira peut-être !

Quelle a été ta réaction quand tu as su que tu allais signer chez Universal ?

J’ai pleuré et rigolé…. Je n’y croyais pas ! Je suis passée par tous les états ! Universal, c’était LA maison de disques de mes rêves. Je ne réalise toujours pas…

Si un jour tu devais arrêter la musique, vers quoi te dirigerais-tu ?

J’ai la passion de créer. Donc, un jour, pourquoi pas me diriger vers autre chose si l’occasion se présente… On verra bien, mais ce qui est sûr, c’est que j’ai envie d’aller plus loin. J’aime la musique, mais pas seulement, la mode et le cinéma m’intéressent aussi. A suivre…

Ta chanson préférée ?

En ce moment, j’écoute beaucoup Lana Del Rey et Adèle.

Ton film préféré ?

Je suis plutôt séries américaines comme Newport Beach ou Desperate Housewives. Sinon, j’aime aussi le Journal de Bridget Jones, c’est mon côté sentimental !

L’émission TV que tu as un peu honte de regarder ?

Sûrement Secret Story… C’est de pire en pire, chaque année… Parfois, il faut avouer que ça va trop loin. Je préfère largement la Nouvelle Star, ou The Voice qui sont plus intéressantes.

Quels sont tes projets pour la suite ?

Je vis au jour le jour et je prends chaque chose qu’on me donne. Je verrai bien par la suite. Pour l’instant, je suis heureuse et je fais ce que j’aime ! Espérons que cela dure le plus longtemps possible et que les gens apprécient ma musique et mon univers !

Enfin, un dernier petit mot pour les lecteurs de Pose Mag ?

Tout d’abord, je voudrais remercier Pauline et Maxime pour la séance photo. Très agréable.

Rejoignez-moi sur les réseaux sociaux, je suis très proche des gens, et cela m’amuse beaucoup !

Informations

Articles similaires

Matthieu Charneau

Après avoir obtenu son BAC S avec mention en 2006, Matthieu Charneau a commencé des études de commerce en Agro Alimentaire. Cette orientation ne l’ayant pas convaincu, il a cherché à se rapprocher du monde artistique et créatif. Il a alors pris la décision de suivre une formation de coiffeur. Après plusieurs récompenses obtenues dans cette nouvelle activité, il se dirige petit à petit vers une carrière de modèle. Un choix judicieux puisque Matthieu Charneau a été choisi dernièrement par Nicola Formichetti (Directeur Artistique de Thierry Mugler et styliste de Lady Gaga) pour apparaître dans la vidéo de la dernière campagne masculine de la Maison. La rédaction de Pose Mag a décidé d’en savoir plus sur ce jeune homme, dont le charme, la plastique irréprochable et la simplicité nous assurent que l’on n’a pas fini d’entendre parler de lui. Voici ce qu’il nous a confié.

Lire

Axelle Red

Fabienne Demal, plus connue sous le nom d’Axelle Red, est née le 15 février 1968 à Hasselt (Belgique). Chanteuse, auteure, compositrice et interprète, elle sort son premier album en 1993 Sans plus attendre qui connaîtra très vite le succès en France, mais aussi en Suisse, en Belgique, au Canada, et s’écoulera à plus de 500.000 exemplaires. S’ensuivront alors d’autres albums soul, rythme & blues, des scènes prestigieuses, des tournées et de nombreux concerts de soutien et de solidarité auxquels elle participe activement. Elle nous revient aujourd’hui avec un nouvel album «Un cœur comme le mien », sorti le 4 avril 2011.

Lire

Alysson Paradis

Vous l’avez bien compris, il ne suffit pas d’être la fille ou la sœur « de » pour s’imposer dans le monde artistique. Alysson, qui n’est autre que la sœur de Vanessa Paradis, ne doit son talent qu’à elle-même. Battante, elle mène son propre combat au théâtre, comme au cinéma. A chacun son destin ! Son bac en poche, Alysson monte à Paris avec un objectif en tête : suivre des cours de théâtre. S’ensuivront des tournages de courts et moyens métrages, jusqu’au jour ou Rodolphe Marconi lui offre un rôle dans « Le dernier jour », aux côtés de Gaspard Ulliel et Mélanie Laurent. Depuis, elle a tourné pas moins de sept films dont « A l’intérieur » avec Béatrice Dalle, de Julien Maury et Alexandre Bustillo, dans lequel elle obtint le rôle principal (en sélection à la Semaine de la Critique à Cannes en 2007). Rappelons également « Thelma Louise etChantal » de Benoît Petré, « Camping 2 » de Fabien Onteniente et « L’enfance d’Icare » d’Alexandre Lordachescu. Pour l’heure, nous aurons tout loisir de la retrouver dans la série télévisée « QI » d’Olivier de Plas, diffusée sur Orange Cinémax. Elle y incarne Candice, une jeune star du X qui décide de mettre un terme à sa carrière afin de suivre des études de philosophie. « Une série qui va du corps vers l’esprit ! » Jusqu’au 14 avril, elle était au Théâtre l’Archipel où elle jouait dans « Salle de Profs » de Samia Webre, mis en scène par Samy Berry, aux côtés d’Audrey Garcia et Yannick Mazzilli.

Lire