ALEXANDER MCQUEEN SPRING SUMMER 2012

Le « J’aime/J’aime pas » collection printemps-été 2012 Alexander McQueen

Difficile d’avoir un avis « mi figue mi raisin » sur une collection McQueen d’autant plus lorsqu’elle est orchestrée par la brillante Sarah Burton. Après avoir confectionné la robe de mariée la plus commentée du monde (cf : Kate Middletown si vous n’avez pas vécu sur cette planète ces 6 derniers mois), il fallait une collection qui détone, qui étonne et qui nous fasse l’effet d’un coup de poing dans le figure. J’exagère ? Et bien observons de plus près cette collection !

 J’aime

La dentelle très présente dans la collection se marie à la perfection aux parures de cuirs (totalement Grrrr). On nage en pleine féérie aquatique, entouré de sirènes plus imprévisibles les unes que les autres. C’est ce que l’on aime chez McQueen, c’est ce côté imprévu et fou (dans le bon sens du terme).

La lingerie se meut en accessoire érotico-chic et galvanise la collection. Bref on aime, on aime et on aime (même si on peut parfois retrouver une allure très Jean-Paul Gaultier sur certaines pièces).

Les drapés sont romantiques à souhait, on en veut encore !

Les robes longues (et même très longues) sont juste sublimes (rien à ajouter)

Les visages sont masqués, nous laissant ainsi complètement concentrés sur la collection et rien que sur la collection.

Sarah Burton garde encore l’empreinte d’Alexander McQueen, comme une façon de ne pas lui dire adieu trop vite (et ça, c’est assez émouvant).

J’aime pas

Je suis un peu claustrophobe donc les visages enfermés dans de la dentelle ça m’oppresse (mais c’est purement personnel).

Un petit côté SM parfois un peu incongru (on préfère rester dans le libertinage).

C’est immettable, à part Daphné Guiness qui pourra porter ces tenues ?

Oh bon ça va, j’avoue, j’ai beaucoup aimé cette collection. Je l’ai trouvé folle et intelligente (ou follement intelligente ?). Sarah Burton nous a transporté dans son univers et nous avons aimé, Comme des poissons dans l’eau regardant tranquillement passer les sirènes. Bon je m’arrête là sinon on y est encore à la saison prochaine !

Pour finir, mon coup de cœur:

Marie Parent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *