Melange Paris

Savant mélange entre un univers streetwear et créateur, Mélange Paris est une nouvelle marque de prêt-à-porter qui fait du bien ! Quel plaisir en effet de découvrir de nouvelles pièces originales qui viennent varier l’offre parfois trop uniforme de ce que l’on peut trouver actuellement sur le marché. Nous sommes donc partis à la rencontre de Yann, le créateur de la marque.

Savant mélange entre un univers streetwear et créateur, Mélange Paris est une nouvelle marque de prêt-à-porter qui fait du bien ! Quel plaisir en effet de découvrir de nouvelles pièces originales qui viennent varier l’offre parfois trop uniforme de ce que l’on peut trouver actuellement sur le marché. Nous sommes donc partis à la rencontre de Yann, le créateur de la marque.

Peux-tu nous faire un résumé de ton parcours jusqu’à la création de Mélange Paris ?

J’ai travaillé 10 ans dans le développement informatique en tant que chef de projet.

Pourquoi as-tu décidé de créer ta marque ?

MELANGE est à la base un studio de création. J’ai créé la structure avec ma femme Kelly et mon ami Antoine Magnien. Nous évoluons dans divers domaines tels que la direction artistique, la photographie, le graphisme et la mode.

J’ai décidé de me lancer dans cette aventure car j’ai toujours eu un esprit créatif et j’étais un peu frustré de ne pas pouvoir m’exprimer totalement sur ce terrain. L’idée qui m’a porté est d’allier savoir traditionnel avec une vision contemporaine et proposer des produits durables, originaux avec une pointe d’excentricité, mais à des prix abordables. Nous travaillons avec des artisans, des ateliers et des fournisseurs français, anglais et italiens qui ont des savoir-faire d’excellence.

Tu as ouvert il y a quelques mois une première boutique dans le 10ème arrondissement, à deux pas du Canal Saint Martin. Pourquoi le choix de ce quartier ?

Le choix du quartier du Canal Saint Martin s’est fait un peu par hasard mais très naturellement. Nous avons eu l’opportunité de reprendre un local et la décision a été assez instinctive. J’adore ce quartier car il est mélangé avec une belle diversité et un joli dynamise. J’ai passé des moments mémorables autour du canal.

Qui est le client type de ta marque ?

Nous avons plusieurs type de clients chez MELANGE : la jeunesse parisienne du quartier qui veut s’habiller avec des pièces simples, confortables et originales. Des clients parisiens plus âgés qui sont à la recherche de produits de qualité. Et nous avons une clientèle étrangère qui sont friands du made in France.

Si demain tu avais la possibilité de faire une collection capsule avec la marque de ton choix, ça serait laquelle ?

Il y a plusieurs maisons dont j’apprécie beaucoup le travail et qui ont des styles bien différents. Je pense que ça serait cool de travailler avec Lacoste car nos univers peuvent bien se marier. Ca serait bien évidement génial de bosser avec une grande maison comme Chanel ou Valentino.

Quels sont tes projets pour la suite ?

A l’avenir nous pensons à ouvrir doucement la distribution à des multi-marques sélectionnés car la demande est forte. Nous aimerions aussi présenter nos collections lors de défilés. Nous avons aussi des projets propres au studio qui ne sont pas liés à l’univers de la mode et que nous souhaitons développer.

Informations

Articles similaires

Julie Gali

Julie Gali a écrit et réalisé un premier documentaire intitulé « ILLEGAL LOVE » portant sur la Proposition 8 en Californie, diffusée très récemment sur Canal +. Dans un concept plus artistique, elle est également la réalisatrice prise de vues et la directrice artistique d’un documentaire exclusif sur Lady Gaga interviewée par Jean-Paul Gaultier : « GAGA by GAULTIER ». Elle aborde avec une aisance et un style incroyable, des sujets d’actualités brûlants, avec une écriture moderne. Elle est de plus dotée d’une ligne artistique forte, originale et novatrice. Ses deux créations très remarquées ont été diffusées chacune en Europe, aux Etats-Unis et à travers le Monde.

Lire

Alysson Paradis

Vous l’avez bien compris, il ne suffit pas d’être la fille ou la sœur « de » pour s’imposer dans le monde artistique. Alysson, qui n’est autre que la sœur de Vanessa Paradis, ne doit son talent qu’à elle-même. Battante, elle mène son propre combat au théâtre, comme au cinéma. A chacun son destin ! Son bac en poche, Alysson monte à Paris avec un objectif en tête : suivre des cours de théâtre. S’ensuivront des tournages de courts et moyens métrages, jusqu’au jour ou Rodolphe Marconi lui offre un rôle dans « Le dernier jour », aux côtés de Gaspard Ulliel et Mélanie Laurent. Depuis, elle a tourné pas moins de sept films dont « A l’intérieur » avec Béatrice Dalle, de Julien Maury et Alexandre Bustillo, dans lequel elle obtint le rôle principal (en sélection à la Semaine de la Critique à Cannes en 2007). Rappelons également « Thelma Louise etChantal » de Benoît Petré, « Camping 2 » de Fabien Onteniente et « L’enfance d’Icare » d’Alexandre Lordachescu. Pour l’heure, nous aurons tout loisir de la retrouver dans la série télévisée « QI » d’Olivier de Plas, diffusée sur Orange Cinémax. Elle y incarne Candice, une jeune star du X qui décide de mettre un terme à sa carrière afin de suivre des études de philosophie. « Une série qui va du corps vers l’esprit ! » Jusqu’au 14 avril, elle était au Théâtre l’Archipel où elle jouait dans « Salle de Profs » de Samia Webre, mis en scène par Samy Berry, aux côtés d’Audrey Garcia et Yannick Mazzilli.

Lire

Victoria Bedos

Après le père, Guy Bedos et le fils, Nicolas Bedos, nous demandons la fille ! Victoria ! Miss touche-à-touche incontestable, elle excelle à travers la plume et la décline en mode écrivain (« Le Déni » Ed. Plon), chanteuse, journaliste (Télécinéobs, Inrockuptibles, Glamour), scénariste et dialoguiste pour séries ou téléfilms (Canal+, M6, France2,…) et comédienne (cinéma, télévision, théâtre). Peu importe le support ! Elle se lance dans l’aventure musicale avec son acolyte Olivier Urvoy de Closmadeuc et ensemble ils créent « Vicky Banjo ». Il compose, elle écrit (encore et toujours) et se produisent sur les grandes scènes parisiennes (Casino de Paris, Cigale, Trianon, …). En parallèle, elle rédige son premier long métrage « La famille Bélier » avec Stanislas Carré de Malberg dont le tournage débutera au printemps 2013, sous la houlette d’Eric Lartigau. Le scénario quasi bouclé, elle se lance alors dans l’écriture d’une série « Les Mal-Aimés », une comédie basée sur le monde des huissiers, dans laquelle elle incarnera le rôle principal. Dans la peau de Linda, elle interprète une coach excentrique dans Gym Couine (mini-fiction de 1’40’’) écrit et réalisé par Sébastien Haddouk. Nous l’avons retrouvée récemment dans un programme intitulé « Linda folle du désert », bien décidée à prendre ses quartiers d’automne dans le désert marocain. FYI, le générique de Gym Couine est signé Vicky Banjo, of course !

Lire