FASHION WEEK MILAN SPRING SUMMER 2012

L’évènement le plus marquant de cette rentrée pour nous, les fashion addicts, est inéluctablement la fashion week. Et cette fois ci, nous allons nous poser le temps d’une saison printemps-été 2012 à Milan, pour admirer le large panel de créations que nous propose les Maisons italiennes.

Au premier abord, on sent bien un vent rétro soufflant sur pas mal de Maisons, à commencer par Dolce & Gabbana.

La Maison nous fait voyager dans le temps puisque leur point de départ est un petit village du sud de l’Italie en plein dans les années 50, et pas n’importe où. Nous sommes dans un jardin où les légumes se sont posés sur les habits des demoiselles, le temps d’un défilé, avec des tons plutôt chauds et des coupes rétros. On a droit à la robe aubergine, piment rouge ou courgette pour les plus courageuses.

Il faut avouer que la collection reste un brin kitsch et un peu difficile à porter, mais beaucoup de rédactrices ont avoué que ces looks venaient apporter de la fraicheur à la fashion week.

On retrouve également chez Blumarine, la tendance rétro sur des couleurs plutôt énergiques. On découvre des robes bien ceinturées et ensoleillées, puis on change de registre: on se déshabille carrément, on se livre au monde courageusement dans des couleurs superbement acidulées et flashy.

Chez Jil Sander, le « mid-century » a été abordé différemment, c’est au vichy, à la longueur des robes, à la coiffure des mannequins qu’on reconnait cette période-là. Les tons restent doux, quasi pastel et les neutres sont de mise.

Gucci a, pour sa part, misé sur l’élégance et la sobriété. Le noir et blanc sont de rigueur dans cette collection qui se veut graphique, chic, aux coupes légèrement androgynes mais qui nous rappellent certaines thèmes des années 20, notamment la robe à frange et les robes taille basse ou à coupe droite.

Chez Giorgio Armani, c’est l’obsession de la lumière qui l’emporte. Les mannequins défilaient dans des tenues éclatantes, fluides, satinées à outrance dans des tons qui se veulent quasi neutres: tabac, nacre, bleutés, violets, le tout relevé de l’absolu chic et bon genre de la Maison.

Versace, cette année, voit la vie en pastel. Telles des poupées aux longs cheveux, les mannequins apparaissent d’abord dans des petites robes dragées invitant à la gourmandise puis ces robes se rallongent, prennent des allures de déesse grecque, une manière de nous montrer que la sagesse est encore de mise au XXIème siècle.

Invitation au voyage chez Salvatore Ferragamo, on s’imagine déjà dans les tropiques sous un soleil de plomb, portant avec éclat nos fuchsia, turquoise et orange, nos imprimés, le tout dans des matières fluides et scintillantes.

Et pour finir, une des collections les plus marquantes car tout le monde peux s’y reconnaitre, facile à porter, sophistiquée. Légèrement empruntée aux vestiaires homme, Trussardi a l’air de nous dire, vous pouvez m’accommoder de ce que vous voulez, je suis la pièce qui peut vous accompagner en toute circonstance !

Milan a été très hétéroclite cette année, nous n’avons pas remarqué, comme à New York, une tendance majeure se détacher. A vous de jouer maintenant, pour retenir ce qui vous semble le plus adapté à votre personne.

Yasmine Zidane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *