NIKKI YANOFSKY

Nikky Yanofsky

Vent de fraicheur sur la scène jazz internationale : Nicole Yanofsky, mieux connue sous le surnom de « Nikki », nous revient avec un album intitulé « Little Secret ». Tels les plus grands, le talent de Nikki éclate au grand jour très tôt et Quincy Jones ne tardera pas à s’en emparer. La jeune étoile canadienne n’a pas fini de faire parler d’elle. 

Comment est-ce que tu as mis un pied dans la musique ? Est-ce que tes parents travaillent dans la musique ou sont eux aussi chanteurs ?

Non personne dans ma famille n’est chanteur. Ca s’est fait parce que j’ai toujours voulu chanter… J’ai commencé par faire beaucoup de concerts dans ma ville natale vers l’âge de dix ans. Le créateur du Festival de Jazz de Montréal était à un de ces concerts, il m’a entendu chanter et m’a demandé de faire l’ouverture du Festival et voilà !

Tu es jeune et tu as déjà accompli beaucoup de choses. Ton talent a été reconnu très tôt, dès l’âge de 12 ans. Qu’est ce que ça t’as apporté d’avoir autant de succès si jeune ?

Ca m’a permis de faire ce que j’aimais mais aussi de travailler dur. Il est important que chaque opportunité que tu as, se conjugue avec beaucoup de travail.

Qu’est-ce qui a changé dans ta musique en grandissant ?

Les paroles, mon écriture ont beaucoup mûri… Je me suis améliorée à force d’écrire si souvent et je me sens plus à l’aise avec mon écriture. Je pense que ce qui s’est beaucoup amélioré aussi, c’est la perception que j’ai de moi même et de qui je suis en tant qu’artiste et chanteuse. Alors qu’avant je n’avais pas nécessairement de style…

Comment as-tu réussi à gérer l’école et la musique ?

Mon école m’a beaucoup soutenue et j’ai géré toute seule. Je prenais du travail que je faisais sur la route et quand je revenais je rattrapais mon retard…

Tu chantes parfois en français. Qu’est-ce qui détermine le choix de la langue ?

Sur cet album il y a « Necessary Evil » en français. J’aime chanter en français car j’estime que c’est important de montrer à mes fans français que je les apprécie. Et le français est la seule langue que je parle avec l’anglais ! C’est plus facile de chanter en français que de parler français ! Par contre, je ne fais la version française qu’en France, et la version anglaise partout ailleurs.

Tu es définie comme chanteuse jazz. Est-ce qu’il y a un autre style musical dans lequel tu aimerais briller ?

Non ! J’apprécie tous les styles de musique mais je pense que le jazz est ce que je préfère chanter. Cet album n’est pas un album de jazz pur, c’est du jazz qui est plutôt accessible.

Il y a quelque chose de très vintage dans ta musique en général et dans ton nouveau titre « Something new ». Est-ce qu’il y a une époque qui t’inspire en particulier ?

Oui les années 60 ! J’adore cette époque, sa mode, sa musique et je pense que c’était une chouette époque pour les femmes et en général.

Tu travailles maintenant avec Quincy Jones, est-ce comme un nouveau départ ? Qu’est ce qu’il t’a appris ?

J’ai beaucoup appris de lui, en étant à ses côtés, en travaillant avec lui, en écoutant les histoires qu’il raconte sur sa carrière et sur les choses qu’il a apprises durant cette carrière. C’est génial de se voir transmettre ces connaissances et de pouvoir les reproduire. Il dit que la musique ne peut jamais être plus ou moins que ce que tu es en tant que personne. J’adore cette phrase, c’est très intelligent. C’est pour ça que j’essaie de faire de la musique qui me représente.

Nikky Yanofsky - Little secret

Avec quel artiste rêverais-tu de collaborer ?

Stevie Wonder, j’ai déjà travaillé avec lui mais je n’ai jamais enregistré avec lui. J’adorerais faire ça, c’est mon favori ! J’adore aussi Paul McCartney, les Beatles est mon groupe préféré. Comme artistes plus contemporains, Bruno Mars. Je l’adore, il est fantastique. J’adorerais écrire avec lui et travailler avec son équipe de production qui est géniale. Pharrell… J’adore sa production et il a vraiment une patte particulière, tu peux toujours dire si c’est lui même s’il ne chante pas. Tu vois cette nouvelle chanson d’Ed Sheran ? J’ai dit à une amie, « On dirait du Pharrell »  et elle m’a répondu « C’est parce que c’est lui qui la produit ! ».

Tu as écrit une chanson intitulée « Bang » et tu espères maintenant qu’elle puisse être utilisée dans un film James Bond. Qu’est-ce qui te plait dans l’idée d’avoir ta musique dans ce fameux film ?

Cette chanson je ne l’ai pas écrite en me disant « Je vais écrire une chanson de James Bond » mais c’est vrai qu’au final ça y ressemble car je suis beaucoup inspirée par ces films, j’aime tout l’héritage qu’ils contiennent. C’est très classique et je pense que c’est ce qui retient mon attention, j’aime aussi les choses un peu mystérieuses et ça l’est…

Tu as chanté pour les JO de Vancouver, comment est-ce arrivé ? Est-ce que ça représentait un challenge ?

Ca s’est fait car on m’a demandé une chanson thème pour les jeux Olympiques, ça a plu et on m’a demandé de faire l’hymne par la même occasion. Ce n’était pas vraiment un challenge, je n’avais pas peur de chanter car je pense que quand on est préparé on n’a pas de raisons d’être nerveux, mais je n’étais pas préparée à marcher avec des talons aussi hauts ! Donc j’avais peur de tomber ! Mais je ne suis pas tombée. Je suis un boulet, je trébuche toujours sur tout !

Tu vis toujours à Montréal chez tes parents. Quelle serait ta ville rêvée une fois le cocon familial quitté ?

Montréal ! J’adore Montréal, New York et Miami. « Soft Beach » à Miami est super cool.

Tu es aujourd’hui dans la capitale de la mode, quelle est ta marque française préférée ?

J’adore les trois magasins Sandro, Maje et Claudie Pierlot ! Il y a tellement de bonnes marques ici. J’aime ce qui est classique, surtout chez Claudie ils ont beaucoup de trucs rétro.

Remarque de fille mais tu as vraiment de beaux cheveux ! Quel est ton secret ?

C’est important d’en prendre soin ! J’ai les cheveux très bouclés naturellement, je les sèche mais j’essaie d’utiliser un séchoir et pas un fer à boucler parce que ça les abîme… L’huile de noix de coco est bonne aussi, je le fais une fois par mois, ça les maintient en bonne santé. J’en mets partout le soir avant d’aller me coucher ou avant d’aller faire du sport…

Une chose que tu prends toujours avec toi en tournée ?

Quand je peux j’adore prendre mon chien ! Il ne peut pas venir ici car c’est un processus ennuyeux mais au Canada je le prends partout avec moi. C’est un petit caniche !

Propos recueillis par Alice Puissesseau

Suivez l’actu de Nikki Yanofsky sur sa page Facebook.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *