ERIC COLLADO

Eric Collado n’est pas devenu humoriste au fil des ans, il est né ainsi ! A l’école, au collège, puis au lycée, son plaisir à lui était de faire rire les copains : son premier public. L’étudiant, élément perturbateur par excellence, n’était pas vraiment fan des matières proposées, alors il s’est tourné vers la scène. Il se donne tous les moyens d’y parvenir en participant à de nombreux concours et festivals d’humour. Inébranlable dans ses convictions, il gagne à plusieurs reprises (vainqueur de l’émission Graine de Star sur M6 en 1996, entre autres) et se fait remarquer par Patrick Sébastien. Il devient ainsi un pilier de la bande du Carré Blanc et de l’émission « Fiesta » sur France 2 en 1998. Il participe ensuite au succès de cette parodie de boys band « Nous C Nous » avec ses complices Bruno Salomone et Jean Dujardin, de 1998 à 2001.

En 2011, lors de la tournée de « Réactions en Chaîne », mise en scène par Pascal Légitimus, aux côtés de Cyrielle Clair et Smaïn, il excellait déjà dans le rôle de Picpus. En ce début d’année, dans le court métrage de Manu Joucla « La promotion », déjà primé dans plusieurs festivals, il retient l’attention dans son rôle décalé : un travesti évoluant dans un club d’échangistes.

Comédien et humoriste laurentin, Eric Collado revient sur ses terres pour clôturer trois saisons de succès à la Comédie de Nice, jusqu’au 8 avril 2012, dans « Le Clan des Divorcées», une comédie d’Alil Vardar. Entre Stéphanie d’Humilly de Malanpry (une bourgeoise coincée), Mary Bybowl (une anglaise délurée) et Brigitte « la rurale » interprétée par Eric lui-même : trois divorcées qui partagent le même appartement. Comment ces trois femmes, aux caractères et statuts sociaux si différents, vont-elles parvenir à traverser cette épreuve tout en se soutenant mutuellement ?

En 2012, Eric Collado enchaînera avec la reprise de la pièce « Entre père et fils » (déjà jouée en 2003) en duo avec Anthony Joubert, ainsi que dans la série télévisée du même nom, dont le tournage est prévu courant avril.

 

En pleine préparation de son one man show intitulé « Et puis c’est tout ! », qu’il présentera le 2 avril à la Comédie de Nice, il accepte néanmoins de nous rencontrer.

« Et puis c’est tout ! » aurait tendance à mettre un terme à tout débat éventuel, non ?

Je dirais plutôt que c’est une succession de logiques absurdes ! Lorsque j’évoque le stress, au début du one man, je termine en affirmant que ça ne sert à rien de se stresser, et puis c’est tout ! Question : quel est le lien commun entre la pratique du golf et le cul ? Venez vite au spectacle et vous le saurez !

Ma mère est également représentée. Elle arrive sur scène avec un joint à la bouche, complètement hilare, suite à la découverte récente de dix joints dans la chambre de mon petit frère, et puis c’est tout !

J’aborde également le journal télévisé et toute sa revue de presse politique, religieuse, etc… je me mets néanmoins des barrières sur quelques délires personnels, et puis c’est tout !

Le cougar homme ? Bien sûr que la terre en est peuplée et j’en parle !

Je suis généreux et je le prouve à mon public, lors du sketch de l’Euro million. Non, vous n’aurez pas à partager votre gain avec moi si vous gagnez, c’est promis… J’ai joué les mêmes numéros (rire).

Comment ne pas évoquer le mode d’emploi complexe du préservatif féminin « Femidom » vendu uniquement en boite de 3 ? Et la loose qui colle à la peau ? Et les commentaires sans intérêt postés ici et là sur Facebook ?

Je critique, je tempère, je dédramatise, je caricature… Et puis c’est tout ! Le spectacle ponctué de quelques pubs parodiées, de vos fous-rires et puis… Quoi !

Qui a collaboré à l’écriture des textes et à la mise en scène ?

Ecrit et mis en scène par Eric Collado, et puis c’est tout !

Les sujets, que vous abordez, prouvent que vous êtes le roi de l’observation et de la critique facile, dans notre quotidien. Quels sont les domaines qui vous amusent le plus ?

Tous les domaines de la vie me captivent, c’est un tout ! Le rire est un réflexe qui te permet de relativiser et donc de positiver. Je ne le néglige à aucun moment, c’est important ! Lui seul peut sauver la face du monde.

Le rire peut-il, selon vous, parvenir à tout dédramatiser ?

Prenez deux personnes : une que vous aimez et une que vous n’appréciez pas particulièrement. Demandez-leur de vous raconter la même blague ! Je vous garantis que vous rirez de la version de votre ami, l’autre par contre, vous le trouverez « très lourd ». Voilà, pourquoi je ne m’entoure que de gens qui m’aiment !

La première rencontre avec votre public est imminente. Ce lieu de partage vous rend-il plus réceptif face aux réactions parfois inattendues des spectateurs ?

Je suis spontané, même sur scène, alors je ne rate pas une occasion de me manifester lorsque mon public n’est pas en phase avec mon attente. D’ailleurs, mon intro de spectacle commence par un « Ca va ? », auquel le public en chœur répond par un « ouais ». Je les contemple de la scène, tout en leur balançant un « Et moi, personne ne me demande comment je vais ? ». Alors, on se refait l’intro… A mon « Ça va ? » se fait l’écho d’un « Oui, et toi ? », auquel je réponds « Non ». (rire)

D’autres dates à nous communiquer pour ce nouveau spectacle ? Une tournée sera-t-elle envisagée ?

On attaque mon one man sur Nice et on travaille déjà, en parallèle, sur la tournée à venir.

Durant votre parcours, quelles ont été les rencontres marquantes et décisives qui ont influencé votre carrière ?

Un soir que je sortais de scène, Jean-Marie Bigard est venu me saluer et nous avons longuement parlé. En quelques heures, il m’a donné une leçon de comédie qui équivalait à trois ans de conservatoire. Je le remercie encore aujourd’hui.

Patrick Sébastien m’a permis, quant à lui, de mettre le pied à l’étrier, en nous offrant de participer à son émission. Un grand merci également.

Collaborer avec Smaïn sur un spectacle, fait-il partie de vos projets, dans un avenir proche ?

Avec grand plaisir, bien sûr, car Smaïn, en plus d’être un ami, est un gars adorable. Mais pour rendre le projet réalisable, il faut que nos plannings personnels parviennent à concorder, et actuellement, je ne suis guère disponible pour ma part.

Avez-vous d’autres projets pour cette année ?

Je viens de transmettre deux courts métrages, que j’ai réalisés, à une maison de production. J’attends… Dans le premier, je donne la parole à un chien (chiot éprouvette) qui était destiné à devenir chien policier, mais comme il est très intelligent, il se sauve. Et le second a pour thème : la prison.

En tant qu’homme orchestre, quel rôle aimeriez-vous interpréter au cinéma, et dans quel registre ?

Une comédie principale avec un rôle (rire)

Quels sont vos humoristes de référence ?

Prenez une bouteille, placez-y Raimu, Fernandel et Coluche, puis jetez la à la mer… Aucun survivant.

Parlons un peu de vous à présent…

Décrivez-vous en trois mots.

Homme Très Bien

Quelle est votre qualité première ? Et votre défaut ?

Généreux et Généreux

Avez-vous une addiction particulière ?

Les cigarettes

Gourmand ou gourmet ?

Gourmand

Vous partez en voyage, quels sont vos indispensables ?

Papier – Stylo – Téléphone

Quelle situation peut vous déstabiliser ?

La violence

Votre dernière colère ?

Sincèrement, je ne suis pas souvent en colère

Quelle est votre plus grande fierté ?

Mes enfants

Quel achat avez-vous réalisé avec votre premier cachet ?

J’ai commencé à régler mes dettes…

Vous rappelez-vous de votre premier passage à la télé ?

C’était sur Antenne 2, dans une émission de Thierry Ardisson « Télé Zèbre », en 1991, durant laquelle j’ai interprété quelques parodies sur les gros.


Régalez-vous, Et puis c’est tout !

Retrouvez toute l’actualité de Eric Collado sur sa page FB Eric Collado

Propos recueillis par Armelle H.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *