RENCONTRE AVEC LE GROUPE KYO

Kyo - L'équilibre

Véritable phénomène musical des années 90, le groupe Kyo est de retour après une pause de dix ans. Le légendaire groupe français, à l’origine de la « Kyomania », nous revient plus heureux que jamais avec un quatrième album intitulé « L’Equilibre ». Le résultat : un disque à l’esthétisme et à la maturité affirmés. A cette occasion, nous avons rencontré le talentueux chanteur du groupe Benoit Poher. 

Avant toute chose, comment ça va  depuis tout ce temps ?!

Ca va bien, on est content ! On est content de revenir. On est encore dans une période d’excitation puisque l’album vient de sortir. Les résultats sont plutôt pas mal donc c’est encourageant…

Vous aviez à l’origine choisi le nom « Kyo » en référence aux mangas qui berçaient votre enfance, avez-vous déjà songé à changer de nom avant ce grand retour ?

Pendant quelques années je me suis dit oui et en fait vu que la « geekerie » qui nous habite n’est pas passée, je me dis que c’est toujours d’actualité !

Votre dernier album « 300 Lésions » est sorti en 2005, on est aujourd’hui en 2014, que s’est-il passé pour vous en tant que groupe et individuellement pendant ces 10 ans ?

Plein de trucs… Le truc le plus important c’était Empyr, le groupe qu’on a fait avec Flo et d’autres musiciens qui venaient de Vegastar et Pleymo et de Watcha… C’était des potes, Vegastar on les avait pris en première partie, Pleymo j’étais très ami avec les gars… On se voyait pour faire la fête à la base et puis on s’est dit qu’on ferait bien de la musique ensemble. Du coup on a fait deux albums avec Empyr, deux tournées et déjà ça a pris beaucoup de temps. J’ai aussi continué à écrire un petit peu pour les autres.

Oui j’ai vu qu’il y avait eu de belles collaborations pendant ces dix années, est ce qu’il y en a d’autres à venir ?

J’ai essayé de faire un morceau pour Birdy parce que je sais qu’elle cherchait des chansons et elle était apparemment ouverte à ce que des français puissent en écrire. Je l’ai balancée hier mais je sais qu’elle est retournée aux Etats-Unis faire de la promo donc je ne sais pas si elle va l’écouter avec beaucoup d’attention… Et puis il y a Roberto Ciurleo, le programmateur de Virgin Radio actuellement qui avait monté Robin des Bois, et qui là va monter une autre comédie musicale. Il m’a demandé si j’avais pas des petites chansons donc je vais faire ça aussi je pense…

Est-ce que vous avez appris des choses lors de vos trois premiers albums qui vous ont servi pour ce quatrième ?

Toujours… C’est frustrant d’ailleurs quand t’as fini ton album t’es meilleur et t’as envie d’aller en studio pour recommencer. J’exagère mais c’est presque ça ! A chaque fois t’apprends plein de trucs, ça va être très technique, sur le son, sur la manière de procéder. Et puis à chaque fois tu travailles avec un réalisateur différent. A l’époque des trois premiers albums c’était le même réalisateur François Delabrière, avec Empyr c’était un mec de Los Angeles qui est d’ailleurs chanteur dans un groupe qui est vachement respecté, ils sont repartis en tournée là. C’était super intéressant de voir comment ils travaillaient et avec Mark Plati sur cet album c’est pareil t’apprends plein de choses. A chaque fois c’est une expérience en plus.

L’alchimie avait-elle besoin d’être « recrée », y’a-t-il eu un temps d’adaptation ?

Ouais, on se posait la question nous mêmes. On s’est toujours vu pendant toutes ces années, on dinait ensemble, on faisait la fête ensemble mais c’est vrai qu’on se demandait est ce qu’on va arriver à retravailler ensemble comme à l’époque où c’était assez fluide ? Et puis c’était carrément immédiat, comme à l’époque.

Ce nouvel album est, en comparaison aux précédents, moins rock, davantage pop/électro. Est-ce pour vous une évolution naturelle, une sorte de maturation du groupe, ou une volonté de montrer que Kyo n’est pas qu’un style de musique ?

C’est extrêmement naturel et extrêmement instinctif. On fait le disque qu’on a envie de faire au moment où on le fait. Peut-être que le prochain sera un peu plus rock.

Ah ouais, il y aura un prochain ?

Oui, il y en aura un prochain. Je pense qu’on va pas trainer là pour le coup !

KYO

A l’époque de l’album « Le Chemin » vous aviez un certain public, notamment des ados (dont moi j’avais 15 ans !), vous attendez vous avec « L’ Equilibre », à retrouver ce même public qui a grandi à vos côtés ou à séduire la jeunesse d’aujourd’hui ?

Ca c’est vrai qu’on peut pas le calculer. Moi ça me fait toujours marrer quand je vois des commentaires de jeunes « Je viens de voir un nouveau groupe Kyo !! La chanson «  Le Graal » c’est vachement bien ! C’est mon groupe préféré du moment ! ». Ils ne savent pas qu’on a fait plein d’autres chansons, plein de clips donc c’est un peu une seconde première fois pour nous à ce niveau là. Et puis on se demandait effectivement si les fans de l’époque allaient se retrouver là dedans. Avec Le Graal on se demandait parce que c’est différent, alors que « L’Equilibre » c’est plus dans la tradition Kyo. Mais pour l’instant j’ai l’impression que ça se passe bien.

On parlait tout à l’heure de Birdy, vous avez toujours chanté en français, c’est essentiel pour vous de ne pas céder à la langue de Shakespeare ?

Moi avec Empyr j’ai fait deux albums en anglais et je pense que ça a été un déclic, le manque d’écrire en français… Ca a été déterminant pour le retour de Kyo, j’avais très envie de réécrire en français. Et puis aussi le fait que peut être « L’Equilibre » est moins rock c’est parce qu’on a fait deux Empyr avant…Le truc un peu plus lourd qu’on a fait un peu rock limite métal sur le premier, du coup on a eu notre dose et on avait moins besoin de ça avec Kyo.

Tu parlais du titre « Le Graal » précédemment, j’ai regardé un peu vos clips justement et j’ai été marquée par l’effort esthétique. Pour toi la musique se regarde autant qu’elle s’écoute ?

Oui. Déjà en tant qu’auditeur je suis autant passionné par limage que par la musique, vraiment. J’adore regarder des clips, je suis un fou de cinéma, un fou de séries. C’est une passion pour moi équivalente à celle de la musique.

Vous êtes directement entrés à la première place des meilleures ventes sur iTunes France. C’était donc ça l’objectif, partir pour mieux revenir ?

A l’époque partir c’était parce qu’on avait vraiment besoin de se ressourcer…Déjà physiquement on en pouvait plus, les tournées…C’était un rythme de vie très particulier. Et puis c’est vrai qu’on est des gars assez simples et ce qui nous rend heureux ce sont les mêmes choses que les autres gens qui font pas ce métier : les valeurs normales, être bien avec ses amis, sa famille etc. Et c’est vrai qu’on est pas du tout accro au succès et au rythme de vie qu’il impose. Mais tu peux pas avoir l’un sans l’autre. Nous on a envie de toucher les gens, on a envie que ça plaise, mais on aussi d’avoir un style de vie simple.

Justement qui dit succès dit récompense… Après les NRJ Music Awards, les MTV Musics Awards, trois Victoires de la Musique et autres, quel est le prix que vous aimeriez décrocher ?

Bah je ne sais pas y’a quoi d’autre ?! On a eu la chance d’avoir beaucoup de récompenses mais on n’est pas en quête de ça forcément…

Es-tu satisfait de la couverture médiatique que reçoit la sortie de «  L’Equilibre » jusqu’à présent ?

Oui. Je trouve que globalement vis à vis de nous il y a de la bienveillance. C’était pas gagné parce qu’à l’époque on divisait beaucoup. Y’avait les gens qui adoraient, les gens qui détestaient, ce qui n’était pas forcément simple à vivre. Pour l’instant je suis agréablement surpris, y’a pas trop de méchanceté donc c’est cool.

Quel serait le plus beau compliment qu’on pourrait vous faire sur ce nouvel album ?

Je n’en ai pas la moindre idée ! Je pense qu’on s’est rendu compte rétrospectivement que les textes avaient vachement marqué à l’époque et marqué même la vie des gens parce qu’ils s’y retrouvaient. Et quand j’écris un texte comme celui de « L’Equilibre » je me dis que peut être ça va refaire le même effet…Je crois que c’est ça qui m’a le plus touché, quand les gens me disaient « J’ai vécu la même chose en même temps, ça m’a trop aidé ». Ca on me l’a dit plusieurs fois. En plus nous on fait ça pour se marrer à la base et quand tu vois qu’en te marrant t’arrives à aider les gens, tu te dis que tu sers un peu à quelque chose…

La chanson « L’Equilibre » parle d’amour et de la tourmente qui en découle, chose que l’on retrouvait déjà dans « Dernière Danse » ou « Je Saigne Encore ». Le sentiment amoureux est-il selon vous la recette d’un titre qui marche ?

En tout cas c’est un des rares trucs dont je me sens de parler sans dire trop de conneries ! Moi quand j’écris c’est personnel, sur des amis, de la famille que j’observe, parfois ça va être un film qui va me faire pleurer et ça va me donner une idée de thème….C’est un puit sans fond, une source d’inspiration inépuisable. Parfois je me dis que j’aimerais parler d’autre chose, entre nous on parle vachement d’actualité, de politique, on en discute mais je ne me sens pas capable d’aborder le thème dans une chanson parce que j’ai pas envie de tomber dans le piège de dire « Ca va pas ca va pas ». J’ai quand même rarement vu un artiste qui dit comment faire pour sortir de la merde ! Moi tant que j’aurai pas quelques idées pour sortir de la merde, j’aborderai pas le sujet.

Comment se passe la préparation de votre prochaine tournée ?

Pour l’instant il n’y a que deux dates. Ca sera à partir d’octobre de cette année. Dès que la promo est terminée on va passer du temps là dessus et j’adore faire ça aussi.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune groupe prometteur ?

Le seul conseil que je peux donner c’est d’avoir une identité forte. Dès que ça ressemble trop à autre chose, t’as déjà perdu le truc… Tu vois bien avec Stromae, je pense que c’est un OVNI. Avoir une identité super forte, c’est ça le nerf de la guerre. C’est valable dans le cinéma, dans la peinture…

L’artiste français ou étranger avec lequel vous aimeriez aller boire un coup ce soir ?

(Réflexions…). Avec Pharrell Williams parce qu’il est toujours entouré de jolies filles ! Non, sinon je ne sais trop… En fait je crois que c’est avec mes potes que je préfère boire des coups !

A bientôt ou à dans dix ans ?!

J’espère pas à dans dix ans !

Propos recueillis par Alice Puissesseau

Kyo album l'équilibre

L’album de Kyo, « L’équilibre » est disponible depuis le 24 mars 2014

Pour suivre l’actualité du groupe, rdv sur leur site Internet  et sur leur page Facebook.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *