SURPRISE ! VERY BAD IDEA !

Mes Amis, je les adore ! Mais, alors dans le genre « têtu », j’ai décroché des perles ! J’explique ! Il est certain que nous ne manquons pas une occasion de nous réunir pour partager un verre ou un bon repas : anniversaire, naissance, déménagement, les 18 ans de nos ainés, ….

Mais cette année, il faut que je vous l’avoue, je tenais particulièrement à calmer le jeu, en raison d’une priorité majeure : acquisition et réhabilitation de notre future maison.

Sommeil agité, doutes, remises en question, investissement personnel, financier et physique intense, naissance de conflits semi-permanents, … Adieu week-end ! Adieu soirées ! Il n’était plus question de faire la fête… Toute notre énergie devait être investie sur les travaux !

Alors pour cette noble cause, j’avais pourtant émis « haut et fort » que nos anniversaires respectifs ne seraient pas fêtés, comme il se doit, mais reportés à plus tard. Jusque-là, je pensais très sincèrement que le message était passé, et que seuls, mes amis pouvaient respecter cette consigne et comprendre notre choix. « Non » étant l’inverse de « Oui » !

Vint alors le jour de mon anniversaire. Très simplement, ce soir-là, je trinque avec mon mari et mes enfants. Mes amis ne m’avaient pas oubliée : preuve en fut les appels téléphoniques, mails et SMS.

Un jour passe, puis deux… Ce soir-là, je rentre tard et quelque peu contrariée par l’attitude de mon ainée, que je venais de quitter en mauvais termes. Situation que je déplore. Je m’empresse de dresser la table et de préparer rapidement le dîner. Je n’ai qu’une envie : me glisser dans mon lit, oublier cet épisode et devenir hermétique à mon environnement.

Soudain, de la fenêtre de ma cuisine, j’aperçois les feux d’une voiture et j’en déduis que ma fille vient s’excuser de son comportement. On sonne à la porte. J’ouvre. Et là, les bras m’en tombent ! Mes amis, chargés comme des mulets, me souhaitent en chœur un Joyeux Anniversaire. Comme ils semblaient heureux de leur prestation ! … Les filles s’étaient chargées de confectionner des pizzas, des quiches, des gâteaux. Les garçons avaient apporté vin et champagne. Sans compter les cadeaux ! Même le petit-fils de nos amis était de la fête !

Toutes les conditions étaient réunies pour me déstabiliser. À chacun ses phobies ! Pour ma part, je déteste les surprises, genre je débarque « chez  vous » sans prévenir pour faire la fête. Par contre, j’aime inviter, préparer, cuisiner, dresser la table…. Dans ce cas présent, je ne m’étais absolument pas préparée à leur arrivée. J’étais déroutée ! Et comble de l’impolitesse et du non-respect, je me suis enfermée dans mon bureau durant une demi-heure. J’étais véritablement désolée pour eux, mais ce soir, je n’étais vraiment pas d’humeur. J’ai tenté de me raisonner, en me mettant à leur place : ils s’étaient donnés tant de mal pour venir trinquer en mon honneur, et moi… Certains jours je déteste ce que je suis ! Vraiment !

Puis je suis retournée auprès d’eux et me suis excusée de ce comportement inqualifiable. Oui, je sais, je reconnais ! Nous devrions tous nous munir de notre « mode d’emploi personnalisé », non ? Nous avons trinqué, mangé, ri… Le téléphone sonna. Mon plus jeune fils me tendit alors le combiné, en me disant que c’était sa sœur… Je repartis en direction de mon bureau tandis que je l’entendais pleurer. Elle s’excusa de son comportement. Je lui racontai alors le déroulement de la soirée et l’on se mit à rire. Elle me pria de les rejoindre vite, ce que je fis.

Mais quelle soirée ! … On pleure, on rit, on mange, on boit et on trinque !

Dans le courant de la soirée, alors que la tension s’était apaisée, je dus procéder au déballage de mes cadeaux. Bien vu ! Nouvelle maison, nouvelle cuisine, nouvelle table donc nouvelle nappe et nouvelles assiettes, sauf que… Je n’aimais pas du tout, mais alors pas du tout, le motif des assiettes… J’affiche néanmoins un sourire « forcé » et remercie mes amis un à un, face à cette délicate attention. Bien sûr, ils ne sont pas fous ! Ils comptent bien être les premiers à inaugurer ce nouveau service. Message bien reçu !

Dans la foulée, alors que le plus jeune se fait câliner par sa mamie sur le canapé, il est soudain victime de régurgitations abondantes, arrosant au passage sa grand-mère, le canapé et le sol. Je m’empresse alors de m’emparer de gants de toilette, serviettes et éponges. Les plus écœurés restants dans les coulisses (comme d’hab !). Un entracte supplémentaire durant cette douce soirée improvisée !!!

Nos deux oiseaux enfin changés et déguisés de nos vêtements personnels, nous reprenons notre dîner, là où nous l’avions laissé. Dessert et champagne furent servis. On trinque une énième fois, puis notre mamie nationale se lève de sa chaise pour y asseoir son petit-fils, qui dans le mouvement perdit son équilibre et chuta sur le sol, la tête la première. Peur, pleurs et cris se succédèrent… La voix du grand-père s’éleva pour couvrir les gémissements de l’enfant. Il accusa sa femme d’être responsable de cette chute et la berça de doux noms d’oiseaux… Elle pleura à son tour…

Mais quelle soirée !…

L’arnica compléta le menu. On tenta de calmer les esprits et tous reprirent la route en sens inverse.

Une chose était certaine et ce soir-là, j’en fus convaincue : plus jamais ils ne renouvelleront l’expérience !

Alors un conseil, à vous qui me lisez ! « Non » ne veut pas dire « Oui » et inversement ! Si un ami ne peut le comprendre, alors qui le fera ? …

Armelle H.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *