DRIVE JACKET

Drive

Cette année, « Max et les Maximonstres » m’a donné envie d’avoir un pyjama-ours, De l’eau pour les éléphants une veste kimono colorée et délicate, My little princess des robes en dentelle vaporeuse et Drive une veste en satin matelassée et des mitaines de pilote en cuir. Je n’ai même pas le permis.

Drive, petit joyau de ce début d’hiver fait parler tant pour ses qualités cinématographiques que pour sa BO et son déjà célèbre blouson en satin blanc. Les journalistes et bloggeuses s’étonnent : du jour au lendemain, la pièce est devenue iconique et l’envie est née là où on ne l’attendait pas la veille. Qui aurait cru vouloir posséder un jour une veste en satin blanche, matelassée, estampillée d’un scorpion au dos ? Dessinée par Ryan Gosling (hissé également au rang d’icône), il dit s’être inspiré de vestes qu’il avait vues lors de ses voyages en Corée. On murmure aussi un lien avec les blousons portés par Kiss lors de leur tournée japonaise. Le scorpion serait un clin d’œil à Scorpio Rising de Kenneth Anger.

On sous-estime souvent  l’influence qu’a pu avoir le cinéma sur la mode. Les créateurs sont à la fois complices, étant mis à contribution sur des tournages, et spectateurs admiratifs, inspirés par des films, tel que Jean Paul Gaultier pour sa collection hiver 2009-2010.

De nombreuses collaborations entre mode et cinéma ont donné naissance à des objets cultes réédités, souvent en éditions limitées, devenant alors de véritables collectors. Star Wars est une valeur sûre : H&M en a fait des t-shirts et des caleçons, Adidas des sneakers, vestes et bonnets. Récemment, Nike a créé l’évènement en éditant à 1500 exemplaires la paire de Dunk de Retour vers le futur.

Historiquement, le cinéma a de nombreuses fois joué un rôle dans le lancement d’une tendance et eu une influence durable sur les basiques de notre dressing. L’incontournable t-shirt, d’abord vêtement de dessous, est popularisé par Marlon Brandon, trempé de sueur, irrésistible dans Un tramway nommé désir (1951) et par James Dean dans La fureur de vivre (1955). Le perfecto en cuir, devenu mythique sur le dos de Marlon Brando dans l’Equipée sauvage (1953) a longtemps souffert d’une mauvaise réputation et fût longtemps interdit dans de nombreux lycées. L’anecdote est reprise avec ironie dans Retour vers le futur 2 (1989) lorsque Marty remonte le temps en 1955 et qu’il est prié de porter des vêtements moins voyants. Il s’achète alors un perfecto.

Son statut de 7ème art hors de la mode, au travers d’icônes glamour et rebelles a permis d’aider la jeunesse à des choix et des actes audacieux, qui aujourd’hui se sont banalisés. Dans les années 30, Marlene Dietrich, Greta Garbo et Katharine Hepburn se sont faites photographier à Hollywood, hors tournage, vêtues de pantalons. Jusqu’alors tolérés pour certaines pratiques sportives ou comme vêtement d’intérieur, les actrices, par ce léger affront ont rendu un grand service à la femme à venir et donné une grande impulsion à l’histoire de la mode féminine.

A l’instar du théâtre, dont les protagonistes doivent être rapidement identifiables grâce à leur costume souvent codifié, au cinéma les costumiers font preuve d’imagination et de créativité pour toujours réinterpréter de façon nouvelle des personnages « semblables » : le méchant, le gentil, la jolie fille. C’est pour cette raison qu’un méchant caché sous un gentil (à moins que ce ne soit l’inverse), à l’image de Ryan Gosling dans Drive, affublé de sa veste satinée, nous étonne et provoque l’envie « de porter la même chose ». Car ce n’est pas uniquement la veste qui nous a séduit, mais bien l’image du personnage dans le film. C’est la même impulsion « d’apparence miroir » et de ce que représente le vêtement qui poussa les jeunes des années 50 à porter le perfecto. Et si fort heureusement tous les films n’influencent pas le prêt-à-porter, cinéastes, ne sous-estimez pas le choix et le pouvoir des costumes que vous mettez en scène. S’il vous plaît.

Vanessa Montalbano

One thought on “DRIVE JACKET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *