ELIE SAAB, EN DEUX MOTS

 Elie Saab fall winter 2015

Pour ceux et celles qui ne le connaitraient pas encore, Elie Saab est un génie de la mode né à Beyrouth en 1964. C’est seulement à l’âge de neuf ans qu’il esquisse ses premiers croquis et réalise des robes pour ses sœurs, puis très vite, pour les femmes de son quartier.

Du haut de ses 18 ans, l’autodidacte Elie ouvre son premier atelier de couture à Beyrouth ayant à sa charge une douzaine d’employés. Après avoir présenté sa première collection à un public féminin, son succès ne s’est pas fait attendre et a franchi la vitesse de l’éclair les frontières du Liban.

Les robes Elie Saab sont alors de plus en plus demandées par les femmes de la haute société. Après avoir été invité par la Chambre Syndicale de la Haute Couture à Paris en 2000 à présenter quatre collections par an, il intègre cette institution réputée en 2006. C’est en 2007 qu’il élit domicile dans le triangle d’or pour sa boutique et ses salons de couture français.

La journée portes ouvertes

Elie Saab Press day

Jeudi 10 avril se tenait la journée portes ouvertes Elie Saab en vue de présenter la nouvelle collection Prêt-à-Porter et Accessoires Automne-Hiver 2014/2015. Sur les coups de 15h je foule donc les pavés de l’Avenue Raymond Poincaré. Après avoir été accueillie chaleureusement par Gwenn Decca (International Press Office Manager chez Elis Saab), c’est sur le titre de Ben Pearce « What I Might Do » que j’ai pu commencer à admirer la nouvelle collection d’un de mes créateurs favoris. J’ai sous les yeux trois portants avec des tenues aux tons variant entre bordeaux, vert sapin, rose poudré et noir. Je suis tout de suite attirée par ces couleurs profondes et ces formes épurées et si distinguées qui caractérisent le créateur. Comme à son habitude, Elie Saab nous propose une somptueuse collection de robes courtes et longues avec des décolletés parfaitement étudiés qui subliment le corps de la femme. S’y mélangent des combinaisons d’une classe inégalable. La broderie est omniprésente et Beyrouth n’est jamais bien loin. Parmi les matières travaillées on retrouve la fourrure de vison et de renard, la georgette de soie, la crêpe plissée, la dentelle mais aussi le velours.

Rapidement mon attention est retenue par un ensemble de tenues aux motifs floraux. Outre leur raffinement, c’est le souvenir qu’elles évoquent qui m’intrigue. Je me remémore alors en avoir vu une sur Cameron Diaz lors de la promotion en Allemagne de son nouveau film ‘The Other Woman’. Gwenn me confiera d’ailleurs quelques minutes plus tard que l’actrice a décidé de conserver la robe… Je ne la blâme pas, j’en aurais fait autant !

Cependant ce n’est pas tout. Ce qui marque les esprits dans cette collection Automne-Hiver 2014/2015 ce sont les étonnants, mais néanmoins très réussis, dégradés de couleurs du rose poudré au noir tant sur les fourrures que sur les robes. Désireuse d’en savoir plus sur ce qui a pu inspirer le créateur à jouer avec les couleurs ainsi, je me renseigne. Gwenn m’apprend alors qu’Elie Saab s’est directement inspiré des œuvres du célèbre peintre américain Mark Rothko. C’était donc ça ! Satisfaite d’en savoir davantage, je me dirige vers les accessoires. Je commence par contempler les immenses manchettes, boucles d’oreille et autres bijoux qui se tiennent sous mes yeux. Je retrouve les mêmes tons bordeaux, vert sapin, noir, mais également un effet peau de crocodile qui donne du caractère à ces bijoux. Les chaussures en bénéficient elles aussi. Entre les fleurs et le crocodile, je peux affirmer sans me tromper que c’est une collection aux notes exotiques que nous propose Monsieur Saab pour l’automne et l’hiver à venir.

Un peu plus loin se trouvent un assortiment de pochettes et sacs. Carrés, ornés d’un fermoir distingué sur le côté et d’une chaîne bijou, je sais déjà que ce sera un « must have » de cette fin d’année 2014. Gwenn se plait alors à me montrer le double emploi d’une des pochettes, dont la chaîne courte, se pose volontiers sur le poignée pour faire croire un bracelet. Elle m’apprend que pour la première fois le créateur a donné un nom à une famille d’accessoires. J’ai devant moi la famille de sacs « Poincaré ».

Il est temps de m’intéresser à la collection Prefall 2014. J’y retrouve des modèles noir, bleu roi, mais aussi blanc et rose poudré. Je m’assieds sur un canapé moelleux afin de mieux admirer ce que j’ai sous les yeux. Ici encore, l’élégance est au rendez-vous avec de nombreuses petites robes aux coupes aérées et aux matières précieuses, notamment la dentelle. Mon regard se pose sur de très chics manteaux beiges qui, bien que d’une simplicité délicieuse, me rappellent l’hiver alors que le soleil commence tout juste à percer le ciel. Je décide de ce fait d’emprunter le chemin de la sortie en remerciant Gwenn pour ses indications.

Alors que je m’apprête à franchir le pas de la porte, je découvre une petite bouteille contenant une fragrance verte pastel. Je lis « L’Eau Couture ». J’en imagine l’odeur fraîche et printanière Pas de doute, je suis déjà conquise !

Alice Puissesseau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *