MARC JACOBS CHEZ DIOR ?

Alors qu’on avait oublié un tant soit peu l’affaire Dior-Galliano et cette histoire de nouveau directeur artistique, nous voilà replongés en pleine polémique à l’approche des fashion weeks. Depuis une semaine, des rumeurs ont envahi la WebSphere mode pour annoncer timidement, puis avec un peu plus d’assurance, le nom de Marc Jacobs comme éventuel successeur à Galliano, effaçant de nos souvenirs les noms d’Alaïa, Burton et Ackermann.
Plusieurs blogs mode se rejoignent pour dire qu’il est au top, ainsi que M. Bernard Arnault, CEO de LVMH qui l’a rencontré à plusieurs reprises au cours de ces dernières semaines.

En effet, le groupe semble vouloir compenser la longue attente de l’annonce du nouveau directeur artistique (la maison est restée six mois sans DA) par un communiqué, en grande pompe, d’un grand et influent nom du cercle des designers.

Mais peut-il y avoir une suite de Dior sans Galliano ? Il suffit de revenir quelques années en arrière pour comprendre les codes de la maison insufflés par M. Dior. Pendant ses dix ans de règne, il n’a cessé d’affirmer une mode ultra féminine et extrêmement « Révolutionnaire » et audacieuse, à en juger par le lancement de la tendance New Look ou l’effet corolle,  tandis que Mademoiselle Chanel s’efforçait de dissimuler les formes féminines.

John Galliano,  qui respecta dès son arrivée l’esprit Dior, amorça peu à peu un nouveau virage avec notamment les collections clochards, Couture de l’année 2000, qui marqua le début des défilés spectacle si chers au designer. De son côté, la femme Dior si élégante jusqu’alors, évolua dans une tendance « Hardcore Glamour » (pour reprendre ses termes), nouvel esprit adulé destiné à influencer toute une génération de fashionista.

L’influence Galliano sur les codes de la maison Dior est si présente, qu’on imagine avec peine une continuité de ces dix dernières années. Marc Jacobs, connu pour ses looks plutôt trash chic avec une affinité particulière pour les années 70, a une image de la femme plutôt  libre, chic et décontractée. Lui offrir la possibilité d’apporter un souffle nouveau serait son unique salut et lui éviterait toute comparaison avec ses prédécesseurs, tout en respectant l’esprit cher à Monsieur Dior : maintenir le contre-courant.

Il faut bien l’admettre, il est temps que la femme Dior passe à autre chose ! Et si, au cours de cette dernière décennie, elle s’est montrée excessive et provocante, on aimerait la délivrer de cette image, afin qu’elle parvienne à se moquer de la mode, avec légèreté.

Yasmine Zidane

3 thoughts on “MARC JACOBS CHEZ DIOR ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *