Melange Paris

Savant mélange entre un univers streetwear et créateur, Mélange Paris est une nouvelle marque de prêt-à-porter qui fait du bien ! Quel plaisir en effet de découvrir de nouvelles pièces originales qui viennent varier l’offre parfois trop uniforme de ce que l’on peut trouver actuellement sur le marché. Nous sommes donc partis à la rencontre de Yann, le créateur de la marque.

Savant mélange entre un univers streetwear et créateur, Mélange Paris est une nouvelle marque de prêt-à-porter qui fait du bien ! Quel plaisir en effet de découvrir de nouvelles pièces originales qui viennent varier l’offre parfois trop uniforme de ce que l’on peut trouver actuellement sur le marché. Nous sommes donc partis à la rencontre de Yann, le créateur de la marque.

Peux-tu nous faire un résumé de ton parcours jusqu’à la création de Mélange Paris ?

J’ai travaillé 10 ans dans le développement informatique en tant que chef de projet.

Pourquoi as-tu décidé de créer ta marque ?

MELANGE est à la base un studio de création. J’ai créé la structure avec ma femme Kelly et mon ami Antoine Magnien. Nous évoluons dans divers domaines tels que la direction artistique, la photographie, le graphisme et la mode.

J’ai décidé de me lancer dans cette aventure car j’ai toujours eu un esprit créatif et j’étais un peu frustré de ne pas pouvoir m’exprimer totalement sur ce terrain. L’idée qui m’a porté est d’allier savoir traditionnel avec une vision contemporaine et proposer des produits durables, originaux avec une pointe d’excentricité, mais à des prix abordables. Nous travaillons avec des artisans, des ateliers et des fournisseurs français, anglais et italiens qui ont des savoir-faire d’excellence.

Tu as ouvert il y a quelques mois une première boutique dans le 10ème arrondissement, à deux pas du Canal Saint Martin. Pourquoi le choix de ce quartier ?

Le choix du quartier du Canal Saint Martin s’est fait un peu par hasard mais très naturellement. Nous avons eu l’opportunité de reprendre un local et la décision a été assez instinctive. J’adore ce quartier car il est mélangé avec une belle diversité et un joli dynamise. J’ai passé des moments mémorables autour du canal.

Qui est le client type de ta marque ?

Nous avons plusieurs type de clients chez MELANGE : la jeunesse parisienne du quartier qui veut s’habiller avec des pièces simples, confortables et originales. Des clients parisiens plus âgés qui sont à la recherche de produits de qualité. Et nous avons une clientèle étrangère qui sont friands du made in France.

Si demain tu avais la possibilité de faire une collection capsule avec la marque de ton choix, ça serait laquelle ?

Il y a plusieurs maisons dont j’apprécie beaucoup le travail et qui ont des styles bien différents. Je pense que ça serait cool de travailler avec Lacoste car nos univers peuvent bien se marier. Ca serait bien évidement génial de bosser avec une grande maison comme Chanel ou Valentino.

Quels sont tes projets pour la suite ?

A l’avenir nous pensons à ouvrir doucement la distribution à des multi-marques sélectionnés car la demande est forte. Nous aimerions aussi présenter nos collections lors de défilés. Nous avons aussi des projets propres au studio qui ne sont pas liés à l’univers de la mode et que nous souhaitons développer.

Informations

Articles similaires

Hande Kodja

Actrice belge, Hande s’est spontanément dirigée vers le théâtre, après avoir pratiqué 12 ans de piano et 4 ans de violon. Après avoir intégré l’académie de Waterloo, en Belgique, puis les cours Forent, elle sera admise au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris. Sa vie est depuis rythmée par les tournages qu’elle enchaîne. Quelques longs métrages, dont « Meurtrières » en 2005, qui fut sélectionné à Cannes (Un Certain Regard) et obtient le Prix du Président du Jury. Dans « Mon prince charmant » de Jean-Paul Civeyrac, elle est sélectionnée aux Talents Cannes pour le rôle de Cécile. Elle a également joué Louise, dans « Capitaine Achab » de Philippe Ramos, et la fille d’André Dussolier et Miou-Miou dans « Affaire de famille » de Claus Drexel. « Marieke », interprétée par Hande et réalisée par Sophie Schoukens sortira en salle le 28 mars prochain. Elle sera aux côtés de Barbara Sarafian et Jean Decleir. Ce film nous retrace l’histoire d’une jeune femme qui vit avec sa mère, incapable d’éprouver des sentiments depuis la mort de son mari écrivain. Marieke travaille le jour dans une chocolaterie, et s’évade la nuit dans les bras d’hommes beaucoup plus âgés, ce qui la rend plus forte, plus libre, mais lui procure par-dessus le sentiment d’être aimée. Jacoby, éditeur, vient chercher le dernier manuscrit de son père. Cette rencontre va briser son équilibre déjà fragile…

Lire

Mehdi Nebbou

Acteur national et international, Mehdi est né en France d’une mère allemande et d’un père algérien. A l’âge de 18 ans, il ne partira pas à Paris, comme tant d’autres, pour réaliser sa passion, mais à Berlin. En 1994, il intègre l’Académie du Cinéma pendant 5 ans et se destine à une carrière de réalisateur. La vie en décidera autrement… Un étudiant de l’école de Cinéma lui propose de passer des essais et il obtient l’un des rôles principaux. Le film « My Sweet Home » de Filipos Tsitos, qui lui vaut son premier rôle, fut le seul film allemand présenté en compétition au Festival de Berlin en 2001. Il poursuit sa route, alternant les petits boulots en tant que technicien dans le cinéma, monteur de films documentaires et acteur dans différentes productions allemandes. En 2004, « Seeds of doubt » (Présumé coupable) de Samir Nasr remportera le Golden Gate Award (prix du meilleur film) au Festival de San Francisco, dans lequel l’interprétation de Mehdi y est remarquable. « Schläfer » de Benjamin Heisenberg, dans lequel il a obtenu le premier rôle, est encensé par la critique et remporte la section « Un certain regard », au Festival de Cannes en 2005.

Lire

Armelle H.

Elle alimente régulièrement la rubrique « Homme, Femme, Mode d’Emploi » sur Pose Mag, et elle aime aussi mener l’enquête auprès des personnalités, en leur posant plein de questions, pour vous lecteurs. Ces deux domaines, c’est le cœur du nouveau livre publié récemment par Armelle, « Armelle H., rédactrice pour Pose Mag ». Un caractère bien trempé, mais une capacité d’adaptation remarquable, un brin féministe (ce n’est pas moi qui le dis, ses chroniques parlent d’elles-mêmes), très impliquée et très professionnelle dans son travail, Armelle participe à l’aventure Pose Mag depuis le tout début. Afin d’en savoir plus sur ce projet, nous avons décidé d’inverser les rôles, et de la placer non pas dans le rôle de la journaliste qui pose les questions, mais cette fois dans celui de la personnalité qui y répond. Voici ce qu’elle nous a confié.

Lire