NINA MEURISSE

Nina Meurisse

C’est aux côtés d’Isabelle Huppert que Nina Meurisse fera ses premiers pas au cinéma, dans le film « Saint-Cyr » de Patricia Mazuy. Elle n’a alors que 11 ans…

Dotée d’une fibre artistique incontestable, elle étudie la harpe, le chant et le piano au Conservatoire de musique de Caen, se tourne vers la danse classique et contemporaine, puis vers l’art dramatique au Conservatoire du 14e arrondissement de Paris.

Sa rencontre avec Frédéric Mermoud (cinéaste suisse) la conduit à nouveau face aux projecteurs. Il réalise avec elle ses premiers courts-métrages : « L’escalier » en 2002 et « Rachel » en 2006.

A son tour, elle réalisera en 2002 son premier court métrage intitulé « Petit traité de marketing », récompensé du Prix de l’Humour au Festival de Houlgate.

Puis, elle poursuivra sa carrière d’actrice, enchaînant courts et longs métrages : « Les épaules solides » d’Ursula Meyer, « Complices » de Frédéric Mermoud, « La brindille » d’Emmanuelle Millet, « Léa » de Bruno Rolland et « Avanti » premier long métrage d’Emmanuelle Antille prochainement diffusé, entre autres…

En 2007, elle nous donne rendez-vous au théâtre dans ‘L’Opéra de Quat’sous » de Bertolt Brecht, puis dans « Les Trente Millions de Gladiator » d’Eugène Labiche.

Pour l’heure, retrouvons Nina Meurisse le 11 juillet dans « Mains Armées » de Pierre Jolivet, aux côtés de Roschdy Zem, Leila Bekhti, Marc Lavoine et Nicolas Bridet.

Qu’est ce qui vous a séduit dans ce scénario bien ficelé, dans lequel se mêlent enquête policière et rencontre d’un père et de sa fille sur le terrain ?

L’univers était bien différent des films dans lesquels j’avais tourné jusqu’à présent. Je n’avais jamais manié une arme jusque là. Il a fallu apprendre à charger, décharger, à la pointer rapidement. J’ai dû répéter ces gestes maintes et maintes fois pour enfin les maîtriser. D’autres acteurs ont pris des cours de tirs pour être convaincants.

Parlez-nous de votre personnage ?

Juliette est une jeune femme (enceinte) qui travaille au trafic d’armes à Marseille, dans un univers majoritairement masculin. Elle tente néanmoins de s’imposer tout en liant une certaine complicité avec l’équipe. Le patron adopte un rôle protecteur envers elle. Elle a le même âge que sa fille avec laquelle il ne parvient pas à rentrer en communication.

Quelles sont les exigences de Pierre Jolivet sur le tournage ?

Pierre Jolivet dirige énormément ses acteurs et donne beaucoup d’importance aux personnages secondaires. Il est très attentif à nos propositions car il est en recherche permanente. Il arrive néanmoins qu’il nous emmène ailleurs… Notre investissement personnel était très important sur le tournage et non négligé.

Une anecdote du tournage à nous raconter ?

Lors de la première diffusion, j’ai constaté avec regret qu’une de mes scènes avait été coupée au montage… Je roulais seule à bord de la voiture sur l’autoroute à 170 km/h, gyrophare à tue-tête, tout en étant collée à 2 m de la voiture qui me précédait. Mon statut de femme flic était enfin légitimé ! J’ai trouvé ça très exaltant ! Mais bon, la scène ne figure pas dans le film.

Que pensez-vous des hommes qui fuient leur rôle de père et disparaissent ? Un thème malheureusement d’actualité…

Ce comportement, bien qu’inconcevable, mérite, pour ma part, d’être traité au cas par cas. Dans quelle mesure est-il parti ? Pour quel motif profond ? Etait-il prêt à vivre cette paternité ? Bien que la situation soit intolérable pour la femme et l’enfant, je suis convaincue que ces hommes ne se lèvent pas un seul matin en imaginant cet enfant qui grandit et qui vit quelque part, loin d’eux.

Envisagez-vous de revenir à la réalisation dans un futur proche ? Une idée de scénario déjà ?

J’aimerais beaucoup. J’ai d’ailleurs intégré la fac de ciné afin d’approfondir ma culture cinématographique, et dans le but de développer la technique et l’écriture d’un scénario. En sachant qu’un bon film repose sur un bon scénario, et non l’inverse.

Votre rencontre avec le réalisateur Frédéric Mermoud, pour lequel vous avez déjà tourné 3 fois, a-t-elle été déterminante pour votre carrière ?

Une rencontre exceptionnelle ! Je pourrais tourner n’importe quel rôle avec Frédéric, en raison de la complicité qui s’est instaurée entre nous. Mon travail avec lui fut une excellente carte de visite pour tourner ensuite dans des longs métrages. Un merveilleux tremplin qui s’avère rassurant pour les professionnels du métier !

Quels sont vos projets actuellement ?

Je suis actuellement sur le tournage de « Juliette » de Pierre Godeau avec Astrid Bergès Frisbey, Yannik Landrein et Vincent Macaigne. En septembre débutera le tournage de « Lulu femme nue » de Solveig Anspasch avec Karin Viard et Bulle Ogier.

« Mon ami Pierrot » sortira prochainement sur France 3.

J’ai également tourné pour plusieurs films qui sortiront avant la fin de l’année, mais je ne peux, à ce jour, vous communiquer les dates :

– « Avanti » d’Emmanuelle Antille (son premier long métrage) aux côtés de Hanna Shygulla et Miou-Miou, dans lequel je tiens le rôle principal

– « Crawl » de Hervé Lasgouttes

– « Au bout du conte » d’Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri

Parlons un peu de vous à présent !

Décrivez-vous en trois mots.

Méticuleuse – Passionnée – Rigolote (enfin j’espère !)

Avez-vous une addiction particulière ?

La cigarette

Le comble de la vulgarité.

L’ego démesuré

Côté mode, vous êtes plutôt chic ou choc ?

Plutôt chic !

Quel sport pratiquez-vous ?

Le jogging que je pratique même durant les tournages.

La cause humanitaire qui vous tient le plus à cœur.

L’écologie, parmi tant d’autres…

Votre plus grande fierté.

Ma famille.

Un rôle que vous refuseriez de jouer.

Tourner « nue » sans que l’action soit liée à une scène d’amour et d’émotions (vous me suivez ?)

Comme la majorité d’entre nous, vous prendrez bien quelques jours de vacances ? Quelle sera votre destination ?

Evidemment ! J’ai de la famille en Corse.

Retrouvez toute l’actualité de Nina Meurisse sur ce site.

Bande annonce de « Mains armées » de Pierre Jolivet

Propos recueillis par Armelle H.

Credit photo : Theodora Richter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *