Maurane

Le Monde est peut-être Stone mais Maurane, Ça casse encore et toujours ! Portée durant deux ans dans sa tournée Nougaro, par un triomphe auquel elle ne s’attendait pas, Maurane nous revient aujourd’hui avec un nouvel album intitulé « Fais-Moi une Fleur ». Des titres tout en parfum, en couleur, en senteurs diverses que nous vous invitons à découvrir… encore et encore !

Maurane bonjour ! À quelques jours de la sortie de votre nouvel album «Fais-Moi une Fleur » que ressentez-vous ? Soulagement, Excitation, Fierté, Reconnaissance, Appréhension ? …

De l’excitation certes, mais une grande reconnaissance également. Dans un premier temps, je remercie Jean-Philippe Allard de m’avoir quelque peu entraînée dans cet enregistrement made in N.Y., moi qui n’ai pas vraiment de rêve américain. Cet album c’est aussi son bébé !

De l’appréhension ? Je m’attends à tout et à rien, mais si j’en juge par les premières réactions, l’album reçoit déjà un accueil qui laisse présager de bonnes retombées. Tout va bien !

Ce nouvel opus est l’accomplissement d’un travail minutieux auquel ont collaboré de nombreux artistes français et quelques pointures musicales. À quel moment, avez-vous inséré votre note personnelle dans chacun de ces 12 titres ?

Dans l’interprétation, à chaque fois que je posais ma voix sur un texte, une musique. J’ai eu une chance inouïe de travailler durant 6 jours avec des musiciens talentueux et humbles et avec des réalisateurs tels que Gil Goldstein (Paul McCartney, Bobby McFerrin, Richard Galliano, Michel Petrucciani,…) et Jay Newland (Norah Jones, Eddy Mitchell, …). Quel privilège !

Quel bonheur de retrouver tous ces rythmes que vous affectionnez tant ! Jazz, Reggae, Ska, Tango, … Ça swing avec une énergie impressionnante, quel est le secret de votre dynamique ?

Le secret ? Vous savez, lorsque vous devez enregistrer tout un album en 6 jours, vous n’avez pas le choix. Pas le temps de se reposer sur ses lauriers. En 3, 4, 2 vous attaquez ! Vous faites tout, sauf réfléchir. Je suis une éternelle optimiste, elle est sans doute là ma dynamique !

« Je me sens bien » est un copier/coller d’une Maurane qu’on ne soupçonnerait pas. Quelle est cette euphorie naissante ? Vous marchez à quoi ? (lol !)

Je marche à l’eau pétillante, pourquoi ? C’est Juliette qui m’a écrit cette chanson, c’est vrai que je m’y retrouve un peu. Il est aussi agréable de se complaire dans un bonheur soudain, qu’il est détestable de se lamenter sur son propre sort, non ? Je suis comme tout le monde, j’ai mes hauts et j’ai mes bas.

Les femmes aujourd’hui abordent la cinquantaine en toute assurance. Elles semblent plus épanouies et plus affirmées que jamais à se réaliser. Redoutez-vous le temps qui passe ou le provoquez-vous en vous défiant chaque jour ?

Absolument pas. À 40 ans, je disais que la vie était belle. À 50 ans, je la trouve plus magnifique encore. Plus le fruit est mûr, plus il prend de la valeur ! Chaque jour pour moi est un jour nouveau. En dehors des programmations de tournée, je ne fais pas de projets à long terme. Je savoure chaque jour et ne redoute pas le temps qui passe. OK je vous l’accorde, je ressens quelques effets indésirables comme une perception visuelle plus capricieuse, des muscles un peu douloureux le matin au réveil, quelques rides par-ci, par-là, … mais rien de tout cela n’obscurcit ma joie de vivre au quotidien.

Vos parents sont-ils les principaux responsables de votre carrière artistique ? Avec une mère pianiste et un père, directeur au conservatoire, le formatage semblait irréversible, non ? N’avez-vous jamais envisagé de vous destiner à une autre carrière ?

Non. Petite, mes siestes étaient bercées par Ravel, Debussy et Bach, alors… Je suis née dans la musique, ce n’est pas anodin.

Mais il est vrai qu’aujourd’hui je me sens attirée par d’autres professions artistiques. Le maquillage, par exemple, j’adorerais sculpter des visages, les embellir. Ou devenir fleuriste car j’adore les fleurs ! Mais ça m’obligerait à me lever tôt et je ne suis pas matinale. Ou bien me lancer dans la peinture… Ou écrire un deuxième ouvrage… un roman, pourquoi pas ? Plus tard peut-être, car mes priorités sont ailleurs aujourd’hui.

Maurane, artiste talentueuse, certes, mais également femme généreuse et sensible. Vous défendez différentes associations caritatives comme les Restos du Cœur, Sol en Si, Laurette Fugain, mais également Make-A-Wish, de quoi s’agit-il exactement ?

Make a wish, qui signifie « Fais un vœu », s’emploie à réaliser les souhaits d’enfants de 3 à 18 ans atteints d’une maladie très grave. Pour la 4e année consécutive, je suis marraine de cette association et nous présenterons le 9 décembre, à Bruxelles, un nouveau spectacle, dont le thème sera le cinéma. Je m’investis alors en tant que chef d’orchestre, à réunir différents artistes, pour le grand soir. Spectacle que je présenterai et dans lequel je chanterai également. Mais quel bonheur de voir les yeux de tous ces enfants rivés sur la scène et vous éclairer de leurs lueurs !!! C’est ça aussi la magie du spectacle ! Apportez du bonheur à des enfants que vous n’êtes pas certains de revoir l’année suivante, vous renvoie obligatoirement aux vraies valeurs.

Quel projet vous tenterait aujourd’hui ? Un rôle dans une comédie musicale ? De nouveaux duos ? Une nouvelle interprétation au cinéma ?

En 2009, Jean Becker m’a offert un rôle merveilleux dans « La tête en Friche » que je n’aurais refusé pour rien au monde. On ne ressort pas indemne d’une œuvre telle que celle-ci. Il m’a fallu jongler entre le tournage et ma tournée Nougaro. Ce fut éprouvant, mais fort enrichissant !

Votre fille Lou, aujourd’hui âgée de presque 18 ans, suit-elle la trace de sa maman ? L’encouragez-vous dans ce sens ?

Lou est très littéraire, elle lit énormément, se cultive par elle-même et fréquente souvent la bibliothèque. Cinéphile également, elle se dirige vers une école de cinéma et prépare actuellement ses examens. Elle avait souhaité intégrer une école de journalisme, mais s’oriente désormais vers l’Institut des Arts Audiovisuels. Elle désire intégrer l’IAD (Institut des Arts de Diffusion) de Bruxelles. Evidemment, je la soutiens dans ses choix puisqu’ils correspondent à sa passion.

Du 3 au 5 Novembre, vous vous produirez à l’Alhambra à Paris, avant d’entamer votre tournée « Fais-Moi un Swing » en France, en Belgique et dans les pays francophones. La scène, aboutissement d’un nouvel album, vous attend. Qu’éprouvez-vous à chaque nouveau départ, en partance pour de nombreux concerts, de ville en ville ?  

Je suis super excitée. J’ai 8 ans d’âge mental. J’ai un trac de folie, mais c’est si jouissif ! Sur scène, je me sens Belle et Bien dans ma peau ! Le bonheur m’attend ! Je vous attends !

Merci Maurane et à très vite de vous revoir sur scène !

Informations

Articles similaires

Corson

Alain, alias Corson, est un artiste au talent et à la sensibilité exacerbés. Passionné par la musique depuis son plus jeune âge, il est passé par divers styles de musique, comme le chant lyrique, mais aussi le rock funk… Après un parcours riche et varié, il se lance désormais dans une carrière musicale en solo, avec un premier titre « We’ll come again », qui a déjà conquis le grand public. Le single sort aujourd’hui en version digitale. Nous en avons profité pour interviewer l’artiste, afin d’en savoir plus sur lui.

Lire

Laëtitia Dana

Laëtitia Dana. Qui est-elle ? D’où vient-elle ? Cette artiste, auteur-compositeur, nous livre aujourd’hui son premier single « Courant d’air ». Son univers Nu-Soul, Jazz, Hip Hop nous emporte sans détour au fil de ses mélodies qui lui collent à la peau. Laëtitia Dana est bien déterminée à faire de son album le reflet de son âme. Attachée à ses racines africaines, bien que née à Paris, elle ose s’imposer dans son répertoire personnel nous livrant ainsi quelques bribes de sa personnalité et de son métissage. Un vent de fraîcheur souffle sur la scène française dans l’attente impatiente de découvrir enfin son premier album, annoncé pour octobre 2012. Rencontre avec une artiste pétillante, élégante, solaire, dotée d’une énergie bluffante !

Lire

Laurence Arné

Franco-hollandaise, Laurence pratique dès l’enfance la danse, le piano et le chant au conservatoire d’Angoulême. Ses premiers pas dans le monde artistique la poussent spontanément à regagner Paris, en 2003, pour poursuivre dans cette voie. Elle s’inscrit au Studio 34 (École de théâtre), mais ne néglige pas pour autant ses études de sociologie et de sciences des médias. Une chose est certaine : elle aime faire rire ! Laurence se lance alors dans l’écriture de son one woman show, se met en scène et interprète son spectacle en 2006 au théâtre Le Bout. Très vite repérée, Laurent Ruquier l’engage pour sa nouvelle pièce « Open Bed » aux Bouffes Parisiennes. S’ensuit une collaboration avec Dominique Farrugia sur TPS Star, dans l’émission « Le Soiring », aux côtés de Manu Payet et Bruno Guillon. En 2009, Dominique Farrugia produit lui-même son nouveau talent du rire, au théâtre des Blancs Manteaux. 2010 la mènera au cinéma où elle fera ses débuts dans une comédie romantique « L’amour c’est mieux à deux » de Dominique Farrugia (encore et toujours !) et d’Arnaud Lemort. Humoriste et désormais actrice de talent, elle enchaînera ensuite dans « Moi, Michel G, Milliardaire, Maître du monde » de Stéphane Kazandjian et dans, « Un jour mon père viendra » de Martin Vallente.

Lire