GÉRALDINE NAKACHE

Géraldine Nakache a marqué l’année 2010 avec « Tout ce qui brille », le film qu’elle a écrit et réalisé avec Hervé Mimran. Elle passe aisément de derrière la caméra à devant puisqu’elle joue aussi le rôle d’Ely, un des deux personnages principaux avec Lila, joué par sa compère Leïla Bekhti (qui a d’ailleurs remporté le César du meilleur espoir féminin pour ce film). Elles forment à elles deux un duo comique et touchant, à tel point qu’on adorerait tous avoir des amies comme Ely et Lila. Jusqu’au 5 mars dernier, on pouvait également retrouvé Géraldine Nakache sur les planches, pour la pièce « L’amour, la mort, les fringues ». Entre deux représentations, elle a accepté de répondre à nos questions.

Bonjour Géraldine. Tu es actuellement sur les planches pour la pièce « L’amour, la mort, les fringues ». Comment cela se passe ?

Super! J’ai la chance d’être entourée d’immenses actrices (Miou Miou, Ariane Ascarid, Sylvie Testud et Pascale Arbillot) en dehors du fait qu’elles soient des « leçons » pour moi elles sont surtout devenues des copines que je suis contente de retrouver tous les soirs.

Est-ce que c’était un rêve de faire du théâtre ?

Pas réellement un rêve non. Je suis flattée que Danièle Thomson m’aie proposé la pièce mais j’étais tellement flippée du théâtre que je ne pouvais pas imaginer en faire un jour.

Dans cette pièce, c’est à travers leur garde robe qu’on apprend à découvrir les personnages. Que peut-on retrouver dans ta garde robe personnelle ?

Beaucoup beaucoup beaucoup de chaussures et de ceintures. J’ai le « vice » de l’accessoire! Et effectivement, comme dans la pièce, chacune de mes paires de chaussures a une histoire. Je suis une « deglinguée » de fringues, mais avec les années je me raisonne!

Quelle est la pièce préférée dans ton dressing ?

Ma pièce préférée: ma peau lainée Balenciaga

Et ta plus grosse dépense pour un vêtement ou accessoire ?

Mes chaussures à clous Valentino très chères et très belles!

Tu as su conquérir le public en tant qu’actrice et réalisatrice dans « Tout ce qui brille », le film que tu as co-écrits avec Hervé Mimran. D’où te vient cette passion pour l’écriture ?

J’ai longtemps travaillé sur la chaîne Comédie et j’ai vu passer sous mes yeux une multitude de talents dont l’écriture était la base de tout. J’ai aussi dû trouver beaucoup d’auteurs et créer un pool de scénaristes qui acceptait de pondre des sketches pour nos talents. J’ai donc toujours eu autour de moi des auteurs-scénaristes. Mes amis les plus proches sont d’ailleurs scénaristes depuis de nombreuses années: Romain Levy, Benjamin Guedj, Mathieu Oullion… Mon frère a lui aussi toujours écrit des histoires… Et voulant être à sa hauteur c’est lui qui inconsciemment a dû me stimuler.

Au départ, vous aviez réalisé ce film dans un format court-métrage. Pensais-tu que le succès allait être tel ?

Non, la vérité c’est que nous avions déjà écrit le long. Et comme Hervé et moi sortions de « nulle part » nous avons écrit ce petit court-métrage mettant en scène Leïla (Bekthi) et moi pour montrer que nous savions tenir une caméra et pour « vendre » une humeur, une couleur, un binôme…  On ne pense jamais au succès (je crois) quand on écrit un film, on pense être fidèle à ce que nous voulons raconter en espérant que les gens adhéreront.

J’ai entendu dire que tu travaillais sur l’écriture d’un prochain film justement. Peut-on en savoir plus ?

Non, vous n’en saurez pas plus. Ca fait 9 mois que Herve et moi nous sommes remis à l’écriture… Nous avons remis notre Version 3 hier à notre producteur qui est le seul à avoir lu. Dès que ça « part » je vous en parle, promis !

On a pu voir sur Internet différentes vidéos complétement délirantes de Lila et Ely (les personnages de « Tout ce qui Brille », que vous incarnez Leïla Bekhti et toi). Est-ce que Géraldine et Leïla sont aussi folles qu’Ely et Lila ?

Leïla et moi sommes très proches, comme Ely et Lila, mais bien plus vieilles donc plus mûres… J’espère! Quoi qu’il en soit, comme Ely et Lila nous nous sentons respectivement toujours à 10 minutes d’un rêve… et pourvu que ça dure!

Au sujet de ce film, y a également deux questions qui me taraudent, es-tu vraiment fan de Céline Dion ? Et d’où est venue l’idée d’imiter un paon ?

Oui j’ai une passion pour le côté « machine », robot » mais aussi « Bisounours » de Céline Dion! Avec mes amis depuis toujours on imite des animaux inimitables… Le paon par exemple… C’est nul je sais, mais quand tu t’ennuies ça passe le temps!

Tu as commencé ta carrière en travaillant pour Canal Plus, puis la chaine Comédie… Ton frère, Olivier Nakache est également réalisateur/acteur/scénariste… Tu étais donc prédestinée à faire carrière dans l’audiovisuel non ?

Mon frère a ouvert la voie. C’est lui qui a été au front avec mes parents et qui a dit « je veux faire du cinéma ». Il a 7 ans de plus que moi. Moi j’ai  juste voulu faire comme lui car c’est mon idole. Alors j’ai atterri à la TV d’abord stagiaire sur l’émission Groland et ensuite aux Guignols de l’info pour enfin atterrir sur la chaîne Comédie où j’ai TOUT appris, alors que mon frère réalisait déjà des courts-métrages qui cartonnaient! Il a très vite enchaîné sur son premier long-métrage où son premier rôle masculin n’était autre que Gérard Depardieu. Quelle fierté!

Dans le film « Comme t’y es belle », on voit Nina , le personne que tu incarnes, essayer de faire un régime pour séduire l’homme qu’elle aime. Est-ce que toi aussi tu es gourmande ?

J’adore manger. J’aime bien cuisiner aussi. Je ne suis pas très « sucré » préférant les plateaux de fromages aux tartes aux pommes. Et oui je dois du coup faire attention. Je ne suis pas de celles qui se goinfrent et ne prennent pas un gramme malheureusement!

Et justement, quel est ton secret pour garder la ligne ?

Le secret: fermer sa bouche!

Enfin, peux-tu nous parler de tes différents projets ? Si tu as des exclus, n’hésite pas, on sait être discret chez Pose Mag!

Mes projets: L’écriture de notre second film avec Herve Mimran que nous adorerions tourner avant la fin 2011.
« Et soudain tt le monde me manque » de Jennifer Devolder
« Le marsupilami » d’Alain Chabat

Propos recueillis par Enrique Lemercier

Credit Photo :  Marcel Hartmann/Contour by Getty Images

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *