LISA AZUELOS CONTRE LA GYNOPHOBIE

Lisa-Azuelos

Chaque année en France, 216 000 femmes font l’objet de violences faites par leurs conjoints ou ex conjoints et 84 000 sont victimes de viol (viol effectué en grande majorité par une connaissance de la victime). Pour 27% des français, une femme serait en partie fautive dans un viol si elle portait une tenue aguichante. Oui, ces chiffres sont effroyables et ne sont pas sans nous montrer que la position de la femme au sein de la société n’est pas encore totalement assise, aujourd’hui, en 2016.
La réalisatrice Lisa AZUELOS est d’ailleurs parti d’un constat édifiant : Il n’existe pas de termes englobant l’ensemble des violences faites aux femmes.

Certes, on a bien le terme misogynie ou sexisme, qui sont utilisés à ce jour pour verbaliser l’horreur. Seulement, ces termes-là, sont ils suffisants pour sensibiliser une société où il n’est pas étonnant qu’à Noël, on offre des camions à nos fils et des mini cuisinières à nos filles, ou bien même qu’il est encore normal, de voir, dans nos rayons de supermarchés, en 2016, des dentifrices pour hommes d’un coté et pour femmes plus cher de l’autre ?

Aussi, certaines de vos oreilles ne se ferment-elles pas à l’évocation de ces termes ?

Si on se penche sur la traduction littérale des racines grecques du terme misogynie, on évoque la haine de la femme. Personnellement, je ne me sens pas haïe quand je me rends compte que je ne toucherai peut-être jamais le même salaire que mon camarade de promotion. Je ne me sens pas non plus haïe quand je vois qu’encore il y a quelque mois, mes protections hygiéniques mensuelles n’étaient pas considérées par la législation de mon propre pays comme des produits de première nécessitée. Je ne me sens pas haïe non, juste méprisée. Et c’est l’une des traductions du suffixe « -phobe », que l’on entend malheureusement bien trop souvent ces derniers temps.

De « gyné » racine grecque du mot femme et « phobie » qui signifie la peur, le mépris et le rejet, « gynophobie » est un néologisme, créée par Lisa Azuelos.

Gynophobie

Afin d’assurer l’émergence de celui-ci et d’agir pour une prise de conscience du plus grand nombre, elle a également fondé une association : « Ensemble contre la gynophobie » signant la volonté de constituer un mouvement mondial, pour dénoncer les actes de gynophobie et sensibiliser par le biais de vidéos, photos et textes.
C’est d’ailleurs, il y a quelques semaines, à l’occasion de la journée internationale des droits de la femme, que s’est ouverte la plateforme en ligne www.nogynophobie.org.

Vous pourrez y trouver du contenu traitant du sujet et vous pourrez participer à un concours de courts métrages. Ce concours est ouvert jusqu’au 16 mai 2016 et dont le premier prix sera décerné au Festival de Cannes.

Du coup, on se donne tous rendez vous là-bas, pour lutter ensemble pour les droits des femmes ?

Oui, parce que finalement, la moitié de l’humanité ne devrait-elle pas cesser d’être une minorité, pour le bonheur de tous ?

Émilie Malfaisante

One thought on “LISA AZUELOS CONTRE LA GYNOPHOBIE

  1. Madame,
    j’ai lu avec intérêt votre commentaire, au sujet de la violence faîte aux femmes, que ce soit physique ou morale.
    Dans ma profession à l’époque, j’en ai vu beaucoup, je les ai toujours défendu dans mon métier car j’aime le charme féminin, son corps, sa féminité et sa présence.
    Concernant l’égalité des hommes et des femmes dans le monde du travail et des salaires, il existe des professions comme la police, la gendarmerie, l’armée.
    Vous évoquez la situation d’une femme quand celle-ci tous les mois est indisposée, que ce soit dans le monde politique, dans la société civile et même la religion, les femmes ont une connotation péjorative vis à vis des politiques et de la religion, n’oublions pas que d’avoir des relations charnelles quand une femme est en période de cycle, c’est interdit par la religion car la femme est impure.
    J’espère que mon commentaire au sujet de la féminité vous fera comprendre l’attirance et l’amour que j’ai pour le charme féminin.
    Georges

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *