Laëtitia Dana

Laëtitia Dana. Qui est-elle ? D’où vient-elle ? Cette artiste, auteur-compositeur, nous livre aujourd’hui son premier single « Courant d’air ». Son univers Nu-Soul, Jazz, Hip Hop nous emporte sans détour au fil de ses mélodies qui lui collent à la peau. Laëtitia Dana est bien déterminée à faire de son album le reflet de son âme. Attachée à ses racines africaines, bien que née à Paris, elle ose s’imposer dans son répertoire personnel nous livrant ainsi quelques bribes de sa personnalité et de son métissage. Un vent de fraîcheur souffle sur la scène française dans l’attente impatiente de découvrir enfin son premier album, annoncé pour octobre 2012. Rencontre avec une artiste pétillante, élégante, solaire, dotée d’une énergie bluffante !

Musique, chant… où avez-vous suivi votre formation ?

Je n’ai suivi aucune formation, c’est dans mes gênes ! (rire). Je travaille uniquement à l’oreille et j’utilise ma voix comme instrument de base. Si je m’en contente dans l’immédiat, il est vrai aussi que j’envisage d’acquérir quelques notions techniques indispensables comme « comment préserver sa voix en enchaînant les scènes dans un rythme soutenu ? »

Dans quel état d’esprit avez-vous composé cet album ?

Je suis dans le partage permanent. Je ressens énormément de plaisir lorsque je parviens à insuffler mes propres émotions au public, comme dans Graffiti, mon autoportrait sucré salé ou encore Courant d’air. Chaque titre se détache du précédent et vous invite à découvrir d’autres univers musicaux.

Qui collabore à votre album ?

Mon réalisateur s’appelle Kluzo. Il m’a proposé des beats sur lesquels nous avons travaillé ensemble. J’ai reçu beaucoup de propositions instrumentales françaises et étrangères et de compos, c’était surprenant ! Mes collaborateurs sont donc nombreux et je l’avoue, j’ai une chance inouïe de pouvoir aborder tant d’artistes et d’univers si différents.

Quand sera-t-il disponible ?

On espère pouvoir boucler l’album fin septembre. Il comprendra entre 10 et 12 titres, avec (je l’espère) un duo qui me tient particulièrement à cœur. Tout sera finalisé dans le home studio de Kluzo et si besoin, nous enregistrerons quelques prises instruments dans un studio à Paris. Quoi qu’il en soit, l’album sera disponible dans les bacs et en digital fin 2012.

Sur votre site, certains de vos titres, comme « Escape », « Velvet Thoughts » et « Africa » sont en téléchargement gratuit : un choix personnel ?

Évidemment ! Lorsque tu travailles dans le but de partager, tu es forcément dans l’anti-cloisonnement, donc tu ouvres tes portes. Les gens t’écoutent de façon spontanée et en même temps ça te permet d’assurer une petite promo « bouche à oreille ». Avant même de signer avec mon label « Vaziva Music » j’étais déjà dans cette démarche, alors pourquoi ne pas la conserver ?

Sur scène, vous nous dévoilez vos propres compositions, mais interprétez également quelques reprises. Comment se fait la sélection ?

J’aime cette idée de reprise sur scène : c’est mon clin d’œil personnel à des artistes de référence comme Notorious Big ou Crystal Waters. En général, j’opte pour des titres qui font partie de ma vie. Je refuse le copier/coller. Je me l’approprie entièrement tout en m’accrochant plus aux paroles qu’au beat. Je joue sur l’interprétation au maximum.

Vous produirez vous cet été à quelques festivals ? Si oui, où et quand ?

Je serai en 1ère partie de PHARCYDE le 16 Juillet au Nouveau Casino, puis le 21 Juillet à 17h00 Radio Chambre à Air (Place Ménilmontant). Mais la priorité reste et demeure : boucler l’album !

Quelle est la cause humanitaire qui vous tient le plus à cœur ?

La famine, tout ce qui touche aux enfants, la corruption, les peuples laissés pour compte… et tant d’autres.

Côté mode, vous êtes plutôt chic ou choc ?

Chic sur scène, mais excentrique au quotidien. Trop de style tue le style, alors je joue avec les accessoires. Je les crée moi-même : bijoux, ceintures,… Je customise mes chaussures également. Préparer mes tenues de scène m’amuse énormément : je reste en mode création.

Et pour terminer sur une note estivale…

Quelques jours d’escapades cet été, c’est permis ou c’est pas permis ?

Tout est permis évidemment ! Je rentre de Barcelone et d’un merveilleux week-end en Géorgie. Tout va bien ! Mais cet été, je reste en France !

Retenez bien son nom ! Laetitia DANA

Informations

Articles similaires

Marie-Pierre Arthur

Venue tout droit du Québec, Marie-Pierre Arthur nous arrive en France avec un second album intitulé “Aux alentours”. Ce titre, choisi par l’auteure-compositrice-interprète, renvoie d’une part aux histoires, drames et joies glanés ici et là, matières premières de l’écriture, et d’autre part à la fratrie, à ses amis musiciens nourrissant forcément la création avec lesquels elle s’amuse en studio et sur la route. De ce second opus est tiré le single “Si tu savais”, dont on ne se lasse pas à la rédaction ! Lorsqu’on nous a proposé de la rencontrer, nous ne pouvions qu’accepter !

Lire

Sofiia Manousha

Rencontre avec une actrice pétillante et dynamique, qui du haut de ses 25 ans, affiche déjà un joli parcours cinématographique. Elle était à l’affiche de la comédie musicale « Blanche Neige » diffusée sur France 2 en fin d’année, aux côtés de Claire Keim, Lou de Laâge, Bruno Solo et Armelle. La meilleure amie de Blanche Neige, Malika, c’était elle ! L’année 2012 s’annonce fort prometteuse pour Sofiia entre la promotion du film de Jacques Bral « Le noir (te) vous va si bien » dans lequel elle incarne le rôle principal aux côtés de Thierry Lhermitte et Grégoire Leprince Ringuet, un diptyque pour France 2 dont le tournage du prochain volet est imminent et de beaux projets dans lesquels on lui confie les rôles phares.

Lire

Laurence Arné

Franco-hollandaise, Laurence pratique dès l’enfance la danse, le piano et le chant au conservatoire d’Angoulême. Ses premiers pas dans le monde artistique la poussent spontanément à regagner Paris, en 2003, pour poursuivre dans cette voie. Elle s’inscrit au Studio 34 (École de théâtre), mais ne néglige pas pour autant ses études de sociologie et de sciences des médias. Une chose est certaine : elle aime faire rire ! Laurence se lance alors dans l’écriture de son one woman show, se met en scène et interprète son spectacle en 2006 au théâtre Le Bout. Très vite repérée, Laurent Ruquier l’engage pour sa nouvelle pièce « Open Bed » aux Bouffes Parisiennes. S’ensuit une collaboration avec Dominique Farrugia sur TPS Star, dans l’émission « Le Soiring », aux côtés de Manu Payet et Bruno Guillon. En 2009, Dominique Farrugia produit lui-même son nouveau talent du rire, au théâtre des Blancs Manteaux. 2010 la mènera au cinéma où elle fera ses débuts dans une comédie romantique « L’amour c’est mieux à deux » de Dominique Farrugia (encore et toujours !) et d’Arnaud Lemort. Humoriste et désormais actrice de talent, elle enchaînera ensuite dans « Moi, Michel G, Milliardaire, Maître du monde » de Stéphane Kazandjian et dans, « Un jour mon père viendra » de Martin Vallente.

Lire