LE MONDE PRÉFÈRE LES RONDES

Mince Alors

Elles s’appellent Adèle, Tara Lynn, Stéphanie Zwicky, Lola Dewaere ou encore Clémentine Desseaux et elles font toutes l’actu ! Pourquoi ? Eh bien parce qu’elles ont un talent fou et parce que, grâce à elles, le corps des femmes se démocratise. On commence à nous dire dans les magazines : «Oh mais regardez comme c’est étrange, un corps de ronde peut être désirable» ! Il ne faut pas en demander trop aux journalistes, on les a obligé pendant des années à aimer les tailles 0 donc forcément, ils ont besoin d’un peu de temps pour se remettre de leurs émotions.

Donc oui, c’est fabuleux, les rondes (ou plutôt les filles qui font plus qu’un 38 pour certains) ont le power. Bonne nouvelle, mais… Car oui, il y a tout de même un «MAIS»: on glorifie le corps qui a des formes, des seins, des fesses (bref un corps normal), il est exposé partout comme si une grande découverte avait été faite mais euh… Comment dire… Vous ne trouvez pas ça bizarre ? Vous n’avez pas un peu l’impression que tout le monde dit en ce moment que la tendance est à la «ronde » (expression infâme je vous l’accorde) et que dans un an on aura oublié tout cela et que la taille -20 sera mise à l’honneur («Voir les côtes des femmes qui n’ont pas de poitrines, n’est-ce pas torride ?»).

J’exagère bien entendu mais la réponse à toutes les questions qui se posent sur minces, maigres, rondes, pulpeuses, grosses, moyennes… ne trouveraient-elles pas une réponse si les médias démocratisaient le corps des femmes ? Vaste programme je vous l’accorde. Mais cette démocratisation commence, c’est certain !

Stéphanie Zwicky (Big Beauty) cartonne, on la voit partout (vous pouvez retrouver l’interview qu’elle nous avait accordée ici), William Carminola nous prouve que tous les corps sont beaux dès qu’on décide de les accepter. Charlotte de Turkheim consacre un film très drôle aux dictats du corps dans «Mince Alors», avec la sublime Lola Dewaere et le 100% canon Grégory Fitoussi. Une comédie dynamique et acidulée qui tord le cou à toutes les idées reçues sur les rondes.

Du côté de la presse, le magazine ELLE fait une nouvelle fois appelle au mannequin Tara Lynn pour sa couverture (cette fille est juste magnifique), Ykone consacre un dossier à cette tendance «Les rondes prennent-elles trop de place dans la mode?». N’oublions pas l’épisode « Castaluna », cette marque grande taille qui a fait danser une de ses mannequins dans une publicité pour promouvoir sa nouvelle collection.

Une journaliste du Nouvel Observateur a osé écrire un article plutôt insultant sur cette campagne, indiquant son dégoût pour cette jeune femme qui se trémousse en musique. Bilan: la journaliste s’est faite insulter à son tour par toute la blogosphère. Rondes, minces, grosses, toutes les nanas se sont liguées contre elle (même les mecs s’y sont mis). Une union claire et évidente est ressortie «grâce» à cet article. On a eu l’impression que tout le monde s’insurgeait en disant implicitement «tu ne la touches pas sinon on te butte» (je grossis le trait mais c’est un peu l’idée). Alors plutôt que de parler d’un «ronde power» il serait peut-être plus juste de parler du retour du Giiiiirl Power, qu’est-ce que vous en pensez les filles ?!

Marie Parent

One thought on “LE MONDE PRÉFÈRE LES RONDES

  1. Oui, les courbes c’est bien…le problème c’est qu’à chaque fois que les rondes sont « glorifiées » (je ne parle pas forcément de cet article), on « tape » sur… les autres formats.
    Dans bon nombre d’articles, j’ai pu lire « les rondes sont plus féminines », « les hommes préfèrent les rondes », « arrêtez de vous torturez, faites vous plaisir et assumer vos rondeurs » etc
    Oui, les formes c’est jolis, je ne dirais pas le contraire, mais les discriminations reprochées à l’égards des femmes fortes font aussi légion auprès des « moins en chaire »: « si elle est maigre elle est malade/se prive », « les planches à pain c’est moche », « les femmes minces ne sont pas des vraies femmes » (ah bon?)et j’en passe.
    Le problème, c’est qu’on ne peut faire plaisir à tout le monde et que bien souvent pour satisfaire/flatter un parti (dans les médias) on critique l’autre…et ce que j’apprécie dans cette article (même si certains passages me déplaisent), c’est qu’il précise qu’il faut rechercher la nuance et démocratiser le corps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *