Elizabeth Tchoungui

Présentatrice du magazine matinal « Les Maternelles » sur France 5, puis de l’émission « Avant-premières » sur France 2, Elizabeth Tchoungui signe son grand retour avec une émission hebdomadaire « Ô Féminin » qu’elle présentera chaque dimanche à partir de 19h50. Pour France Ô, cinq jeunes femmes issues d’une double culture partent en immersion dans leurs continents d’origine et nous font partager leurs particularités. Cinq reporters. Cinq personnalités distinctes. Cinq histoires différentes. Leurs points communs ? La curiosité, la passion et leur double culture. Vous découvrirez tour à tour, Magali An Berton (Vietnam-Cambodge-Thaïlande), Julie Peyrard (Colombie/Brésil), Hind Medded (Maroc/Tunisie), Tiga (Cameroun/Centrafrique) et Maëva Schublin (Réunion/Madagascar). Ces cinq globe-trotteuses vous livreront des reportages sur l’art de vivre, les tendances et la mode, propres à chacun de leur pays, tout en soulevant diverses questions de sociétés liées aux femmes. Bien loin des clichés, elles vous feront partager la vie d’un pays au quotidien. Des moments forts, de belles rencontres, le tout ponctué d’émotion intense, d’humour et parfois même d’indignation ! Rendez-vous dès dimanche 14 octobre à 19h50 sur France Ô !

Une émission composée uniquement de femmes ! Est-ce à dire qu’elle n’est destinée qu’à un public féminin averti ?

Absolument pas ! Les hommes sont des grands lecteurs de revues féminines et tout sujet les concernant, les passionnent.

Qui est à l’origine de ce projet ?

Trois jeunes et brillants producteurs de Phare-Ouest. Il est vrai que depuis Frou-Frou, aucune émission ne proposait plus de projets féminins, évoquant des sujets divers mixant l’utile et le futile. Nous travaillons en partenariat avec www.auféminin.com.

En quoi ce concept est-il novateur ?

« Ô Féminin » est le premier magazine féminin autour du monde qui traque les tendances, rencontre les acteurs et actrices du monde, fait un portrait au féminin des destinations. Du glamour, de l’info, de l’insolite, un partage sans tabou de la vie des habitants. Nos cinq reporters n’ont pas hésité à tester les traditions, à enquêter dans le but d’offrir une vision de leur pays, en toute transparence.

Avez-vous participé à la sélection de vos cinq reporters ? Le choix fut-il délicat ?

Le projet fut présenté avec une équipe préconstituée. Tiga et Maeva oeuvrent déjà pour France Ô. Personnellement, j’avais déjà travaillé avec Hind sur France 24 et croisé Julie. Quant à Magali An, designer textile, elle fut recrutée par le bouche-à-oreille.

Où se déroulera l’émission ? Les filles seront-elles à vos côtés ?

L’émission se déroulera chez moi, entre le salon et la cuisine, en présence des cinq globe-trotteuses et d’une journaliste. Une diffusion hebdomadaire (chaque dimanche dès 19h50) qui s’étalera entre le 14 octobre 2012 et le 11 juin 2013. Un rendez-vous convivial de 45 mn comportant une partie reportage et une partie débat sur un thème donné. Lors de la première, le sujet s’articulera autour des concours de Miss à la Réunion, puis le thème sera abordé sur la perception de ces manifestations dans d’autres pays. Nous dégusterons également, sur le plateau, quelques spécialités culinaires des pays cités : une séquence qui pourra être perçue comme une parodie d’ « un dîner presque parfait » !

Décrivez-nous chacune de ses jeunes femmes par quelques qualificatifs tout en nous révélant quelques moments forts de leur reportage !

Maeva, la Réunionnaise, baroudeuse, noctambule, prête à toutes les expériences extrêmes.

Elle envoie le bois à 200%. Elle est cash ! Dans son reportage, je relèverais la séquence où on lui propose de goûter de la chauve-souris. Elle se soumet à la dégustation tout en se retenant de ne pas vomir (rire).

Julie, la Colombienne, journaliste d’investigation, a déjà parcouru le monde. Elle est passionnée par les questions de société et ceux qui tentent d’y apporter des solutions.

En apparence, elle semble sortir tout droit du XVIe arrondissement, mais derrière cette image de fausse bourgeoise se cache une femme intrépide. Elle n’a pas hésité à se soumettre aux coiffeuses assassines qui lui ont rasé une partie du crâne et lui ont tatoué un petit bateau dans la nuque.

Magali An, la styliste vietnamienne, pose sur le monde un regard artistique plein de sensibilité.

Tout en douceur, en finesse et très pudique mais lorsqu’elle se lâche, elle clashe ! Alors qu’elle avait perdu contact avec son autre culture vietnamienne (du côté de sa mère), elle rencontre durant son tournage un guérisseur traditionnel avec qui elle échangera longuement. Quelle ne fut sa surprise de découvrir que cet homme fut formé par son propre grand-père maternel ! Un moment chargé d’émotions

Tiga, la Centrafricaine, passionnée de danse,  est le porte-drapeau de la femme africaine.

Tiga est notre Miss mannequin : une tête bien pleine sur un corps bien fait ! Hypersensible mais également intrépide, elle s’est engagée à défendre la cause des femmes africaines et à dénoncer les abus sexuels en tout genre. Elle n’a résisté à l’idée de partir, en pleine forêt vierge, sur les traces d’un sorcier. Un moment fort de son reportage ! Durant son tournage au Cameroun, elle assiste également à une pratique fréquente et barbare : le repassage des seins. Les mères, désireuses de préserver leurs filles d’une sexualité précoce, écrasent la poitrine naissante de leurs enfants avec des pierres chaudes. Un rite traditionnel très peu dénoncé, dont elle tenait à nous informer !

Hind, la Franco-Tunisienne, très engagée dans le printemps arabe, explore avec passion le rôle des femmes au Maroc et en Tunisie.

Je ne peux la définir autrement, elle est la fille spirituelle de Stephane Hessel et Nelson Monfort. Elle oscille en permanence entre enthousiasme et indignation. Son statut de femme et de journaliste l’amène à se heurter invariablement aux conditions de vie des femmes dans les pays du Maghreb.

Lorsqu’on s’investit dans une telle aventure, qu’espère-t-on avant tout ?

Du plaisir avec un grand « P ». J’ai dit « oui » très vite à ce projet car il me ressemble, aussi bien d’un point de vue personnel que professionnel !

Parlons un peu de vous à présent !

Décrivez-vous en trois mots.

Pop, éclectique, globe-trotteuse.

Avez-vous une addiction particulière ?

Le chocolat !

Le comble de la vulgarité.

Un string qui dépasse du jean.

Quelle est la première chose que vous faites en vous réveillant ?

Je jette le réveil à l’autre bout de la pièce. Heureusement pour moi, il est très résistant !

Votre dernière colère

J’ai lu dernièrement un papier sur le Mali, mentionnant le fait que les Maliens se font actuellement bouffer par les islamistes et financer par des pays étrangers. Eux si chaleureux, si conviviaux !

Côté mode, vous êtes plutôt chic ou choc ?

Chic ! Si j’ai redouté à plusieurs reprises les tenues imposées lors des précédentes émissions que je présentais, je compte bien me lâcher un peu pour « Ô Féminin » (rire)

Vous partez en voyage, quels sont vos indispensables ?

Mon maillot de bain, mon iPod et un livre.

Quelle situation peut vous déstabiliser ?

J’avoue ? Je ne suis absolument pas physionomiste. C’est un grave défaut qui me porte préjudice très souvent.

La cause humanitaire qui vous tient le plus à cœur.

Plus j’avance dans la vie et plus je deviens féministe. Les femmes sont à la base de tout et méritent reconnaissance et respect. En Afrique, les hommes refusent encore le port du préservatif malgré le SIDA qui sévit. Quant à l’éducation des enfants, dans ce même pays, on privilégiera encore et toujours celui du garçon, au détriment de la fille.

Votre plus grande fierté.

Mon fils, évidemment ! Professionnellement, je suis très fière d’avoir atteint mes objectifs, à ce jour, sans jamais avoir à me compromettre (vous me suivez ?)

Quels sont les moteurs de votre existence ?

Chaque jour, je me rappelle que la vie est courte et que dans notre intérêt il faut en profiter au maximum !

Informations

Articles similaires

Clément Sibony

Alors qu’il suit les cours de Blanche Salant et Paul Weaver, Michel Spinosa lui propose son premier rôle au cinéma dans « Emmène-moi » en 1995. En 1998, c’est Olivier Dahan qui lui offre un rôle important dans « Déjà mort ». Il enchaîne avec « Un dérangement considérable » de Bernard Stora, et « Promenons-nous dans les bois » de Lionel Delplanque, aux côtés de Clotilde Courau et Vincent Lecoeur. Doté d’un charisme évident, il se fait remarquer et poursuit les tournages… « L’envol » de Steve Suissa avec Isabelle Carré, « A la folie… pas du tout » de Laetitia Colombani auprès d’Audrey Tautou, « Osmose » de Raphaël Fejtö aux côtés de Romain Duris. A sa carrière de séducteur, il privilégiera pour un temps les comédies d’auteur indépendantes… Après avoir joué les réalisateurs en herbe dans le très enjoué « Ze film » de Guy Jacques, il partage l’affiche avec Emmanuelle Béart et Charles Berling dans « Un fil à la patte » de Michel Deville. Sous la direction de Charles Belmont, il tourne pour la comédie de mœurs « Qui de nous deux », puis apparaît dans « Avril » de Gérald Hustache-Mathieu. S’ensuivront « L’Etrangère » de Florence Colombani, « L’âge d’homme » de Raphaël Fejtö et « Voir la mer » de Patrice Leconte.

Lire

Willy Liechty

Pose Mag a rencontré cette semaine Willy Liechty. Longtemps animateur phare de Disney Chanel, il est depuis l’année dernière chroniqueur dans l’émission de Jean marc Morandini sur Direct 8. Ce jeune comédien, animateur s’est prêté à l’interview vérité, franc et direct l’entretien s’est passé dans la joie et la bonne humeur.

Lire

TYP The Young Professionals

De la musique entraînante, un concept innovant, il ne nous en fallait pas plus pour craquer pour The Young Professionals ! Leur premier single « TYP D.I.S.C.O » vous fera sans aucun doute danser tout au long de l’été. Ce titre, élaboré autour d’un sample du célèbre titre du groupe Ottawan, est une vraie réussite. Et pour avoir eu la chance d’écouter leur album en avant-première, les autres chansons sont aussi efficaces. Nous avons profité de leur venue en France pour les rencontrer dans un bureau (customisé aux couleurs de TYP) de La Tour Montparnasse à Paris. Ils étaient accompagnés de l’artiste Uriel Yekutiel, avec qui ils collaborent régulièrement. Le contraste entre les deux membres du groupe, à l’apparence classique, et l’étonnant personnage qu’est Uriel est d’ailleurs surprenant. Mais c’est aussi cela qui fait toute l’originalité du groupe.

Lire