LA COULEUR DES SENTIMENTS

Un film ambitieux qui peine toutefois à tenir ses promesses

    •    Du roman à l’écran, origine d’une adaptation pas comme les autres

Succès surprise du mois d’août au box office américain, La Couleur des Sentiments est adapté du best-seller, signé Kathryn Stockett, du même nom. Le film suit l’histoire d’une jeune journaliste, qui décide de donner la parole à deux bonnes afro-américaines afin de casser les règles de la société ségrégationniste du Mississippi des années 60. Kathryn Stockett n’eut aucun mal à confier l’adaptation de son roman à Tate Taylor, réalisateur, producteur et scénariste, qui signe avec ce film son second long métrage.

En effet, l’auteure et le cinéaste se connaissent depuis leur plus tendre enfance. Tate Taylor alla même jusqu’à s’engager à adapter son roman sur grand écran alors que son amie continuait à accumuler les refus de publication. Romancière et réalisateur sur la même longueur d’onde, il ne manquait plus que de dénicher un producteur prêt à s’investir dans le projet. Ce fut en la personne de Brunson Grenn, producteur de métier et ami commun des deux intéressés (décidément !), que leur choix se porta . Il décrocha les droits d’adaptation de l’œuvre auprès de la Penguin Books notamment grâce à la promesse de Tate Taylor de réaliser le film qui pesa dans la balance. Et fait rarissime, le film entra en production avant même que les premiers exemplaires du roman furent publiés sur le sol américain.

Le projet tenait extrêmement à cœur au réalisateur qui, comme ses personnages, fût également élevé par une bonne afro-américaine prénommée Carol Lee qu’il considère, selon ses propres mots, comme une seconde mère. Afin de lui rendre hommage et de lui prouver son attachement, le réalisateur ira même jusqu’à lui confier un petit rôle dans son long métrage.

Le succès critique et commercial de La Couleur des Sentiments lui permettra de faire l’ouverture du festival du cinéma américain de Deauville en 2011. Un honneur.

•    Mon avis : d’émotions en déceptions

Soyons clair, malgré sa bonne volonté, La Couleur des Sentiments est loin d’être parfait. Le film est à ranger du côté des longs métrages que l’on pourrait étiqueter de décevants. Rempli d’humanité, le scénario est extrêmement bien documenté, passionnant, et alterne correctement entre humour et émotion. Les intrigues se multiplient, se croisent mais ne perdent jamais l’attention du spectateur. Notons surtout, l’excellent travail d’écriture effectué sur chaque personnage. Des protagonistes extrêmement bien étoffés mais qui malheureusement, à certains moments, tombent peut être trop facilement dans le cliché.

Incontestablement, le point fort du film demeure dans son casting. Viola Davis et Octavia Spencer, qui incarnent les deux bonnes principales du récit, sont d’une justesse saisissante. Elles parviennent, avec adresse et sensibilité, à convaincre et à rallier le spectateur à leur cause. Retenons également les performances de Brice Dallas Howard et Jessica Chastain qui dans leur rôles de bourgeoises individualistes ou désespérées sont tous simplement parfaites.

Côté mise en scène, tout se complique. Il est regrettable de constater le peu d’inspiration dont nous fait part Tate Taylor. Une accumulation de plans simples et fixes, qui donne une impression de déni de mise en scène. Comme si le simple fait de poser la caméra pouvait justifier ses intentions. Et lorsqu’il ose s’aventurer dans quelques mouvements, il ne fait que mettre en avant les décors et les paysages qu’il nous propose. Beaucoup trop plat pour un récit rempli d’ambition.

La Couleur des Sentiments est donc l’exemple type de ces films hollywoodiens qui ne marqueront jamais l’histoire du 7ème art, mais qui peut-être, le temps d’une année, permettent de ne pas délaisser l’histoire et les valeurs d’un pays toujours enclin à se racheter de ses erreurs du passé.

Mais rassurez-vous, la force de la critique réside dans sa subjectivité. Ainsi, la seule opinion qui vous correspondra, ne verra le jour quand vous rendant au cinéma. Bonne séance.

Benjamin Reignier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *