Le soda, un guilty pleasure qui peut être responsable

En grand passionné de soda que je suis et plus particulièrement de Cola (Max ou Zéro), je n'ai pas pu résister lorsque j'ai appris que Sodastream lançait sur le marché une collaboration avec Pepsi. Je me suis souvent remis en question par rapport à cette addiction, notamment parce qu'une consommation régulière de soda induit forcément un impact réel sur l'environnement avec des bouteilles en plastique qui envahissent nos poubelles jaunes. Sodastream vient donc contrer cette problématique en proposant désormais de retrouver le goût de nos boissons préférées à la maison. 

On y retrouve Pepsi, Pepsi Max, 7up et 7up free, à consommer avec plaisir mais de manière responsable. N'oublions pas que 80% de tous les déchets présents dans nos océans sont des déchets d'origine plastique. En 2050, il y a aura plus de pastique que de poissons dans les océans. C'est donc rassurant de voir des grandes marques essayer de faire bouger les choses et de trouver des alternatives. Les modes de consommations doivent changer. 

C'est donc pour cela qu'avec Sodastream, on peut continuer à se faire plaisir tout en réduisant de manière considérable sa consommation de cannettes et de bouteilles plastiques. 

Des bouteilles Sodastream Pesi et 7up sont également disponibles et sont réutilisables pendant 3 ans. L'alternative parfaite au plastique et qui permet d'emporter son soda partout avec soi. La MOB permet un usage nomade de ses boissons préférées tout en conservant le côté pétillant des boissons. Elle a un design moderne et sobre, bien plus jolie qu'une bouteille pastique. 

Pas besoin d'en dire plus pour vous prouver que je suis d'ores et déjà convaincu.  

Voici les infos pratiques sur cette nouvelle Sodastream et cette collaboration avec le groupe Pespico (disponible depuis mars 2020) :

Prix des concentrés : 5,99€ / bouteilles réutilisables : 9,99€

Disponible en GMS au rayon petit-électroménager, dans les magasins d'électroménager et sur le site Internet sodastream.fr.

Informations

Articles similaires

François-Xavier Demaison

Acteur au talent d’humoriste indéniable, François-Xavier a suivi la classe libre du Cours Florent, comme on accède à la case départ avant toute ascension. On lui confie très vite quelques petits rôles, avant de s’imposer aux côtés d’anciens membres de la Troupe du Splendid comme Thierry Lhermite dans « Ca se soigne ? » réalisé par Laurent Chouchan, et le trio Jugnot, Balasko, Clavier dans « L’Auberge Rouge » de Gérard Krawczyk. Antoine de Caunes lui offrira son premier rôle dans « Coluche, l’histoire d’un mec ». Son impressionnante composition lui vaudra d’être nominé aux Césars dans la catégorie « Meilleur Acteur ». Dès lors, il ne cesse d’enchaîner les tournages, mais n’oublie pas pour autant son terrain de prédilection : la comédie. Après « Demaison s’envole », son premier one man show qui lui valut d’être nominé aux Molières 2008 comme meilleur « Seul en Scène », il nous revient enfin avec « Demaison s’évade ! ». Programmé à la Gaîté Montparnasse depuis le 20 septembre 2011, il enchaîne aujourd’hui une tournée dans plusieurs villes de France.

Lire

Inna Modja

Inna Modja est en vedette de notre dixième numéro. Cette jeune chanteuse a su conquérir le public français avec « French cancan », le premier single issu de son second opus. Après quelques années d’expérience en tant que mannequin, c’est avec une aisance certaine qu’elle a posé devant l’objectif de notre photographe. Entre deux poses, elle a a accepté de répondre à nos questions.

Lire

Sara Martins

D’origine capverdienne, Sara Martins grandit à Lyon et suit une formation de danse classique à l’Opéra dans cette même ville. Passionnée de théâtre, elle intègre ensuite l’option art dramatique au lycée Saint-Exupéry. Engagée sur la pièce « Le Radeau de la Méduse », mise en scène par Roger Planchon, cette expérience déterminante influencera son départ pour Paris, afin d’intégrer le Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique. Pendant ces trois ans d’école, elle commence à tourner aux côtés d’Olivier Marchal dans la série « Police District » de 1999 à 2002. Puis elle enchaîne les expériences de théâtre dans « Minetti » de Thomas Bernhard, « Le costume » de Peter Brook, « Les trois sœurs » de Tchekhov. Entre deux pièces, elle poursuit sa carrière à la télévision et se fait remarquer dans « Par amour » d’Alain Tasma, pour lequel elle obtient le prix du meilleur espoir féminin au Festival de Luchon en 2003. Sara ne revendique pas son côté fan de séries télévisées, bien au contraire, puisque la télévision lui a offert de beaux rôles dans « Les tricheurs » avec Pascal Légitimus et Leïla Bekhti, « Les mariées de l’Isle Bourbon » d’Euzhan Palcy, « Merci les enfants vont bien » de Stéphane Clavier et « Pigalle, la nuit » diffusée sur Canal+. BBC One diffuse actuellement, « Death in Paradise » ; série dans laquelle elle a obtenu le rôle principal.

Lire