LA DOUBLE VIE DE CLEET BORIS & HUBERT MOUNIER! UN DEUX EN UN!

Hubert Mounier, lyonnais plus connu sous le pseudo Cleet Boris, était le membre fondateur et le chanteur de l’emblématique groupe de rock français « L’Affaire Louis Trio », créé en 1981. Il mène depuis le début des années 2000, une carrière solo.
À travers sa BD La Maison de Pain d’Epice aux Ed. Dupuis, il nous livre un témoignage intime des doutes et des joies qui ont accompagné la naissance de son nouveau disque. Entre récit introspectif et clins d’œil à l’univers de la BD, Hubert Mounier signe ici une œuvre sensible, souvent drôle, parfois grave et toujours sincère, au graphisme fluide et poétique.

Hubert bonjour ! Nombreux sont ceux qui vous reconnaissent comme étant le chanteur du groupe l’Affaire Louis Trio… Mais dessinateur de BD, c’est votre première vie finalement ! D’où vous vient cette passion ? Et pourquoi la BD ? Si je vous dis « Strange », vous me répondez ? …

« Strange » ce fut la découverte d’un nouveau monde ! Je lisais déjà Tintin, Spirou, Pif, ou Tarzan, mais l’arrivée des Super-Héros m’a donné des ailes. Gamin, je dessinais des BD où les X-Men côtoyaient Batman! Le dessin a été ma première passion. À 20 ans, j’ai fait de la BD pour promotionner le groupe que je venais de créer. J’ai découvert le plaisir d’être publié dans la revue lyonnaise « ROCK& BD », et d’apprendre à dessiner…

Dans votre première BD, intitulée « j’ai réussi », en 1986, on vous retrouve déjà dessiné en avatar. N’était-ce pas un peu narcissique ? Ou était-ce une stratégie marketing novatrice ?

Ni l’un, ni l’autre. Lorsqu’on est timide, il est préférable de jouer au mégalo, et pratiquer l’autodérision permet d’en dire long sur soi et le système qui nous entoure. C’était marrant de proclamer « J’ai réussi » alors qu’aucune maison de disque ne nous avait encore signé.

Comment définiriez-vous votre style, en sachant qu’il se module et se décline dans chacun de vos ouvrages ?

Je crois que la clarté et le dynamisme sont une constante, quel que soit le projet. Dans « Journal d’un disque », je suis revenu à la Ligne Claire. J’ai l’impression de devoir tout réapprendre à chaque nouveau livre !

Dessinateur et scénariste, n’avez-vous jamais ressenti l’envie de collaborer ?

Je finirai bien par collaborer, mais jusqu’à présent ça n’a pas été le cas. C’était souvent autobiographique, ceci explique cela … mais j’aime toutes les étapes de la création, de la première idée de gag, à la mise en couleur. Et je fonctionne de la même façon en musique ; de l’écriture des chansons, à la pochette, tout m’intéresse.

Vous revenez en force avec une actualité chargée, dès la fin janvier. Un nouveau CD, suivi d’une série de concerts en France, une nouvelle BD et une expo Dessins et BD sur Lyon. Qui en est l’auteur : Cleet Boris ou Hubert Mounier ? À chacun son domaine artistique, pourquoi cette double identité ?

Pour une poignée de fans hardcore, je serai toujours Cleet Boris, le gars de l’ALT et un dessinateur ligne claire des années 80. Comme je ne renie rien, j’assume ma double identité comme Batman, mais sans la cape, ni ma banane d’antan ! Mais c’est Hubert Mounier qui fait tout, et qui paie les factures en plus…

Le 18 février prochain, vous sortez une nouvelle BD, intitulée La maison de pain d’épice – Journal d’un disque aux Editions Dupuis. Une œuvre autobiographique, un journal intime… Qui mieux que vous peut nous inciter à vous lire ? …

Votre libraire, j’espère ! Sans blague, j’ai accepté cette BD parce que raconter moi-même la genèse de mon disque, pendant que j’étais en train de l’écrire, au milieu d’une crise qui fait de gros dégâts ; c’était une occasion unique, et une première aussi ! Directement de la tête de l’artiste, aux yeux et aux oreilles du spectateur, c’était trop attrayant comme projet. J’y ai passé deux ans, et voilà que disque et BD sortent en même temps. C’est une chance ! Je tenais à être authentique et sincère, sans oublier qu’il vaut mieux rire de nos problèmes, dans le boulot comme dans la vie privée.

Vous préparez une exposition « Dessins et Bandes Dessinées », du 15 Mars au 9 Avril 2011, à l’A. del Gallery, située 33 rue Auguste Comte, Lyon 2e. C’est la première fois que vous exposez ?

En effet. C’est Robert Bourasseau qui me l’a proposée, un jour que je découvrais les œuvres de CharlElie Couture, qu’il exposait dans sa galerie. C’est la première fois que je montrerai mes originaux. Je présente les pages et illustrations originales de « La maison de pain d’épice ». Il y a plein de « guest » dans ma BD, des amis, des rencontres, de Benjamin Biolay, Johnny Halliday, à Daho, et aussi des pastiches de vielles couvertures de BD des années 60. Mon petit monde quoi!

Votre univers n’est que BD déclinée en mode visuel pour le dessin, et en mode audition pour les paroles de vos chansons. La symbiose est totale ! Addiction ou passion ?

Plutôt une passion ! Avec l’âge, je maîtrise un peu mieux chaque domaine, et j’ai même eu l’occasion de mettre de la musique en dessin, c’était nouveau. Tout ce que j’aime cohabite et forme un tout. J’ai pu coordonner jusqu’aux visuels de la BD et du disque.

Hubert, de son côté, a repris la route des studios pour enregistrer « La Maison de Pain d’Epice ». Pourquoi ce titre ? Un besoin de douceur, d’innocence et de sincérité dans ce monde de brutes ?

C’est plutôt un clin d’œil narquois à notre monde de brutes, qui devient là une maison de pain d’épice et crée l’envie pour mieux nous manipuler. Le refrain met en garde contre les conséquences, la perte de l’innocence en effet …

De quel univers musical est empreint ce nouvel album ? Qui vous a accompagné à l’écriture et à la musique ?

Comme toujours, j’ai composé et écrit plein de chansons pendant quatre années pas faciles. Donc, j’ai cherché le plaisir en revenant à une certaine légèreté musicale : pas d’orchestrations de cordes ou de cuivres cette fois-ci. Je suis revenu à une pop simple et directe. Benjamin Biolay m’a aidé à faire le tri et l’on a travaillé ensemble sur les bases du disque. Je l’ai terminé à Bruxelles avec d’excellents musiciens.

Benjamin Biolay et Antoine Rajon (ami et manager) vous escortent pour votre grand retour sur scène. On vous sent confiant ! Quelques dates à nous communiquer en avant-première ?

Oui, je suis bien entouré et c’est important ! Mais je n’ai pas encore de dates de concert dans l’immédiat. Peut-être quelques dates acoustiques si on me supplie à genoux (rires)… Ces chansons se prêtent davantage à la scène que mes deux premiers albums, plus intimistes. L’envie de jouer est omniprésente ! Je donnerai, très certainement cet été, un concert au Palais Idéal du Facteur Cheval (Hauterives), qui ressemblera à une belle maison de pain d’épice pour l’occasion !

Où peut-on suivre votre actualité ? Site ? Blog ? Facebook ?

À peu près tout ça ! J’ai un œil dessus. Mais, pour être honnête, je ne blogue pas des masses, je viens du Vingtième Siècle ! Tout est fait à la main !

Sur cette « Chic planète », je vous suggère maintenant « Bois ton café », en attendant le prochain « Succès de larmes » de victoire !

Ça a du bon d’avoir fait quelques tubes (rires) mais l’avenir est toujours ce qu’il y a de plus passionnant.

Propos recueillis par Armelle H.

9 thoughts on “LA DOUBLE VIE DE CLEET BORIS & HUBERT MOUNIER! UN DEUX EN UN!

  1. Bonjour,
    Pas de date de sortie du CD, de la BD?? single  » rien de mieux à faire  » non dispo au téléchargement ? pas de site internet hormis le myspace, pourquoi?

    Merci.

  2. La BD « La maison de pain d’épice » Ed. Dupuis, sortira le 4 Février 2011 et le CD (album du même nom) sortira le 18 Février 2011 Label Naïve. Quant à son peu d’intérêt pour la communication via Internet, il en a expliqué lui-même les raisons dans son interview.
    Encore quelques jours de patience. Merci.

  3. Bonjour,
    j’adorais l’affaire Louis Trio, et j’ai découvert qu’Hubert Mounier sortait un album. Ca c’est une super nouvelle! Où pourra-t’on se le procurer? Je suis lyonnaise et je compte bien aller voir l’expo.
    Merci de votre réponse.

  4. L’affiche de son expo est insérée dans l’article, c’est la dernière. L’exposition se tiendra à l’A.Del Gallery – 33 rue Auguste Comte – Lyon 2e. du 15 mars au 9 avril 2011.
    Son CD sera prochainement en vente, mais vous pouvez d’ores et déjà vous rendre sur myspace, puis sur sa page FB « Hubert Mounier Officiel » où là, il vous dira tout !
    J’espère avoir répondu à vos questions. Bonne soirée !

  5. Quel plaisir de retrouver cette voix en or, depuis l’ALT Hubert Mounier a publier des cd majestueux malheureusement trop peu connus, c’est peut-être l’occasion d’aller y jeter une oreille pour ceux qui ne les connaissent pas en attendant de goûter avec délice ce pain d’épices dont l’odeur laisse déjà présager du meilleur !

  6. Très sympa : j’aime bien le disque et aussi les dessins, tout cela recommandé par Philippe Chambon (très bon agent !). Bravo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *