How I met your Mothxr

(et Penn Badgley par la même occasion)

Un dimanche après-midi quelque part dans Pigalle. Un petit studio photo au 5ème sans ascenseur, temps mitigé, des images d’oiseaux partout, sur les coussins, sur des chemises, en photo, un perroquet gonflable. On était trois à tourner en rond sur de la tomette usée, à attendre les membres de MOTHXR (le groupe de Penn Badgley) pour une interview décidée à la dernière minute. Mais l’opportunité était trop belle...

Le nom du groupe ne vous dit peut-être pas encore grand chose et pour cause, avec seulement trois chansons disponibles à l’écoute sur internet, un passage radio sur Le Mouv’ et un seul et unique showcase à leur actif dans la capitale, MOTHXR fait encore partie de ces groupes “confidentiels”, que vous pourrez, grâce à nous, vous targuer d’avoir connu “avant qu’ils ne deviennent mainstream”.

Quand Simon, Daren et Penn ont débarqué dans le studio, un vent venu tout droit de Brooklyn a soufflé sur tout le 9ème. Ils étaient crevés et pas très frais hygiéniquement parlant à cause d’une sombre histoire de punaises dans un hôtel de Douvres mais hyper lookés, dans le genre sans effort. Je me suis dit que le tout semblait plus cohérent et crédible que pas mal de ce que j’avais pu voir dans les rues de Paris.

Le début d’une histoire d’amour

Nous avons commencé l’interview avec pas mal de décontraction, les garçons étaient ravis de leur passage par Paris, malgré les quelques déconvenues citées plus haut. Le concert s’est transformé en mini fête de quartier et, de l’aveu de Simon, le guitariste, « New-York est une ville que le monde entier admire. Tout le monde est là genre “Wouah, New-York”, mais nous on se disait “WOUAH, Paris!” ». Et puis, au-delà de la ville en elle-même, ils m’ont confié être excités d’avoir rencontré leurs fans français, « C’est comme le début d’une histoire d’amour ». Quand je leur ai demandé s’ils avaient trouvé le public parisien frileux, Penn a levé un sourcil interloqué: « Frileux ? On ne l’a pas remarqué. Tout le monde était super chaleureux ! On a parlé à tous les gens ». Chers gens présents au Truskel, merci d’avoir oeuvré à redorer le blason de la mère patrie aux yeux des Ricains ! Coeur avec les doigts.

Mais malgré tout le bien qu’ils ont pensé de Paname, ces gars-là restent profondément new-yorkais. Une bande de pote, mais de New-York, donc beaucoup plus cool que n’importe quelle autre bande de pote, parce que “WAOUH New-York!”. C’est ainsi qu’ils m’ont longuement expliqué à quel point la création de ce groupe a été naturelle, des amis qui se retrouvent pour créer, dans une émulation propre à la scène émergente un peu arty, un peu indépendante, un peu branchée qui a favorisé leur émergence (Blood Orange, Glass Animals, Dark Sides, ...), des groupes qui ont« créé un espace pour que nous puissions faire notre musique ».

Hygiène bucco-dentaire

Et pour faire leur musique,le groupe a une méthode bien particulière, la méthode du dentifrice. Ni plus, ni moins : « On commence avec un beat, puis on ajoute les cordes, la basse… On est tous dans la pièce, on se dit “essaie ça… non c’est trop sombre, essaie ça… trop industriel” (...) Quand je m’exprime à travers la musique, c’est comme quand tu appuies sur un tube de dentifrice, tu ne sais pas nécessairement ce qu’il y a à l’intérieur, mais quand ça sort il y a ce qu’il faut pour que ça tienne sur la brosse à dents... qui serait la chanson ». YOLO, Penn chante des brosses à dents. Mais je ne juge pas, j’ai enlacé un perroquet en plastique ce jour-là. Simon a bien essayé de m’expliquer que leur musique reflétait un état d’esprit à un instant T, mais tout ce que j’ai pu retenir c’est l’image de l’expert Sanogyl qui me disait qu’on était sur une vraie bonne nouvelle pour les dents sensibles.

Ils se sont réunis pendant plusieurs jours à L.A, New-York et Chicago, histoire de pondre un E.P. Alors oui, il y a tout un tas de chansons toutes prêtes et au regard de ce qu’on a entendu, on aurait bien hâte de les entendre, mais ils ne sont pas encore chauds. Du coup, on attend. Ils veulent sortir tout un tas de singles. Penn se l’est joué super mystérieux « Peut-être qu’on va continuer à s’amuser, ou peut-être que le CD va sortir dans deux mois et tout ce que je dis n’a aucun sens ». Bref, on n’en sait rien.


Rufus Humphrey is watching you

J’ai pris mon courage à deux mains pour poser des questions qui me brûlaient les lèvres et n’avaient aucun rapport avec le groupe, j’avais besoin de parler de feu Gossip Girl. Et qui mieux que Gossip Girl elle-même pour répondre à mes interrogations ? Je me suis sentie mal, parce que le gentil Penn et ses copains sympas font de la chouette musique et je n’arrivais pas à me dire autre chose que “Mon Dieu, mais pourquoi ils ont arrêté cette série ? Pourquoi les gens aiment Chuck qui bat sa femme alors que Dan est formidable ?”. Et finalement, le groupe nous a rassuré en nous expliquant que la notoriété de Penn par rapport à Gossip Girl était bonne pour eux, qu’elle attisait la curiosité et que les gens étaient réceptifs à leur musique. Loin d’être un fardeau, Gossip Girl et la carrière cinématographique de Badgley en général sont d’autant plus de publicité pour eux.

A aucun moment Penn ne s’est agacé de mes questions. Reconnaissant pour la visibilité qu’a pu lui apporter la série, il a néanmoins souligné que sans le travail de l’ensemble du groupe et de toute l’équipe derrière eux, il ne serait pas là à discuter de sa musique en évoquant “your one and only source into the scandalous lives of Manhattan’s elite”. Il a ajouté « Je serais mort de honte d’utiliser la notoriété que m’a apporté Gossip Girl pour vendre de la mauvaise musique ». Et j’avoue que j’aurais été bien embarrassée de le rencontrer et de lui poser des questions, si je n’avais pas adoré les quelques chansons que j’ai pu entendre de MOTHXR. Et puis, ça a été l’occasion pour moi de mettre tout le monde mal à l’aise en demandant s’il était dans la Team Serena ou dans la Team Blair, devant sa nouvelle copine, la très très choupie Domino Kirke. Globalement, c’est comme si je lui demandais: et tu as préféré embrasser ton ex ou Leigthon Meester ? Je vous rassure, il est dans la Team Blair, nous voilà tous sauvés.

Informations

Articles similaires

Owlle

Cheveux rouges, yeux turquoises, un look original, on ne peut pas dire que la jeune chanteuse Owlle passe inaperçue. Mais avant de nous taper dans l'oeil, ce qui nous a marqué, c'est son premier single « Ticky Ticky », que l'on écoute en boucle depuis que l'on a eu son EP entre les mains. Un grain de voix envoûtant, une mélodie entraînante, un refrain qui reste en tête et un titre qui interpelle. A quelques jours de la sortie de son premier album, nous sommes donc partis à la rencontre de cette artiste, pour qu'elle nous parle de son parcours avant de se lancer dans la musique et pour en savoir plus sur ses futurs projets.

Lire

Adam Vadel

Adam Vadel intègre très jeune le conservatoire pour apprendre les percussions. Egalement séduit par le piano, il portera finalement son dévolu sur la batterie. Ses premières amours musicales se nomment Michael Jackson, James Brown, David Bowie, Prince, Sly and the Family Stone, puis il découvre les Stones, Ramones, AC/DC auxquels il adhère rapidement. Au collège, il s’empare de la guitare, devenu son instrument de prédilection et monte son premier groupe dont il sera le chanteur. Très vite repérés, ils sont programmés pour les soirées Rock’n’Roll Fridays du Gibus. Dans la foulée, il enregistre et autoproduit son premier album, contenant une reprise de Kiss « I was made for loving you ». Du haut de ses treize ans, son passage au Grand Journal de Canal+ ne passe pas inaperçu et lui ouvre de nouvelles portes. En fréquentant les jam sessions de la capitale, Vadel approfondit son intensité musicale et développe sa technique instrumentale. Pas étonnant qu’on le retrouve en première partie d’artistes comme Joe Cocker, Pink ou INXS. La musique est toute sa vie ! Il partage donc tout son temps entre le studio, la scène et les États-Unis (lieu culte des artistes !). Sorti le 29 Octobre 2012, ce premier album éponyme est teinté des sons rock qui ont forgé ses goûts musicaux et ses textes (à son image) rêveurs et mélancoliques nous incitent à vivre dans l’urgence.

Lire

Virginie de Clausade

uteure de trois ouvrages édités chez Flammarion, actrice et animatrice franco belge, Virginie est chroniqueuse, dès 2004, dans l’émission « Ca balance à Paris », présentée par Michel Field, sur Paris Première. En septembre 2006, elle enchaîne sur France 2 dans « On a tout essayé » de Laurent Ruquier, et sur Europe 1 avec Laurent Ruquier (toujours !) dans « On va s’gêner ». En parallèle, elle collabore au magazine du cinéma sur TPS « Star Mag ». Dès mai 2006, elle rejoint Arthur sur TF1 pour présenter « Les Enfants de la télé » et anime Le Club TF1, un programme court d’informations pratiques. En avril 2009, elle présente sur NT1 le jeu télévisé « Tout pour plaire », une émission de dating et co-anime la matinale de Fun Radio, de 6h à 9h, aux côtés de Manu et de Vacher. D’octobre 2010 à février 2011, elle présente « Paris tout compris » sur France 3 Île-de-France.

Lire