NRJ MUSIC AWARDS 2012

NRJ Music Awards 2012

Les NRJ Music Awards, c’est un peu le point de départ chaque année des événements qui vont secouer le sud-est, réveiller les cigales, et arrêter les tournois de pétanque ! Après vous aurez le Festival d’Hyères, (on y sera d’ailleurs, et vous ?) et le Festival de Cannes, (On aimerait bien y aller, si les organisateurs nous lisent, pensez à nos invitations) les folles nuits de St-tropez, Les Voix du Gaou et tout plein d’événements qui valent la peine de vivre loin de la folie parisienne finalement ! Mais en attendant de devenir un sudiste à 100%, premier passage aux NRJ Music Awards !

Équipe de Pose Mag au volant, fond musical dépassant les décibels autorisés, c’est le samedi 28 janvier vers 17H que nous nous sommes mis en route pour les NRJ Music Awards, invités par TF1 à la cérémonie et à l’after-show au Palm Beach s’il vous plaît !

On arrive à 5 minutes de la fermeture des portes du palais, parce que forcément :

– On est partis trop tard !
– Des routes étaient fermées à cause de la cérémonie.
– Les gens ne savent pas rouler (comment ça nous non plus ? Bah si !)
– Les piétons traversent toujours quand le feu passe au vert pour nous !

Bon ok, on arrête de trouver des excuses, on est souvent en retard…

Nous arrivons donc essoufflés, après avoir importuné environ 10 policiers pour savoir où était l’entrée pour la presse. Parce que oui, rentrer directement à côté de David Guetta ou Justin Bieber, je pense qu’on se serait fait virer rapidement !

Une fois notre montée des marches sur tapis rouge faite (sous une pluie adorablement fine), et les sas de sécurité passés, nous voilà enfin assis à nos places. On devient plus zen, prêts pour le spectacle orchestré par Nikos Aliagas.

Shakira, Mika, Seal, Nolwenn Leroy, M Pokora, Corneille, David Guetta, Mylène Farmer, LFMAO, 1789, Christophe Maé et bien d’autres font leur show, on apprécie, on applaudie, on est à fond dans notre rôle de spectateurs!

Shy’m et ses robes assez surprenantes (et controversées) se baladent ici et là sur scène. L’artiste nous fait une très jolie prestation scénique, au contraire de Mylène Farmer (ni plus ni moins qu’un copier coller de son clip) ! Et oui chez Pose Mag, on dit la vérité, on a été hyper déçus de notre Mylène nationale.

Et là on vient de signer notre arrêt de mort ? Bon, on s’explique !

Mylène, c’est une icône, on a été bercés par ses clips tous plus fous les uns que les autres, la voir sur scène si tu n’es pas lève-tôt et que tu n’es pas dans la ville où elle passe une fois tous les dix ans, c’est quasi impossible. Quand on a donc su qu’elle serait là, on était donc impatients de la découvrir sur scène. Et puis vient le moment où elle arrive, elle ne s’installe pas comme les autres bien avant, elle arrive juste avant que la musique ne démarre, et voilà qu’elle fait trois pas de danse sans grâce et avec un beau playback !

Pour le coup, quand tu as vu des plus petites stars chanter en direct et travailler leur jeu scénique à fond, tu es déçu(e) ! Si si !

Voilà, après on se dit que sur scène pour un de ses concerts c’est sûrement différent, et que peut-être elle n’avait pas eu de BN à quatre heure, on ne sait pas ! Enfin bref, dis-moi oui, mais non, ne dis plus jamais non, et bien nous, on dit non quand même !

Bref, la cérémonie s’est achevée, hop, youpi, on vous passe les détails du grand classique après 3 heures de show assis, mais une fois arrivés à la voiture, on a foncé au Palm Beach pour l’After-show où nous attendaient (bah quoi, on peut s’imaginer qu’ils n’attendaient que nous) Adriana Karembeu, LFMAO, Justin Bieber, Harry Roselmack (Harry si tu nous lis, tu es au top !) et quelques anciens participants à des émissions de télé-réalité de TF1 (dont on ne comprend pas vraiment l’utilité de leur présence).

Bon et bien voilà le résumé d’un programme de soirée bien chargé. Je crois qu’on peut dire merci TF1, merci NRJ, merci Cannes, et on tenait également à remercier notre famille pour… Ah non pardon, nous on n’a pas eu de prix !

Tant pis, on file tout de même peaufiner notre discours pour l’année prochaine.

Aude Bertrand Koubi et Enrique Lemercier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *